DE | FR

Travailler en Chine, entre symbole de succès et esclavage moderne

Workers put together electronic gears at a factory in Zhangye in northwestern China's Gansu Province on April 17, 2021. Two surveys show Chinese manufacturing expanded in April but growth appeared to be slowing after a rebound from the coronavirus pandemic. (Chinatopix via AP)

Signe de réussite pour certains, véritable exploitation pour d'autres, le «Grand bon en avant» chinois passe toujours par une demande d'effort de la population. Image: sda

De 9h à 21h, six jours par semaine. C'est à cela que ressemble l'horaire de travail de nombreux employés chinois. Témoignages.



De longues heures de travail, des heures supplémentaires non rémunérées et le fait de dormir au bureau sont la norme dans plusieurs entreprises chinoises. Les géants de la technologie rivalisent pour maintenir leur monopole et les jeunes pousses ambitieuses s'efforcent d'entrer sur le marché.

«996»: de 9h à 21h, 6 jours pas semaine

La fameuse culture de travail «996» est revenue sur le devant de la scène récemment après la mort de deux employés du géant du commerce électronique Pinduoduo. Une femme de 22 ans s'est effondrée et est morte sur le chemin du retour du travail à 1h30 du matin. Moins de deux semaines plus tard, un ingénieur de l'entreprise s'est suicidé.

(Réd: les personnes rencontrées pour cette enquête ont préféré rester anonymes)

«Emma», expatriée italienne à Shanghai

Tout d'abord, il y a une expatriée italienne de 33 ans, que nous appellerons «Emma» qui décrit comment cette nouvelle a Pinduoduo lui a rappelé ses jours de travail chez Xiaoyi. Une entreprise produisant des caméras et des technologies de vision par ordinateur, où il était normal que les employés travaillent 996.

«Ils avaient peur du patron»

«Emma»,expatriée italienne à Shanghai

Deux semaines après son entrée dans l'entreprise, elle a été choquée de recevoir un courriel annonçant la mort d'un collègue. «Ils ont dit qu'il était mort d'une crise cardiaque, mais tout le monde savait que ce n'était pas une simple crise cardiaque». C'était l'un des ingénieurs qui avaient la réputation d'être «vraiment exploité».

«Si quelqu'un part avant 19h30, vous serez viré»

Emma, expatriée italienne à Shanghai

Alors qu'elle et d'autres collègues expatriés ont fait affront en partant plus tôt et en refusant de venir le samedi, la menace de perdre leur emploi était trop risquée pour ses collègues chinois. Un responsable entrait et criait à travers la pièce «si quelqu'un part avant 19h30, vous serez viré».

15 min de retard: - 50 yuan
30 min de retard: - une demie journée de salaire

Les employés devaient également s'enregistrer par empreinte digitale et leur paie était retenue pour leur retard.

«Après une demi-journée d'absence, autant ne pas se donner la peine d'entrer, car cela signifie perdre une journée entière de salaire»

Emma, expatriée italienne à Shanghai

Cela a conduit à une culture qu'elle décrit comme «toxique». Elle explique que si tout le monde se plaignait les uns aux autres, ils pouvaient en même temps être très compétitifs, en volant les idées des autres et en les présentant au patron comme leur propre idée.

«Vous ne pouvez pas être productif pendant 12 heures. Ce n'est pas une vie»

Emma, expatriée italienne à Shanghai

Elle a quitté l'entreprise au bout d'un an, estimant que cela n'avait aucun sens. "Vous ne pouvez pas être productif pendant 12 heures. Ce n'est pas une vie". Cependant, elle comprend que ses collègues restent pour la stabilité et un salaire compétitif.

«Marc», expatrié en Chine depuis 14 ans

Un autre expatrié, qui vit en Chine depuis 14 ans, que nous appellerons «Marc» a une vision différente des choses. Au début de sa carrière d'ingénieur en informatique, il a dû travailler au 997 pour répondre aux demandes de clients situés dans des fuseaux horaires différents.

«Travailler dur est une sorte de badge d'honneur»

«Marc», en Chine depuis 14 ans

Malgré ce mode de vie éreintant, il pense que cela a «du sens» au début d'une carrière. «Vous êtes poussé par le besoin de montrer votre valeur ajoutée et de donner une forte impression», même si cela signifie «se salir les mains pour faire le travail», dit-il. Il pense qu'après avoir travaillé, vous pouvez passer de «travailler dur à travailler intelligemment».

Travailler dur: une «énorme bénédiction»

Réfléchissant à la culture du travail en Chine, il explique que «travailler dur est en quelque sorte un insigne d'honneur», comme le montrent les personnalités qui ont soutenu le projet 996. Le fondateur d'Alibaba, Jack Ma, a tristement appelé cela une "énorme bénédiction".

epa07831569 (FILE) - Jack Ma, Executive chairman and co-founder of Alibaba Group at the Vivatech startups and innovation fair, in Paris, France, 16 May 2019 (reissued 10 September 2019). Jack Ma is due to step down as Alibaba chairman today. EPA/JULIEN DE ROSA

Le milliardaire chinois Jack Ma, à la tête de l'empire Alibaba. Image: EPA

L'application de l'article 996 constituerait une violation du droit du travail chinois, qui stipule que le temps de travail ne doit pas dépasser 8 heures par jour et 44 heures par semaine en moyenne.

Travailler sous la menace d’être viré

Par conséquent, les entreprises ont tendance à trouver des moyens indirects de l'appliquer, comme la pression exercée pour accomplir de grandes quantités de travail, les incitations à rester au bureau et les menaces de perte d'emploi.

«Mia», chinoise de 30 ans

Une salariée chinoise de 30 ans, que nous appellerons «Mia», travaille à 995 dans l'un des géants technologiques de Chine. Bien qu'elle ne soit pas obligée de travailler le samedi, elle déplore que le volume de travail ne puisse être quantifié, car de nouvelles tâches s'ajoutent chaque jour. Pour elle, la vie n'existe qu'en trois heures: entre le travail et le sommeil.

«Combien de temps cela peut-il durer quand la tolérance physique et la résistance psychologique sont en jeu?»

Mia, salariée chinoise

Comparant ces entreprises à de «grandes usines», elle explique qu'en réalité, les salariés n'ont pas besoin que le patron les «force» à partir à 21h. Ce sont les tâches inachevées qui les retiennent jusqu'à tard le soir.

Pour concurrencer l'Occident

Pour l'instant, il ne semble pas que le «996» se termine de sitôt. Il est trop précieux pour aider la Chine à concurrencer l'Occident.

Des rêves de pratiques «saines»

Cependant, une population croissante de jeunes Chinois critiquent la culture de surcharge de travail sur les plateformes en ligne. Les médias d'État se sont également joints à la cause en appelant à la réduction du temps de travail et en poursuivant les rêves de pratiques «saines».

Un changement d'attitude de la part des autorités supérieures et l'application de protections pour les travailleurs semblent être essentiels pour que tout changement significatif se produise.

Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux

1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles concernant la Chine

Un rapport de l'OMS sème le trouble entre la Chine et les USA

Link zum Artikel

Un deuxième canadien face à la justice chinoise pour «espionnage»

Link zum Artikel

Les Etats-Unis cherchent à se réconcilier avec la Chine

Link zum Artikel

La Chine devient le premier partenaire commercial de L'UE

Link zum Artikel

Le Parlement canadien reconnaît le génocide ouïghour, la Chine fâchée

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Hong Kong cède une nouvelle fois à l’influence chinoise

Pour la deuxième année consécutive, la police hongkongaise a pris la décision de bannir la traditionnelle veillée de Tiananmen. Cette fois, les raisons sont politiques.

Hong Kong sert encore la vis. Dans un contexte de reprise en main musclée de la ville par le pouvoir chinois, les autorités hongkongaises suppriment à nouveau la veillée de Tiananmen, très mal vue par Pékin. Il paraît évident que cet événement dérange. D'ailleurs, ce refus intervient deux jours après que la police de la ville chinoise de Macao l'a également interdit.

Les raisons? Cette manifestation risque d’inciter à la rébellion et à la contestation du pouvoir en place. L’ingérence …

Lire l’article
Link zum Artikel