DE | FR
Manifestations en marge du G20, dimanche à Rome.
Manifestations en marge du G20, dimanche à Rome.mage: Shutterstock

Le G20 se met d'accord pour un réchauffement climatique à 1,5º maximum

Les dirigeants du G20 se sont entendus sur un objectif de limitation du réchauffement climatique. Au même moment, à Glasgow, le président de la COP26 a déclaré que la conférence qui a démarré dimanche était le «dernier et le meilleur espoir» pour y parvenir.
31.10.2021, 13:2631.10.2021, 16:56

Les dirigeants du G20 se sont entendus dimanche sur un objectif de limitation du réchauffement climatique à 1,5 degré au-dessus des niveaux préindustriels, selon le projet de communiqué final, consulté par l'agence de presse AFP. Le G20 réaffirme l'objectif de l'accord de Paris, à savoir «maintenir l'augmentation moyenne des températures bien en dessous de 2 degrés et poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5 degré au-dessus des niveaux préindustriels».

Mais le G20 va (un peu) plus loin:

«Conserver l'objectif de 1,5 degré à portée nécessitera des actions et des engagements significatifs et efficaces de tous les pays»

L'accord trouvé porte sur un «langage plus fort» que celui de l'accord de Paris de 2015, ont indiqué à l'AFP deux sources participant aux négociations. L'objectif de l'Accord de Paris est de maintenir le réchauffement «bien en deçà» de +2°C, si possible à +1,5°C, par rapport à l'ère préindustrielle, un plafond qui est de facto devenu l'objectif prioritaire depuis. L'enjeu principal est de savoir quels moyens concrets les pays engagent pour respecter cet objectif, ce qu'ils sont souvent réticents à indiquer, déplorent les ONG.

Car selon la dernière évaluation de l'ONU qui prend en compte les nouveaux engagements d'une majorité des pays signataires, le monde se dirige toujours vers un réchauffement «catastrophique» de +2,7°C. Ou au mieux +2,2°C si on prend en compte les promesses souvent «vagues» de neutralité carbone pour le milieu du siècle. «Le milieu du siècle» est précisément la formulation retenue par le G20 dans le document final. Un horizon moins précis que la date de 2050 voulue notamment par la présidence italienne du G20, «mais tout à fait significatif, considérant la diversité des pays qui participent au G20», selon la présidence française.

L'Accord de Paris évoque l'objectif d'«équilibre» entre émissions et absorption des gaz à effet de serre «au cours de la deuxième moitié du siècle». Sous la pression de l'ONU, de plus en plus de pays s'engagent pour cette neutralité carbone, la plupart pour 2050, quelques-uns pour 2060 ou 2045: La Chine et la Russie, par exemple, se sont fixé 2060, l'Australie et la France 2050.En excluant les simples promesses, 49 pays représentant 57% des émissions mondiales, dont l'ensemble des membres de l'UE et les Etats-Unis, ont pris cet engagement de façon formelle, selon le dernier rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement.

C'est quoi la COP26?

Plus d'articles sur le réchauffement climatique

«Des changements climatiques sans précédent»: le Giec dévoile son rapport

Link zum Artikel

À la veille de la COP26, la pollution bat des records. Comment s'en sortir?

Link zum Artikel

La Suisse ne se rendra pas les mains vides à la COP26

Link zum Artikel

L'avenir de la planète angoisse de plus en plus de jeunes

Link zum Artikel
Pour être plus inclusive, l'Union européenne voulait supprimer... Noël
La Commission européenne est forcée de réécrire son texte de lutte contre les discriminations: sa première version proposait de bannir toute mention de Noël. Ce qui, forcément, ça n'a pas manqué de heurter certaines sensibilités.

L'écriture inclusive, c'est (souvent) un sujet qui fâche. On risque toujours de blesser quelqu'un. Et c'est tout particulièrement le cas quand il s'agit de toucher aux Fêtes de Noël.

L’article