stratus fréquent-1°
DE | FR
International
Etats-Unis

Assaut du Capitole: l'ex-bras droit de Trump risque la prison

Assaut du Capitole: l'ex-bras droit de Trump risque la prison

FILE - White House chief of staff Mark Meadows speaks with reporters outside the White House, Oct. 26, 2020, in Washington. The House panel investigating the Jan. 6 Capitol insurrection says it has
Mark Meadows.Image: sda
Mark Meadows, l'un des plus proches conseillers de l'ex-président, refuse de témoigner. Il est renvoyé devant des procureurs fédéraux.
15.12.2021, 07:2915.12.2021, 07:42

La chambre américaine des représentants s'est prononcée, mardi, en faveur de poursuites pénales contre Mark Meadows, l'ancien chef de cabinet de Donald Trump. Ce proche de l'ex-président américain refuse de témoigner dans l'enquête sur l'assaut du Capitole.

Par ce vote, Mark Meadows, l'un des plus proches conseillers de l'ex-président, est renvoyé devant des procureurs fédéraux qui devront décider ou non de l'inculper pour «tentative d'entrave à une enquête du congrès».

Pourquoi cette enquête?

L'enquête en question est menée par une commission parlementaire, qui cherche à faire la lumière sur les événements du 6 janvier 2021, quand des milliers de partisans de Donald Trump ont envahi le siège du Congrès américain pour tenter d'empêcher les élus de certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

L'assaut du Capitole en images

1 / 6
L'assaut du Capitole en images
source: epa / michael reynolds
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Pourquoi viser Mark Meadows?

Mark Meadows, le «chief of staff» du tempétueux président à l'époque, est au cœur de toutes leurs attentions. Mais l'homme de 62 ans a opposé son mutisme à toutes les injonctions à comparaître émises par la commission dite «du 6 janvier». C'est au motif qu'il tente par son silence, «d'entraver» cette investigation du Congrès que les élus ont recommandé des poursuites pénales.

Cet ancien haut responsable de la Maison-Blanche, réputé très discret, encourt une peine de prison.

Le refus de Mark Meadows de témoigner ne constitue pas une absence de coopération avec l'enquête, assure son avocat, énumérant les milliers de documents officiels, courriels et SMS qu'il a accepté de fournir aux élus de la commission, mais plutôt une façon d'«accéder» au souhait formulé par Donald Trump de garder certaines informations secrètes, au nom des privilèges présidentiels.

Où en est l'enquête sur l'assaut?

Nombre de ces SMS adressés à Mark Meadows ont été lus à voix haute par le groupe de parlementaires en charge de l'enquête, lors de réunions retransmises en direct sur les chaînes d'informations en continu du pays. Ils proviennent d'élus républicains, personnalités de la chaîne conservatrice Fox News, et même du propre fils du président, Donald Trump Jr.

Tous l'implorent de pousser le milliardaire républicain à prendre la parole pour faire reculer ses partisans, qui prenaient alors d'assaut le congrès.

Mark Meadows est déjà le deuxième des fidèles de l'ex-président à être menacé de poursuites pénales dans le cadre de cette enquête du «6 janvier».

L'ancien magnat de l'immobilier tente par tous les moyens d'empêcher la commission de s'approcher de trop près et mettre la main sur des documents susceptibles de l'incriminer. Il multiplie les recours en justice, pour le moment infructueux.

Sans attendre l'issue de ces démêlés, la commission a déjà interrogé plus de 300 personnes. (jah/ats)

Baston d'ours à la pool party d'un lycée américain

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi les Italiens n'ont plus peur de la mafia
L'arrestation du dernier parrain de Cosa Nostra, Matteo Messina Denaro, marque la fin définitive d'une ère en Italie. La mafia italienne est toujours aussi forte, mais la pression sur les clans s'est considérablement renforcée.

Campobello di Mazara est une petite ville endormie et insignifiante du sud-ouest de la Sicile. Elle compte 11 000 habitants, des rues poussiéreuses pleines de nids de poule, quelques bars, une maison communale à l'allure pauvre et quatre églises.

L’article