International
Canada

Ottawa nomme une conseillère pour lutter contre l'islamophobie

Trudeau nomme une conseillère pour lutter contre l'islamophobie

Avec cette nomination, Justin Trudeau envoie un signal fort contre l'islamophobie au Canada.
Avec cette nomination, Justin Trudeau envoie un signal fort contre l'islamophobie au Canada.Image: sda
Le pays a été marqué par une série d'attaques visant des communautés musulmanes ces dernières années.
27.01.2023, 05:2327.01.2023, 07:59
Plus de «International»

Le Canada a nommé jeudi sa toute première conseillère chargée de la lutte contre l'islamophobie.

La nomination d'Amira Elghawaby, une activiste et journaliste reconnue, «est une étape importante dans notre combat contre l'islamophobie et la haine sous toutes ses formes», a déclaré jeudi le premier ministre Justin Trudeau:

«L'islamophobie est un phénomène que de nombreux musulmans ne connaissent que trop bien. Nous devons changer cela»

«Un moment historique»

Mme Elghawaby jouera le rôle de «porte-parole, conseillère, experte et représentante» auprès du gouvernement dans l'élaboration de politiques reflétant la réalité des communautés musulmanes.

«J'ai hâte de rencontrer les élus, les décideurs et les chefs communautaires de tout le pays afin d'amplifier la voix des musulmans canadiens.»
Déclaration de la nouvelle conseillère

«Aujourd'hui, nous marquons un moment historique pour les musulmans au Canada», a réagi dans un communiqué le conseil national des musulmans canadiens (CNMC).

Dans une série de tweets, Amira Elghawaby a également rappelé les noms des membres de communautés musulmanes tués lors d'actes islamophobes ces dernières années. (ats/jch)

Johnson, Trudeau et von der Leyen se moquent des photos de Poutine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi ce juge suffoque entre sa femme, Trump et un drapeau
C'est un véritable feuilleton qui ébranle la Cour suprême. Depuis que Samuel Alito a été pris en flagrant délit de drapeau américain hissé à l'envers devant sa maison, ce juge conservateur est accusé (au mieux) de fricoter avec Trump. Jeudi, dans une lettre étrange, il a refusé de se récuser et rejette encore la faute sur sa femme... sans la nommer. Récit.

«My wife.» Dans un courrier officiel adressé au démocrates du Congrès américain, Samuel Alito rejette (une nouvelle fois) toute la responsabilité sur sa «femme». Une épouse qui n'aura d'ailleurs jamais droit à un nom, malgré deux bonnes pages d'explications. Ce juge de la Cour suprême va même pousser le bouchon jusqu'à former une anaphore, comme l'avait fait François Hollande avec son célèbre «moi, président de la République»: pas moins de quatre paragraphes qui démarrent par «My wife» et qui sont censés le disculper.

L’article