DE | FR

Emmanuel Macron lance «France 2030»: c'est quoi ce plan?

Le président français a sorti de son chapeau «France 2030», un vaste plan d'investissement, qui doit faire de l'Hexagone une «nation d'innovation et de recherche» d'ici moins de 10 ans. On vous détaille le programme.
13.10.2021, 10:2414.10.2021, 09:17
Suivez-moi

30. Souvenez-vous en, parce que c'est un chiffre-clé. 30 milliards d'euros d'ici 2030. Voilà ce que prévoit le plan d'investissement du président Emmanuel Macron, baptisé... «France 2030», logique non?

L'ambitieux plan d'investissement a été présenté mardi par le président de la République devant un parterre de 200 chefs d'entreprises, ministres, élus, étudiants et chercheurs, réunis à l'Elysée.

Alors, c'est quoi le plan?

«France 2030» est fondé sur une idée maîtresse: la recherche et l'innovation. En injectant 30 milliards dans l'industrie française, Macron veut transformer la France en un pays innovant et indépendant vis-à-vis de l’étranger.

Emmanuel Macron insiste: son projet veut «reprendre en main le destin de la France et de l'Europe», pour que le modèle social français continue à se «moderniser». Pour cela, il mise sur les technologies d'avenir, en particulier en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique.

Dans les grandes lignes, «France 2030» repose sur 9 piliers, détaillés par Le Monde:

  1. L'énergie et la décabornisation de l'économie: à hauteur de 8 milliards d'euros, et particulièrement l’hydrogène vert et le «nucléaire de demain».
  2. Les transports: 4 milliards d'euros seront consacrés à la mobilité propre, dont les véhicules électriques et le développement d'avions bas carbone.
  3. L'alimentation: 2 milliards seront consacrés au développement d'une «alimentation saine, durable et traçable» et à l’accélération de la «révolution du système agroalimentaire».
  4. La santé: 3 milliards serviront dans la recherche et l’industrie de la santé, dans le but de produire en France vingt biomédicaments d'ici 2030.
  5. La culture, le spatial et les fonds marins, à hauteur de 2 milliards.
  6. L'électronique et la robotique pour 6 milliards.
  7. L'accès aux matières premières: et plus particulièrement la sécurisation de l'accès de matériaux critiques (lithium, nickel, et.c) pour 1 milliard.
  8. La formation: pour accompagner les nouvelles filières industrielles, 2,5 milliards seront consacrés à la formation.
  9. Les start-ups: 5 milliards seront investis dans les jeunes pousses industrielles.

Un plan qui tombe à point nommé?

À six mois de l'élection présidentielle, alors qu'il n'est même pas encore officiellement en campagne pour sa réélection, le chef de l’État voit donc très loin, au-delà de 2022.

Selon Le Temps, difficile de ne pas voir dans les huit ans qui séparent l'élection présidentielle d'avril 2022 et 2030, une autre chronologie: la durée d'un quinquennat et demi.

Selon cette perspective, le plan de 30 milliards pourrait devenir un axe de campagne électorale du président sortant, s’il choisit de se représenter.

«France 2030» ne fait pas l'unanimité

S'il a rencontré un accueil positif parmi l'auditoire, qui a loué «une vision claire, à la fois très audacieuse et réaliste», rapporte Le Figaro, le plan d'investissement a aussi essuyé quelques critiques parmi les détracteurs du président français.

«À quelques mois de la fin de son mandat, le président sortant engage l'argent des Français pour redorer son blason électoral avec des promesses qui n'engagent que son successeur», a critiqué Marine Le Pen sur Twitter.

Le chef de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a lui dénoncé une «nouvelle journée de propagande»:

Pour la sénatrice Les Républicains Valérie Boyer, Emmanuel Macron joue la stratégie de l'esquive, mais «les Français ne sont pas dupes»:

Quant à Greenpeace, elle a dénoncé des «fausses solutions suivant une même logique: repousser sans cesse la vraie transition et continuer à produire comme si les ressources de la planète étaient illimitées».

Quant aux Echos, qui sont allés tâter la température parmi des économistes, ils ont obtenu des avis variés. Selon eux, le plan d'investissement va certes dans la bonne direction, mais il suscite quelques doutes sur sa faisabilité.

A propos de tech, ces cyclistes sont vraiment des artistes!

1 / 15
Les cyclistes sur Strava sont vraiment des artistes
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Sur TikTok, les challenges se multiplient sur Squid Game.

Et si vous voulez tout savoir sur l'actu économique...

Vous n'avez rien suivi des «Pandora Papers»? Rattrapage en 5 points

Link zum Artikel

Etats, banques, hôpitaux: Comment les hackers multiplient les victimes

Link zum Artikel

Fin du chômage partiel: Une «crise massive» guette le Royaume-Uni

Link zum Artikel

Voici les entreprises les plus attractives pour les jeunes Romands

Link zum Artikel

Pourquoi la fin de Facebook pourrait arriver plus vite que prévu

Une panne mondiale, des lanceuses d'alerte, une chute brutale de sa valeur en bourse... Les signaux négatifs se multiplient pour le géant bleu. Une journaliste lui prédit même sa fin prochaine.

Mais qui est donc cet oiseau de mauvais augure qui mise sur une fin (plus ou moins) imminente du réseau social? Une voix qui compte, certainement: Carole Cadwalladr, la journaliste qui a mis à jour le scandale des «Cambridge Analytica» en 2018.

Dans un éditorial publié le 10 octobre dans le Guardian, Cadwalladr prédit la mort de «la maison de Zuck». Une affirmation osée, mais argumentée.

Il faut dire que Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a dû passer de meilleurs moments. Ces derniers …

Lire l’article
Link zum Artikel