DE | FR

Il ne fait pas bon être très vieux ou très jeune en 2021

Bild

Une réalité accentuée par la pandémie, pointe un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé. L'«âgisme» ce fléau mondial cible qui et avec quelles conséquences?



Une personne sur deux, dans le monde, fait preuve d'«âgisme». Autrement dit, utilise l'âge de quelqu'un pour lui porter préjudice. Et ça marche dans les deux sens: les jeunes envers les anciens et vice-versa. En Europe, un tiers des individus, mais surtout les jeunes, dit avoir subi cette attitude. Ce sont les résultats du premier rapport mondial sur cette question publié par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et d'autres acteurs onusiens.

«La pandémie a montré la prévalence de l'âgisme»

Une responsable de l'OMS

La crise du Covid-19 a accentué les disparités en raison de l'âge dans l'accès aux soins ou aux infrastructures. C'est aussi le cas dans l'application des restrictions et autorisations qui vise les plus jeunes ou les plus âgés.

Quelles sont les conséquences de l'âgisme?

.

Qui sont les plus ciblés par l'âgisme?

Comment y faire face?

Pour y faire face, le rapport recommande des politiques anti-discrimination et des législations sur les droits humains, l'éducation sur cette question et la facilitation d'un dialogue entre individus d'âges différents. Il appelle à améliorer les données. Il demande également à tous les acteurs d’œuvrer pour diminuer ce problème. (jah/ats)

Plus d'articles «Actu»

Un parc éolien va pouvoir pousser en terres vaudoises, une première

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile dès cet été

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel

Les 6 questions posées par le duel Rochebin/Le Temps

Link zum Artikel

Le shaker

Les volcans explosent mais ils ne sont pas les seuls

Vous avez passé la journée dans une cave sans 4G? Calmez-vous: voici une gorgée d'infos essentielles pour ne pas passer pour un ermite à l'apéro.

Joe Biden était très attendu au sommet sur le climat, et il n'y est pas allé par quatre chemins: il a quasiment doublé tous les objectifs américains en matière de lutte contre le réchauffement.

Joe Biden a claironné le retour de l'Amérique dans le combat écologique après que Donald Trump a jeté l'Accord de Paris aux orties dès sa prise de fonction. C'est une bonne nouvelle, à l'évidence, mais dont la durée de vie n'excède pas quatre ans. Soit bien avant l'échéance de l'objectif, qui …

Lire l’article
Link zum Artikel