DE | FR

L'huile de cuisson, carburant des avions de demain

Workers refuel an Airbus A350 with sustainable aviation fuel at Roissy airport, north of Paris, Tuesday, May 18, 2021. Air France-KLM is sending into the air what it calls its first long-haul flight with sustainable aviation fuel Tuesday. The plane is said to be using petroleum mixed with a synthetic jet fuel derived from waste cooking oils. (AP Photo/Christophe Ena)

Total veut augmenter sa production de biocarburant. Image: sda

Air France-KLM a réalisé un premier vol long-courrier avec du carburant fabriqué par Total à partir d'huile de cuisson usagée.



L’aviation du futur sera-t-elle moins polluante? Ce mardi 18 mai à 15h40, pour la première fois, Air France a fait décoller de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle son premier vol long-courrier réalisé avec un carburant à base d’huiles de cuisson usagées.

Une première en trois points: c’est le premier vol long-courrier durable pour Air France, c’est le premier alimenté par du biocarburant produit en France et c’est le premier au départ de Roissy-Charles de Gaulle.

Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d’État chargé des Transports auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, s’est lui félicité de cette «première pierre, même si le reste de l’édifice reste à construire».

Une autre voie possible

S’adressant à «tous les réticents et les sceptiques qui pensent que le seul moyen pour l’avion de ne plus polluer serait de ne plus exister», il s’est réjoui qu’une «autre voie soit possible». Pour Jean-Baptiste Djebbari, ce n’est qu’un début, puisqu’il est possible d’incorporer “jusqu’à 50% de biocarburant sans modifier ni les avions, ni les moteurs”.

Un mélange de kérosène et d'agrocarburant

Mais attention: cet avion ne vole pas qu’à l’huile de friture. Concrètement, les réservoirs de l’avion sont remplis d’un mélange de kérosène et de 16% d’agrocarburant, produit par Total en France. Les biocarburants sont fabriqués à partir de déchets et d’huiles de cuisson usagers, et subissent un traitement spécifique pour supporter les températures très basses en altitude.

Une avancée modeste...

C’est donc un réel pas vers une aviation moins polluante, mais qui reste modeste pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le coût: le carburant coûte quatre fois plus cher à produire que le kérosène d’origine fossile, ce qui aurait une incidence sur le prix des billets. Pour un vol Paris-Montréal comme celui-ci, cela coûterait 5 euros de plus par billet.

«Il ne faut pas rêver: croire que l’on fera cette transition énergétique et écologique sans impact, que cette énergie sera au même coût, c’est un Graal, on en est loin»

Patrick Pouyanné, le PDG de Total, lors d’une conférence de presse à l’aéroport de Roissy.

Dix fois plus de quantité d'agrocarburant d'ici 2025

Le faible niveau de production constitue également un frein. Aujourd’hui, nous sommes capables de produire en France 20 000 tonnes de biocarburant, selon Patrick Pouyanné. C’est à peu près l’objectif de 1% de biocarburant que la France s’est fixée pour 2022 et Air France veut essayer d’atteindre les 200 000 tonnes en 2025. (ga)

Plus d'articles sur la France

En France, le monde de la culture lutte en squattant les théâtres

Link zum Artikel

«Responsabilités accablantes» de la France dans le génocide Rwandais

Link zum Artikel

En France, «dîners de ministres», odeur puante

Link zum Artikel

Ikea va être jugé pour espionnage, en France

Link zum Artikel

La France est entrée dans «une forme de troisième vague»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

A Lille, on va tester un suppositoire contre le Covid

L'Agence nationale de sécurité du médicament français a donné son feu vert samedi pour expérimenter le Clofoctol. Un suppositoire élaboré par l'Institut Pasteur de Lille.

Un traitement contre le Covid-19 sous forme de suppositoire? C'est ce qu'ont développé les chercheurs de l'Institut Pasteur de Lille (IPL), qui ont attendu de longs mois avant d'obtenir les autorisations officielles pour lancer les essais cliniques. C'est désormais chose faite:

Cette étude, qui a reçu le feu vert de L'Agence nationale de sécurité du médicament français doit mobiliser 700 personnes, répondant à des critères précis. Ils doivent être âgés de plus de 50 ans, non …

Lire l’article
Link zum Artikel