DE | FR
Breivik, attentat

Image: Keystone

10 ans après, comment Breivik fait encore souffrir ses victimes

Un tiers des jeunes présents sur l'île d'Utoya souffrent toujours de stress post-traumatique et d'angoisses une décennie plus tard, selon une étude norvégienne. Les parents des victimes sont eux aussi encore fortement impactés.



Une décennie après, l'attaque menée par Anders Breivik sur l'île norvégienne d'Utoya fait toujours souffrir ses victimes. Sur les 564 jeunes participants à ce camp d'été de la Ligue des jeunes travaillistes, 69 avaient été tués et une centaine blessée. Mais le terroriste d'extrême droite a aussi profondément marqué les survivants.

Selon une étude norvégienne du Centre national sur le stress et les violences traumatiques (NKVTS), un tiers des jeunes présents souffrent toujours de troubles importants: Stress post-traumatique, angoisse, dépression ou encore maux de tête.

«J'ai du mal à dormir, j'ai peur. Et je crois que je devrai vivre avec ça toute ma vie»

Astrid Eide Hoem, victime de l'attaque

Un résultat qui a choqué Grete Dyb, la psychiatre qui a mené la recherche. «Je pensais que 10 % des jeunes auraient encore besoin d’une prise en charge. Je n’aurais jamais imaginé qu’un tiers souffre encore à ce point, aussi longtemps après les faits», souligne-t-elle dans Le Monde. Un traumatisme qu'elle explique par la durée de l'attaque et le niveau d'exposition à la violence.

Une étude pour aider
les futures victimes

Avec son équipe, la spécialiste a rencontré les rescapés à quatre reprises au cours de neuf années qui ont suivi l'attentat. Au total, près de 80% des survivants ont accepté de répondre à ses questions au moins une fois. Une démarche compliquée mais très importante selon la psychiatre.

«Ce n’est pas facile de recruter des participants, car ils viennent de vivre une expérience terrible. Et pourtant, c’est très important de pouvoir faire de la recherche pour proposer les bons traitements.»

Grete Dyb, citée par Le Monde

En effet, les études de ce genre sont encore très rares. Elles permettent pourtant d'améliorer la prise en charge des victimes. «Je cherchais sur Internet les récits de survivants des attaques du 11 septembre à New York. Je voulais savoir quand tout ça allait s’arrêter, mais personne ne pouvait me donner un diagnostic», raconte Elin L’Estrange, une autre rescapée.

Les parents souffrent aussi

Les proches des victimes ne sont pas non plus épargnés. Selon l'étude du NKVTS, 40% des parents connaissent des troubles du sommeil et des douleurs chroniques alors que 20% souffrent de symptômes liés au stress post-traumatique. Les frères et soeurs ainsi que les amis sont également concernés, d'autant plus que la recherche a montré qu'ils n'avaient souvent pas reçu l'aide adéquate.​

Pour ne rien arranger, beaucoup de survivants reçoivent encore des messages haineux et des menaces. «Je sais que quelqu'un a essayé de me tuer à cause de mes convictions. Du coup, si quelqu'un aujourd'hui me dit qu'il veut ma mort, je le prends très au sérieux même si cela ne l'est pas forcément», assure Elin L'Estrange. (avec ATS)

Les incendies aux Etats-Unis

1 / 12
Les incendies aux Etats-Unis
source: sda / noah berger
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Le Covid long existe-t-il vraiment?

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Van Damme a 60 ans et toutes les dents des autres

La nouvelle génération n'a pas grandi avec ses coups de savate et ses grands écarts. Séance de rattrapage en deux temps: dès maintenant en lisant le portrait que nous lui consacrons, puis dès le 30 juillet en regardant Le Dernier Mercenaire sur Netflix. Toudoum!

Et puis d'abord, Jean-Claude Van Damme, c'est qui?! 🤔

Beaucoup de films. Beaucoup, beaucoup de films. Le roi du kick a tourné dans pas moins de 70 longs métrages depuis le milieu des années 80. Il réapparaît en 2021 dans Le dernier mercenaire, dispo sur Netflix dès le 30 juillet et dans lequel il campe le rôle d'un agent des services secrets.

On est quand même assez loin de Bloodsport (1988), le film qui a transformé Jean-Claude en Van Damme, celui qui a fait sa réputation et l'a révélé …

Lire l’article
Link zum Artikel