DE | FR

Aux Etats-Unis, donner des conseils à la Corée du Nord est un délit

Un homme de 39 ans, accusé d'être un pirate informatique, a été condamné mardi à New York à plus de cinq ans de prison pour avoir fourni des conseils financiers à la Corée du Nord afin qu'elle échappe aux sanctions internationales.
13.04.2022, 07:4513.04.2022, 11:42

Il s'appelle Virgil Griffith. Cet Américain de 39 ans a plaidé «coupable» devant la justice fédérale américaine qui le poursuivait depuis 2019, afin de réduire sa peine encourue qui aurait pu être de 20 années de réclusion criminelle. Il a été condamné à 63 mois de prison, selon un communiqué du procureur du tribunal fédéral de Manhattan.

Pour le procureur Damian Williams, «la Corée du Nord représente sans le moindre doute une menace pour la sécurité nationale de notre pays et le régime (de Pyongyang) a montré à maintes reprises que rien ne l'arrêtait pour faire fi de nos lois».

Le condamné Virgil Griffith avait déjà «reconnu devant la justice avoir agi pour que la Corée du Nord échappe aux sanctions, lesquelles sont en vigueur pour l'empêcher de se doter d'une arme nucléaire», a déclaré le procureur. La justice américaine accusait l'Américain de 39 ans d'avoir par ailleurs travaillé en équipe pour fournir à la Corée du Nord des services financiers en cryptomonnaies.

Déjà condamné en 2019

Virgil Griffith est un informaticien américain qui vivait à Singapour et avait été arrêté en novembre 2019 à l'aéroport de Los Angeles, après avoir assisté à une conférence à Pyongyang quelques mois plus tôt. Il y avait exposé, selon la justice américaine, son expertise en matière de cryptomonnaies et monnaies virtuelles et la manière «d'échapper aux sanctions» internationales contre le régime communiste de Pyongyang.

La justice américaine l'accusait également d'avoir proposé des «programmes pour faciliter les échanges en cryptomonnaies entre la Corée du Nord et la Corée du Sud», en violation des règles internationales.

Les résolutions de l'ONU interdisent à la Corée du Nord, frappée par de lourdes sanctions internationales pour ses programmes nucléaires et d'armement, de procéder à des essais de missiles balistiques, ce qui n'a pas empêché Pyongyang de réaliser une dizaine de tests de ce type depuis le début de l'année. (ats/mndl)

Une forte explosion au cœur de New York crée la panique

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Juan Carlos Iᵉʳ au pays, une visite qui fait grincer des dents
En exil depuis 2020 après des accusations de malversations, l'ex-roi est arrivé jeudi en Espagne. Un retour de quelques jours qui suscite beaucoup de critiques.

L'avion de l'ex-monarque Juan Carlos Ier, un jet privé parti d'Abou Dhabi, a atterri peu après 19h à Vigo, en Galice, dans le nord-ouest de l'Espagne. Il a été accueilli à son arrivée par sa fille aînée, l'infante Elena. Il s'est ensuite rendu à Sanxenxo, où il assistera ce week-end à une régate à laquelle participera le «Bribon», voilier avec lequel il a été champion du monde en 2017. Il fera ensuite le déplacement lundi à Madrid pour voir notamment son fils, le roi Felipe VI, et son épouse Letizia, avant de repartir le jour même à Abou Dhabi. L'ancien roi compte désormais «revenir régulièrement en Espagne pour voir sa famille et ses amis».

L’article