larges éclaircies
DE | FR
International
Corée du Nord

Pyongyang a mené des simulations «nucléaires tactiques»

Pyongyang a mené des simulations «nucléaires tactiques»

This photo provided on Oct. 10, 2022, by the North Korean government, North Korean leader Kim Jong Un inspects a missile test at an undisclosed location in North Korea, as taken sometime between Sept. ...
Le dirigeant Nord-coréen Kim Jong-Un inspecte une simulation de frappe nucléaire.Image: sda
Le régime de Pyongyang a procédé depuis deux semaines à sept lancements de missiles balistiques.
10.10.2022, 05:0910.10.2022, 07:14
Plus de «International»

La Corée du Nord a affirmé lundi avoir simulé des frappes «nucléaires tactiques» ces deux dernières semaines lors de ses essais de missiles. Il s'agit d'une réponse à la «menace militaire» posée par les Etats-Unis et leurs alliés, a-t-elle ajouté.

La semaine dernière, des projectiles ont survolé le Japon pour la première fois depuis 2017. Au même moment, les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont mené de vastes exercices navals et aériens autour de la péninsule coréenne, avec notamment le porte-avions à propulsion nucléaire USS Ronald Reagan.

En réponse, les unités de l'armée populaire coréenne (APC) chargées de l'utilisation des armes nucléaires tactiques ont organisé des exercices militaires du 25 septembre au 9 octobre afin de vérifier et d'évaluer la capacité de dissuasion et de contre-attaque nucléaire du pays. Ces essais de lancements de missiles balistiques étaient «la simulation d'une guerre réelle.»
L'agence officielle nord-coréenne KCNA

«Neutralisation d'aéroports»

Toujours d'après KCNA, les exercices ont notamment consisté en une «simulation de chargement d'ogives nucléaires tactiques» à bord d'un missile qui a ensuite été lancé d'un silo situé sous un lac artificiel du nord-ouest du pays le 25 septembre.

«D'autres essais menés les jours suivants ont consisté, entre autres, à simuler la neutralisation d'aéroports en Corée du Sud, la frappe des principaux centres de commandement et des principaux ports des ennemis. Quant au projectile qui a survolé le Japon le 4 octobre, il s'agissait d'un nouveau type de missile balistique sol-sol à portée intermédiaire.»
KCNA

Le missile a parcouru 4500 km avant de tomber dans l'océan Pacifique, ce que les experts estiment être la plus longue distance parcourue jusqu'à ce jour par un projectile nord-coréen lors d'un essai.

KCNA a justifié ces exercices par les manoeuvres militaires conjointes américano-sud-coréennes, «attitude regrettable qui aggrave encore la tension dans la région tout en constituant ouvertement une menace militaire» pour la Corée du Nord, selon elle. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un «a dirigé les exercices militaires sur place», a précisé l'agence.

Essai nucléaire

Alors que les pourparlers sur le désarmement de la Corée du Nord sont depuis longtemps dans l'impasse, Pyongyang, sous le coup de nombreuses sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU, a multiplié depuis le début de l'année ses essais d'armements.

De nombreux experts et responsables estiment que la Corée du Nord a achevé les préparatifs pour un nouvel essai nucléaire, qui serait le septième de son histoire et le premier depuis 2017.

«Les Nord-Coréens cherchent à se doter d'une arme nucléaire tactique, c'est certain. Je soupçonne qu'ils vont progressivement nucléariser un grand nombre de leurs nouveaux missiles à courte portée.»
Ankit Panda, analyste en sécurité aux Etats-Unis

Le fait que la Corée du Nord ait décrit ses sept récents lancements de missiles comme étant liés à des «unités d'opérations nucléaires tactiques» est significatif, a ajouté cet analyste. «C'est intéressant, car cela inclut tout, des missiles balistiques à courte portée aux IRBM», a-t-il tweeté. (ats/jch)

Une femme menottée dans une voiture se fait percuter par un train
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce chef yakuza n’aurait pas dû tenter de vendre du matos nucléaire à l'Iran
Un criminel japonais a voulu vendre du «plutonium» à un général iranien. Mais Takeshi Ebisawa a manqué de chance, puisque son interlocuteur était en réalité un agent infiltré américain. Avec cette vente de matériel, il voulait financer un groupe d'insurgés au Myanmar.

La justice américaine a diffusé un communiqué mettant en lumière les manigances d'un chef yakuza. Le Japonais aurait tenté de vendre du matériel nucléaire militaire à un général iranien. Le chef Yakuza se nomme Takeshi Ebisawa, 60 ans. Il voulait vendre de l'uranium et du plutonium, au nom d'un chef à la tête d'un groupe d'insurgés actif en Birmanie.

L’article