International
Etats-Unis

Biden et Obama appellent à voter la «démocratie»

Biden et Obama appellent à voter la «démocratie»

President Joe Biden and former President Barack Obama shake hands after a campaign rally for Pennsylvania's Democratic gubernatorial candidate Josh Shapiro and Democratic Senate candidate Lt. Gov ...
Image: sda
A trois jours des élections de mi-mandat, le président américain Joe Biden et son prédécesseur démocrate Barack Obama ont exhorté samedi les Américains à voter pour protéger la démocratie. Leur adversaire Donald Trump a lui appelé à «sauver le rêve américain».
06.11.2022, 10:1906.11.2022, 10:43
Plus de «International»

Lors d'une journée marathon de réunions électorales concurrentes en Pennsylvanie, Etat crucial pour les législatives de mi-mandat du 8 novembre, les 46e (Biden) et 44e (Obama) présidents des Etats-Unis d'Amérique ont affronté à distance le 45e (Trump) avant un scrutin qui posera les fondations de la présidentielle de 2024.

Joe Biden, sous les ovations du public d'une salle de spectacle et de sport de Philadelphie, ville berceau de la constitution américaine à la fin du 18e siècle, déclare:

«La démocratie est littéralement sur le bulletin de vote. C'est un moment décisif pour la nation et nous devons tous parler d'une seule voix»

Tous les projecteurs sont braqués sur la Pennsylvanie, ancien bastion de la sidérurgie, où le chirurgien multimillionnaire républicain Mehmet Oz, une vedette de télévision adoubée par Donald Trump, affronte le colosse chauve et ancien maire démocrate d'une petite ville, John Fetterman, pour le siège le plus disputé du Sénat.

«Aller voter» pour les démocrates

De ce poste de sénateur dépend très possiblement l'équilibre des pouvoirs de cette Chambre haute du Congrès, au pouvoir immense. Lors des élections de mi-mandat, mardi 8 novembre, les Américains sont également appelés à renouveler toute la Chambre des représentants. Toute une série de postes d'élus locaux, qui décident des politiques de leur Etat en matière notamment d'avortement et de régulation environnementale, sont également en jeu.

Obama était d'abord à Pittsburgh, ville industrielle de Pennsylvanie, où il a demandé au «cousin Pookie» ou l'«oncle Joe», surnom affectueux qu'il donne aux électeurs démobilisés, enfoncés dans leur canapé, de se lever et «d'aller voter» pour les démocrates.

Image
Image: sda

Obama a reconnu que «tout le pays avait traversé des temps difficiles ces dernières années», notamment avec une «pandémie historique». Mais le père de l'assurance-santé «Obamacare» s'en est pris aux républicains, qui veulent «démembrer la sécurité sociale, l'assurance-maladie et accorder aux riches et aux grandes entreprises davantage de réductions d'impôts».

Aux côtés de son ancien vice-président Biden à Philadelphie, Barack Obama a plus tard demandé, la voix rauque, de protéger «la démocratie sur le bulletin de vote, [car] les enjeux sont élevés».

«Make America great again»

Dans la soirée, également en Pennsylvanie, le champion des républicains, l'ex-président Donald Trump (2017-2021), casquette rouge «Make America great again» enfoncée sur la tête et masquant son regard, a très longuement appelé à une «vague géante» de son parti pour «mettre fin à la destruction du pays et sauver le rêve américain».

Image
Image: sda

Après une campagne acharnée centrée sur l'inflation, les républicains affichent leur confiance dans leurs chances de priver le président démocrate de ses majorités le 8 novembre. Si leurs pronostics se confirment, l'homme d'affaires de 76 ans semble déterminé à en profiter pour officialiser au plus vite sa candidature à la présidentielle de 2024.

Joe Biden a jusqu'ici dit vouloir se représenter, mais la perspective n'enchante pas tous les démocrates en raison de son âge - bientôt 80 ans - et de son impopularité. (chl/ats)

Des mèmes sur l'automne, parce que c'est joli, l'automne:
1 / 16
Des mèmes sur l'automne, parce que c'est joli, l'automne:
source: watson
partager sur Facebookpartager sur X
Une chèvre pousse une poussette avec ses pa-pattes et c'est trop chou!
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les soldats de Poutine ont de la peine à se comprendre
L'armée russe recrute des mercenaires étrangers pour soutenir sa guerre en Ukraine. Mais les barrières linguistiques compliquent leur efficacité et donnent lieu à des situations étonnantes.

Pour continuer à progresser en Ukraine, l'armée russe utilise de plus en plus de mercenaires étrangers. Promettant de gros salaires et la citoyenneté russe, le Kremlin a notamment recruté de nombreux Népalais. Grâce aux réseaux des mercenaires de Wagner, de plus en plus d'Africains arrivent aussi sur le front. Mais ces nouvelles troupes semblent davantage lutter contre les barrières linguistiques que contre l'Ukraine.

L’article