faible pluie10°
DE | FR
International
Corée du Sud

La Corée du Sud lance son premier satellite espion avec Space X

La Corée du Sud lance son premier satellite espion grâce à SpaceX

In this image from video provided by SpaceX, South Korea launches its first military spy satellite from Vandenberg Space Force Base, Calif., Friday, Dec. 1, 2023. Using SpaceX's Falcon 9 rocket,  ...
Le satellite de Séoul a été lancé par une fusée Falcon 9 de SpaceX, qui a décollé vendredi.Keystone
La Corée du Sud n'aura peut-être bientôt plus besoin des Etats-Unis pour obtenir de l'intelligence sur son plus grand rival et voisin nord-coréen, avec le soutien de l'entreprise fondée par Elon Musk.
01.12.2023, 22:5102.12.2023, 09:27
Plus de «International»

Une fusée de SpaceX transportant le premier satellite-espion sud-coréen a décollé vendredi depuis la Californie, selon la retransmission en direct de l'entreprise spatiale américaine. Cela moins de deux semaines après le lancement par Pyongyang de son propre satellite de reconnaissance militaire.

Le satellite de Séoul était lancé par une fusée Falcon 9, qui a décollé depuis la base californienne de Vandenberg, à 18H19 GMT vendredi (19h19 heure suisse).

L'agence de presse sud-coréenne Yonhap, citant le ministère de la Défense du pays, a ensuite indiqué que le satellite avait réussi à atteindre l'orbite «environ quatre minutes après le décollage».

La mission transportait également d'autres satellites de différents clients. SpaceX a interrompu son direct vidéo peu après le lancement, sans montrer d'images de la cargaison déployée dans l'espace.

Surveiller la Corée du Nord

Le satellite sud-coréen doit surveiller les activités de la Corée du Nord, dotée de l'arme nucléaire. L'appareil doit être capable de détecter un objet aussi petit que 30 centimètres, selon Yonhap:

«En considérant sa résolution et sa capacité d'observation de la Terre (...) notre technologie satellite se place parmi les cinq premières du monde»
Un responsable du ministère de la Défense sud-coréen

La Corée du Sud prévoit de lancer quatre satellites supplémentaires d'ici fin 2025 pour renforcer ses capacités.

Longtemps dépendants des USA

Pour surveiller les activités de Pyongyang, «jusqu'ici, la Corée du Sud s'est beaucoup reposée sur les satellites de reconnaissance des Etats-Unis», a expliqué à l'AFP Choi Gi-il, professeur à l'Université Sangji.

Bien que le pays «a déjà réussi à lancer un satellite militaire de communications, il a pris bien plus longtemps pour un satellite de reconnaissance, à cause de défis technologiques plus élevés», a-t-il ajouté. Mais après le lancement réussi par la Corée du Nord d'un satellite espion, «le gouvernement de Corée du Sud (devait) lui aussi démontrer qu'il (pouvait) le faire».

Depuis le lancement du satellite nord-coréen «Malligyong-1» la semaine dernière, Pyongyang a affirmé avoir pu observer des sites majeurs aux Etats-Unis et en Corée du Sud. Aucune image n'a toutefois été rendue publique.

Aide russe

Ce décollage était la troisième tentative nord-coréenne pour mettre un tel satellite d'observation militaire en orbite, après deux échecs en mai et en août. Séoul a affirmé que la Russie avait aidé techniquement la Corée du Nord pour cette opération.

Les Occidentaux, le Japon et la Corée du Sud avaient dénoncé ce lancement, tout comme le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. (ats/jch)

La fusée de SpaceX a décollé vers l'ISS
1 / 7
La fusée de SpaceX a décollé vers l'ISS
La fusée Falcon 9 de SpaceX en train de décoller.
source: ap nasa
partager sur Facebookpartager sur X
Vous allez bientôt pouvoir aller dans l'espace sans fusée
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Nous avons hacké les hackers»: un puissant groupe démantelé
C'est un énorme coup de filet international dans le monde de la cybercriminalité. En Suisse, l'opération a été menée par l'Office fédéral de la police, la police cantonale zurichoise et le ministère public du canton de Zurich.

Des milliers de victimes, des hôpitaux ou des mairies visés, des pertes totalisant des milliards d'euros... Le groupe de cybercriminels LockBit, présenté comme «le plus nuisible» au monde, a été démantelé lors d'une opération de police internationale, ont annoncé mardi les autorités de plusieurs pays:

L’article