ciel couvert11°
DE | FR
International
Covid-19

Etre vacciné, nouvel argument de drague sur Tinder

Etre vacciné, nouvel argument de drague sur Tinder

Image
Les usagers des applications de rencontre au Royaume-Uni peuvent dès lundi faire de leur statut vaccinal anti-Covid un argument de séduction.
07.06.2021, 07:4407.06.2021, 17:17
Plus de «International»

Comme l'ont déjà fait les Etats-Unis d'Amérique, le gouvernement britannique a pris la main des applications de rencontre pour s'impliquer dans la campagne de vaccination, qui va s'ouvrir dans les jours prochains aux moins de 30 ans.

Selon un récent sondage YouGov, 31% des adultes préfèreraient une rencontre avec quelqu'un qui est vacciné et 28 refuseraient même de rencontrer quelqu'un qui ne l'est pas.

Les usagers de Tinder et consorts pourront ainsi ajouter leur vaccin à leur attirail pour plaire et s'ils affichent leur soutien à la campagne «Chaque vaccination nous donne l'espoir», bénéficier de munitions offertes, comme des «super like», dans l'arsenal de la drague en ligne, dans un pays éprouvé par des mois de confinement hivernal.

Il s'agit là «d'un incroyable atout supplémentaire à notre programme de vaccination»
Secrétaire d'Etat Nadhim Zahawi

Pays le plus durement touché en Europe avec près de 128 000 morts, le Royaume-Uni a administré une première dose de vaccin à plus de 40 millions de personnes, une deuxième à plus de 27 millions. Le gouvernement s'est fixé comme objectif de proposer au moins une dose à tous les adultes d'ici au 31 juillet. (ats/afp)

Manif à Genève contre la Loi Covid
1 / 7
Manif à Genève contre la Loi Covid
source: watson
partager sur Facebookpartager sur X
Covid-19: jeunes et bientôt vaccinés?
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'étrange timing de la mort de Navalny
Que s'est-il réellement passé le jour de la mort d'Alexeï Navalny? Les recherches menées par les médias russes révèlent de nombreuses incohérences.

Qualifier Vladimir Poutine de dictateur est justifié. Le Kremlin lui-même l'a confirmé, en décembre 2022. «Il n'y a pas de pouvoir plus grand que la parole du président», avait à l'époque déclaré le président du Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement, fidèle à Poutine.

L’article