DE | FR

Les emplois perdus pendant la crise ne seront pas récupérés avant 2023

Image: Shutterstock
La situation de l'emploi dans le monde n'est pas près de s'améliorer, estime l'Organisation internationale du travail (OIT). Mais les choses devraient progresser durant la seconde partie de 2021.
02.06.2021, 15:38

Au moins 205 millions de personnes devraient être au chômage l'année prochaine, contre 187 millions avant la crise, a affirmé mercredi à l'Organisation internationale du travail (OIT).

Une amélioration en seconde partie d'année?

Avant le début de la pandémie, le chômage était déjà élevé, le travail sous-utilisé et les conditions difficiles. Pour cette première moitié de l'année, la crise a beauccoup affecté l'Amérique latine, l'Europe et une partie de l'Asie.

Cependant, les choses devraient s'améliorer durant la seconde partie de 2021, si la situation pandémique ne se détériore pas.

Une relance centrée sur des emplois décents

Pour accélérer la relance, l'OIT recommande aux Etats de:

  • Défendre des emplois productifs.
  • Soutenir les revenus des ménages.
  • Renforcer les institutions pour une croissance économique durable.
  • Recourir au dialogue social.

A l'issue de la conférence annuelle sur le travail, qui s'ouvrira jeudi, l'OIT souhaite que les 187 pays membres tombent d'accord sur une déclaration politique importante: une relance centrée sur les êtres humains.

L'organisation alerte aussi sur le danger pour les gouvernements de renoncer trop tôt au soutien des travailleurs, en raison de difficultés financières. (ats)

Hitler, c'est qui? On a demandé à des gymnasiens

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine redoute la «contamination radioactive de vastes territoires»
Le président russe accepte une mission internationale à la centrale nucléaire de Zaporijjia. Selon lui, le bombardement de ce territoire entraînerait le risque d'une «catastrophe de grande envergure».

Le chef du Kremlin a accepté vendredi 19 août une mission de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia. Il dit craindre que les bombardements ne finissent par provoquer une «catastrophe de grande envergure».

L’article