DE | FR
Procès, 13 novembre, Paris, attentats

Vue de la salle d'audience partagée sur Twitter par Maximilien Mussche, l'un des architectes du projet. Image: MMArchitectes

Il a fallu bâtir un tribunal hors norme pour le procès du Bataclan

1800 parties civiles, 20 accusés et plus de 8 mois d'audience. Le procès des attentats de Paris s'annonce démesuré. Pour permettre au plus grand nombre de le suivre sans paralyser la justice, une salle d'audience gigantesque a été érigée spécialement pour l'occasion. Visite guidée.



«Etre à la hauteur des enjeux du plus grand procès jamais organisé en France Les mots de Jean-Michel Hayat, premier président de la cour d'appel de Paris, résument parfaitement le défi représenté par la salle d'audience «Grands Procès». Dès le 8 septembre prochain, celle-ci abritera les débats concernant les attentats du 13 novembre 2015 qui avaient fait 131 morts à Paris.

«Toutes les parties souhaitaient que les attentats qui se sont déroulés au cœur de Paris puissent être jugés dans un lieu unique, au cœur de Paris»

Ministère française de la Justice

Plus de 2000 personnes sont attendues et il a fallu concevoir un lieu hors norme pour les accueillir dans les meilleures conditions. Une salle d'audience de 700 mètres carrés a donc été érigée à l'intérieur même du Palais de justice de l’Ile de la Cité. La pièce est tellement grande que les alignées de bancs sont surplombées d'écrans pour permettre à tous de suivre les échanges.

130 morts, 413 blessés

Le 13 novembre 2015, Paris est la cible de plusieurs attentats revendiqués par l'Etat Islamique. En début de soirée, trois individus tentent de pénétrer dans l'enceinte du Stade de France où se déroule le match France-Allemagne. Refoulés par la sécurité, ils se font exploser sur le parvis.

Les rues de la capitale sont ensuite la cible de trois terroristes qui tirent sur les terrasses des cafés-restaurants. Dans le même temps, un autre groupe pénètre dans la salle de spectacle du Bataclan et ouvre le feu sur le public. Le bilan officiel des attaques se chiffre à 130 morts et 413 blessés.

Aussi gigantesque
que temporaire

Budgétisée à plus de 8 millions de francs, l'imposante structure temporaire en bois a été bâtie en moins de deux ans au sein de la salle des pas perdus. Au total, 550 personnes, dont près de 300 avocats, pourront y prendre place. Quatorze antichambres permettront aux parties civiles, aux journalistes et au public de suivre la retransmission du procès.

En plus de devoir accueillir 2000 personnes, la structure avait aussi pour défi de respecter le patrimoine exceptionnel du Palais de justice de l’Ile de la Cité. Des ouvertures ont donc été aménagées pour que les statues restent visibles.

Et si aucun tribunal français ne pouvait abriter un tel événement, un autre bâtiment, comme une salle de spectacle, par exemple, n'aurait pas été approprié selon Jean-Michel Hayat, interrogé par FranceInfo. «J’avais été frappé par un collègue qui avait présidé un très grand procès d’un accident collectif, le tunnel du Mont-Blanc. Il était dans une salle adaptée pour ce procès, mais ce n’était pas un lieu de justice et, finalement, les magistrats étaient tout petits. Ça ne donnait pas cette impression d’être dans un palais de justice», se souvient le premier président de la cour d'appel de Paris.

«Là, vous avez bien l’impression de cette solennité qui fait qu’on est, où qu’on soit dans la salle, au cœur du procès»

Jean-Michel Hayat, le premier président de la cour d'appel de Paris, cité par FranceInfo

Autre défi aux yeux du magistrat, que les huit mois de procès ne paralysent pas le reste de l'instance judiciaire française. «Il n’est pas question de retarder l’appel d’une décision prud’homale ou l’appel d’une décision de divorce. La justice fonctionnera à 100% durant toute cette période

D'autres attentats
devraient y être jugés

D'ailleurs, les participants aux procès «ordinaires» ne croiseront pas ceux venus assister aux audiences liées au 13 novembre puisqu'une entrée sécurisée et un parcours spécial ont été mis en place. Un dispositif de soutien aux victimes a également été prévu, avec des locaux dédiés.

Les accusés seront eux, installés dans un long et unique box vitré, entouré de gendarmes.

La structure temporaire devrait être démontée en 2023, selon le Ministère de la Justice. Le temps pour elle d'accueillir d'autres grands procès, comme celui des attentats de Nice ou de Charlie Hebdo ou les appels de ces différentes procédures.

Et pour se détendre, quelques créations de Tom Daley

1 / 9
Quelques créations de Tom Daley postées sur Instagram
source: instagram madewithlovebytomdaley
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Quelqu'un est chaud pour une pizza party dans l'espace?

Plus d'articles Actu

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

La rentrée universitaire a commencé! Fâchés, des étudiants résistent

Link zum Artikel

«Un jour, ces molosses vont tuer quelqu'un du village»

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Entrer en Suisse devient plus compliqué, 15 choses à savoir à ce propos

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Marine Le Pen ne devra pas payer d'amende pour ses tweets sur l'Etat islamique

Le tribunal de Nanterre a décidé de relaxer Marine Le Pen et Gilbert Collard. En 2015, les deux politiciens d'extrême droite avaient partagé sur Twitter des photos montrant l'horreur de Daech.

Ils risquaient jusqu'à 5000 euros d'amende, mais ils ont échappé à la condamnation. La présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen et l’eurodéputé Gilbert Collard étaient jugés pour diffusion de messages violents ou portant gravement atteinte à la dignité humaine.

L'affaire remonte à décembre 2015. Quelques semaines à peine après les attentats revendiqués par l’EI à Paris, Marine Le Pen avait partagé sur Twitter trois photos d’exactions du groupe jihadiste. Elle y avait …

Lire l’article
Link zum Artikel