DE | FR

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Bild

Témoin de la scène qui a choqué l'Amérique, Donald Williams répond aux questions du juge.

Dans le cadre du procès de Derek Chauvin, les témoins de l'agonie de George Floyd sont revenus sur leurs douloureux souvenirs.



«J'ai pensé être témoin d'un meurtre». Un jeune homme noir, expert en arts martiaux, a expliqué, mardi devant le tribunal de Minneapolis, comment il avait tenté le 25 mai de convaincre le policier blanc Derek Chauvin de laisser George Floyd respirer. En vain.

Le procès historique du policier, inculpé de meurtre, a repris après une journée éprouvante pour les jurés qui, dès l'ouverture des débats de fond, ont dû regarder une vidéo montrant l'agonie du quadragénaire noir.

«Prise d'étranglement sanguin»

Sur ces images, qui ont conduit des millions de personnes à manifester contre le racisme et les violences policières dans le monde entier, Derek Chauvin maintient un genou sur le cou de George Floyd, plaqué au sol et menotté, qui râle, supplie et finit par s'évanouir.

Cette scène, Don Williams, un jeune père de famille de 33 ans, l'a vécue en direct. Il avait commencé lundi à partager ses souvenirs avec les jurés, avant d'être interrompu par un problème technique. Mardi, il a repris son récit.

«J'ai appelé la police parce que j'ai pensé être témoin d'un meurtre»

Don Williams

Fort de sa pratique des sports de combat, il a raconté avoir immédiatement pensé que le policier était en train de faire «une prise d'étranglement sanguin», une technique qui permet de maitriser un adversaire en coupant l'afflux de sang.

Il a alors interpellé Derek Chauvin, qui l'a regardé sans relâcher sa pression. Frustré «de l'absence de réponse», Don Williams a reconnu avoir haussé le ton. Finalement «j'ai appelé la police pour dénoncer la police parce que j'ai pensé être témoin d'un meurtre», a-t-il dit aux jurés.

«Sur la défensive»

Lors de son contre-interrogatoire, l'avocat de Derek Chauvin a insisté sur les insultes proférées par Don Williams contre les policiers. «Vous les avez appelés abrutis 13 fois», «vous étiez de plus en plus en colère», a-t-il insisté. L'auteure de la vidéo qui a fait le tour du monde, Darnella Frazier, 18 ans, a nié mardi que la foule ait été violente.

«Ce n'était pas juste, il souffrait»

Darnella Frazier

«J'ai entendu dire 'laissez-le', 'vous lui faites mal', 'il ne peut pas respirer', 'il ne bouge pas'... mais dès que quelqu'un essayait de s'approcher, les policiers les écartaient», a-t-elle raconté. «Ils étaient sur la défensive», alors que George Floyd, «terrifié, plaidait pour sa vie».

«Ce n'était pas juste, il souffrait», a poursuivi la jeune femme qui, parce qu'elle était mineure au moment des faits, n'a pas été filmée par les caméras qui ont retransmis le procès en direct dans tous les Etats-Unis.

Jusqu'à 40 ans de rétention

Derek Chauvin, 45 ans, encourt jusqu'à 40 ans de rétention. Remis en liberté sous caution, il comparait libre dans un bâtiment public de la métropole du nord des Etats-Unis, transformé en camp retranché pour ce procès historique.

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Neuchâtel, seul canton où les femmes sont majoritaires au parlement

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Parmi toutes les difficultés que pose une vaccination de masse, le doute de la population est la plus difficile à résoudre. Une étude suggère qu'il suffit peut-être de donner du temps au temps.

Le Conseil fédéral l'a annoncé à plusieurs reprises. D'ici l'été, toutes les personnes qui le souhaitent devraient recevoir leur(s) dose(s) de vaccin contre le Covid-19.

Dans les faits, cela est tout sauf facile: organiser une campagne d'immunisation de masse soulève toute sorte de problèmes logistiques. Pour ne pas parler des gens qui ne veulent tout simplement pas se faire vacciner. En Suisse romande, ce serait le cas de quatre personnes sur cinq.

Une étude menée au Royaume-Uni pourrait …

Lire l’article
Link zum Artikel