DE | FR
L'ancien président Donald Trump s'exprime lors d'un rassemblement le 26 mars 2022.
L'ancien président Donald Trump s'exprime lors d'un rassemblement le 26 mars 2022.image: keystone

Un juge fédéral accuse Trump d'avoir tenté un coup d'Etat

Une plainte a été déposée auprès d'un tribunal californien. Un juge estime que l'ancien président a tenté un coup d'Etat lors des élections qui ont annoncé la victoire de Joe Biden.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
30.03.2022, 06:1430.03.2022, 11:36
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi

Comme le légendaire artiste de l'évasion Harry Houdini, Donald Trump parvient toujours à se sortir de situations juridiques apparemment sans espoir. L'ex-président a survécu indemne à l'avocat spécial Robert Mueller et à deux procédures de destitution. Récemment, il a également été révélé que le nouveau procureur du district de Manhattan ne le poursuivrait probablement pas.

Mais Trump doit désormais faire face à un sérieux revers. Et celui-ci semble tout droit tombé du ciel: un procès intenté par l'avocat constitutionnel John Eastman (c'est lui 👇) devant un tribunal californien.

image: keystone

Un plan qui a échoué

Ledit Eastman a mis au point un plan qui aurait dû permettre au vice-président de Trump, Mike Pence, de saper au dernier moment la victoire électorale de Joe Biden. Ce plan prévoyait de ne pas reconnaître les résultats des swingstates décisifs et d'autoriser les parlements dominés par les républicains à envoyer leurs propres électeurs à Washington.

Qu'est-ce qu'un swingstate?
Dans le contexte de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, un swingstate, également appelé Etat-charnière, Etat pivot ou Etat clé, est un Etat américain au vote indécis et qui peut donc changer de camp, d'un scrutin à l'autre, entre les deux partis dominants. Il est susceptible faire basculer le résultat du vote final à la présidentielle américaine.
wikipedia

Le plan d'Eastman a mal tourné, Pence ayant refusé de lui obéir. Cependant, l'avocat constitutionnaliste a été appelé à témoigner devant la commission d'enquête sur les événements entourant le 6 janvier. Une demande à laquelle il n'a pas répondu, invoquant un «privilège présidentiel» inexistant.

Le procès d'Eastman s'est terminé devant la Cour de district de Californie, un tribunal fédéral. Le juge de cette dernière, David O. Carter, nommé par le président Bill Clinton, n'a pas seulement rejeté la plainte en bloc, mais il a également ordonné à Eastman de témoigner et remettre tous les documents pertinents la commission d'enquête.

Qu'est-ce que le juge a dit?

Le juge a, en outre, pris le temps d'expliquer son jugement en détail. Et cette justification, que recèle-t-elle? Elle démontre que Trump a sciemment participé à une tentative de coup d'Etat. «De nombreuses sources crédibles – du cercle interne du président aux principaux statisticiens – ont informé le président Trump et le Dr. Eastman qu'il n'y avait aucune preuve de fraude électorale», a-t-il déclaré.

D'accord, d'autres sont peut-être arrivés à cette conclusion entre-temps. Mais le juge continue:

«Le président Trump a tenté d'entraver l'action officielle en lançant une campagne de pression pour persuader le vice-président Pence d'ajourner la session du 6 janvier du Congrès.»

Le juge Carter rejette la justification pseudo-légale d'Eastman. Il n'a «ni fondement dans les faits, ni justification légale», précise le verdict. La conclusion est dévastatrice pour Trump:

«Le Dr. Eastman et le président Trump ont lancé une campagne pour renverser le résultat d'une élection démocrate, un événement sans précédent dans l'histoire américaine. Cette campagne ne s'est pas déroulée dans une tour d'ivoire. C'était un coup d'Etat à la recherche d'une théorie juridique.»

Quelles conséquences cela peut avoir?

Comment évaluer ce verdict, et surtout le raisonnement (qui fait d'ailleurs plus de 40 pages)? A première vue, les dommages causés à Trump semblent gérables, car il s'agit d'une procédure civile. Contrairement aux procédures pénales, les critères sont moins stricts.

Surtout, la culpabilité de l'accusé ne doit pas être «hors de tout doute», comme c'est le cas en matière pénale. C'est précisément ce point qui est difficile à prouver avec Trump, puisqu'il n'écrit aucun e-mail et ne laisse donc aucune «trace écrite».

Il doit s'attendre à des poursuites pénales: Peter Navarro, ancien conseiller économique de Trump.
Il doit s'attendre à des poursuites pénales: Peter Navarro, ancien conseiller économique de Trump.image: keystone

Mais le jugement et sa motivation sont un clin d'œil appuyé à l'adresse du ministre de la Justice Merrick Garland. Celui-ci, on le sait, a promis d'enquêter sur tous les faits relatifs à l'assaut du Capitole et de ne pas reculer, même devant les plus grands noms. En énumérant les faits pertinents et en fournissant une justification juridique, le juge fédéral Carter Garland a fourni une recette toute prête pour une accusation contre Trump.

Des proches de Trump dans le viseur de la justice

La semaine a mal commencé pour Trump. La commission a décidé d'exhorter le procureur général à intenter des poursuites pénales contre Peter Navarro et Dan Scavino. Les deux ont refusé de comparaître comme témoins.

Navarro était l'un des conseillers économiques de Trump et a expliqué, en détail, devant les caméras de télévision, comment lui et Steve Bannon, ont voulu empêcher l'élection de Joe Biden au dernier moment. Scavino fait partie du cercle intime de Trump. Il a commencé comme caddy de golf et est parvenu à devenir chef de cabinet adjoint à la Maison-Blanche. Comme Bannon, Navarro et Scarano revendiquaient un privilège présidentiel inexistant et, comme Bannon, ils seront probablement mis en accusation.

De la voiturette de golf à la Maison Blanche: Dan Scavino.
De la voiturette de golf à la Maison Blanche: Dan Scavino.Bild: keystone

Ginni Thomas, épouse du juge fédéral Clarence Thomas, est également susceptible d'être appelée comme témoin. Comme cela a été révélé, elle a envoyé plus de 20 SMS à Mark Meadows, le chef de cabinet de Trump, l'exhortant à ne reconnaître l'élection de Biden en aucune circonstance. Le comportement de la juge d'extrême droite est actuellement le sujet numéro un à Washington.

Enfin, la guerre de Poutine a également entraîné un changement de climat politique aux Etats-Unis. Par leur lutte héroïque, les Ukrainiens montrent à quel point la démocratie est précieuse, mais aussi vulnérable, et cela a des conséquences sur la politique intérieure américaine. Trump a voulu attaquer la démocratie en essayant de saper une élection démocratique légitime.

Trump se déclare le 47e président en jouant au golf

Plus d'analyses sur ce qui se passe en Ukraine

Pourquoi la Russie n'a pas encore gagné la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Les réfugiés ont la même voiture que nous» Ça vous choque?

Link zum Artikel

Ukraine: comment la cyber-guerre peut tout faire basculer (en Suisse aussi)

Link zum Artikel

L'invasion de l'Ukraine «était écrite»: aurions-nous été aveugles?

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Condamnation confirmée pour l'opposant russe Navalny en appel
L'opposant russe Alexeï Navalny avait fait appel de sa condamnation à neuf ans d'emprisonnement supplémentaires édictée en mars dernier. Mardi, la justice moscovite a réaffirmé sa position.

La justice russe a confirmé mardi en appel la condamnation à neuf ans de prison en «régime sévère» du principal opposant Alexeï Navalny. Celui-ci est jugé pour «escroquerie» et «outrage à magistrat».

L’article