DE | FR

Malgré les promesses des talibans, les droits des Afghanes menacés

keystone
Le mouvement islamiste se veut rassurant et a invité les femmes à rejoindre le nouveau gouvernement, alors qu'elles craignent de voir leurs droits supprimés.
17.08.2021, 12:0023.08.2021, 22:16

Après la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan, une question se pose de manière de plus en plus pressante: que va-t-il arriver aux femmes?

De 1996 à 2001, le mouvement islamiste a dirigé le pays en imposant la loi islamique la plus stricte, la charia: contraintes de se couvrir entièrement, les femmes n'avaient plus le droit de travailler, d'aller à l'école ou de se déplacer seules dans la rue. Les flagellations et les exécutions, y compris les lapidations pour adultère, étaient pratiquées sur les places des villes et dans les stades.

La burqa est devenue obligatoire dans l'espace public, lors de l’ascension talibane en 1996. Bien qu’elle ne soit plus exigée depuis 2001, son port s’avère encore bien répandu, renforcé par la forte présence locale de groupes armés talibans.
La burqa est devenue obligatoire dans l'espace public, lors de l’ascension talibane en 1996. Bien qu’elle ne soit plus exigée depuis 2001, son port s’avère encore bien répandu, renforcé par la forte présence locale de groupes armés talibans.Image: AP

Les insurgés n'ont pas tardé à réagir sur ce sujet. «L'Afghanistan ne veut pas que les femmes soient des victimes», a déclaré mardi Enamullah Samangani, membre de la «commission culturelle» des talibans. Et d'ajouter:

«Les femmes devraient faire partie de la structure gouvernementale, conformément à la charia»

Des propos recueillis par une chaîne d'information anti-talibans sur Telegram, cités par le Financial Times, permettent déjà de nuancer ces déclarations. Un porte-parole régional du groupe islamiste a déclaré que «la présence des femmes dans les bureaux du gouvernement est difficile». Il a ajouté qu'elles seraient probablement confinées aux secteurs de la santé et de l'enseignement.

Droits en danger

Plus largement, les déclarations officielles ne rassurent pas les principales intéressées. Les droits politiques, éducatifs et sociaux, qui ont permis aux femmes de devenir députées, de conduire des voitures et de participer à des événements sportifs, sont en danger.

Depuis leur prise de pouvoir, les talibans ont insisté sur le fait que le mouvement n'imposera pas les mêmes restrictions sévères et codes islamiques qu'ils ont appliqués par le passé.

Pourtant, sur le terrain, la situation est différente: des émissions télévisées, notamment des feuilletons turcs et indiens, ont déjà été remplacées par des programmes islamiques. Des propriétaires ont retiré les photos de femmes des salons de beauté, des boutiques, des centres de chirurgie plastique par crainte d'être punis par les talibans. (asi)

Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan

1 / 19
Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan
source: sda / khwaja tawfiq sediqi
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Funérailles de Shinzo Abe: le Japon entre recueillement et contestation
Cet événement est en effet loin d'être un moment d'union sacrée au Japon, ayant suscité d'intenses controverses et des manifestations ces dernières semaines.

Des milliers de Japonais rendaient mardi matin un dernier hommage à leur ancien Premier ministre assassiné Shinzo Abe. Ses funérailles nationales prévues dans la journée à Tokyo sont toutefois très controversées dans le pays.

L’article