DE | FR
Biden part à la rescousse des employés Uber et augmentent leur salaire. Watson.

Image: shutterstock

Biden part à la rescousse des employés Uber et impose un salaire minimal

L'administration Biden a annulé mercredi une loi imposée par Donald Trump qui rendait plus difficile pour les chauffeurs Uber et d'autres employés de «petits boulots» de revendiquer un statut de salarié. Ils bénéficient désormais de plusieurs avantages.



Le ministère américain du Travail a annoncé le 5 mai dans un communiqué que, dès le 6 mai, la loi américaine ordonnerait aux géants de la «Gig Economy» comme Uber ou Lyft, ainsi qu'à l'économie des autres «petits boulots» de revoir leurs considérations face à leurs entrepreneurs indépendants. Ceux-ci doivent désormais percevoir un salaire minimum de 7,25 dollars par heure et un paiement d'heures supplémentaires lorsqu'elles dépassent les 40 heures de travail par semaine.

«Trop souvent, les travailleurs perdent d'importantes protections salariales lorsque les employeurs les classent à tort comme entrepreneurs indépendants»

Marty Walsh, secrétaire américain au Travail reuters

Bien que ce renouvellement ne change pas le statut actuel de travailleurs indépendants, ces derniers ont maintenant la possibilité de faire valoir leurs droits. Avec cette nouvelle approche, Joe Biden arbore une position beaucoup moins amicale que son prédécesseur Donald Trump envers ces entreprises.

Préserver des droits essentiels

La loi sur les travailleurs indépendants avait été adoptée le 6 janvier par l'administration Trump, moins de deux semaines avant qu'il ne quitte son poste de président. Elle avait pour but de protéger les grosses entreprises comme Uber, Lyft ou encore DoorDash, face aux multiples procès de travailleurs indépendants qui réclament un statut de salarié. Ces derniers luttant ainsi afin de bénéficier d'avantages tels que

Joe Biden avait déjà tenu à les soutenir sur son compte Twitter durant sa campagne présidentielle: «L'année passée, la Californie a fait passer la loi AB5 permettant aux employés de la Gig Economy de disposer d'avantages tels que le salaire minimum et le paiement d'heures supplémentaires. Désormais, les géants de la Gig Economy essaient d'éliminer cette loi. C'est inacceptable.»

Le 26 mai 2020, Joe Biden s'opposait déjà à l'inconsidération de la Gig Economy envers les travailleurs indépendants twitter

En retirant cette législation, le ministère américain du Travail explique vouloir contribuer à «préserver les droits essentiels des travailleurs et à stopper l'érosion des protections des travailleurs qui se serait produite si la règle était entrée en vigueur».

(reuters/mndl)

Au Mexique, Covid ou pas, la fête continue

Vidéo: watson

Et pendant ce temps, 3000 jeunes font la fête à Liverpool

1 / 7
3000 jeunes font la fête à Liverpool
source: ap pa / richard mccarthy
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

La justice s'attaque au directeur financier de Trump et à son entreprise

L'entreprise familiale, la Trump Organization de l'ex-président, et son directeur financier, Allen Weisselberg, devraient comparaître ce jeudi devant le tribunal.

La Trump Organization, le groupe familial de l'ex-président américain Donald Trump, et son directeur financier vont être inculpés jeudi par les procureurs de New York, affirment mercredi plusieurs journaux américains. Les accusations portent sur des délits fiscaux.

Selon le Wall Street Journal, le New York Times et le Washington Post, qui citent des sources proches du dossier, l'inculpation porte sur des avantages en nature accordés au directeur financier de la holding, Allen Weisselberg, …

Lire l’article
Link zum Artikel