DE | FR
Emmanuel Macron, alors candidat à la présidence de la République, en visite en Algérie. Alger, février 2017.
Emmanuel Macron, alors candidat à la présidence de la République, en visite en Algérie. Alger, février 2017.
Image: AP

Un rôle à jouer pour la Suisse dans les tensions entre Paris et Alger?

Alors que les relations entre la France et l'Algérie connaissent un regain de tension suite à des déclarations du président Macron, Genève et Lausanne pourraient accueillir un événement à l'occasion des 60 ans de la signature des Accords d'Evian, marquant la fin de la guerre d'Algérie.
04.10.2021, 16:1005.10.2021, 09:27

La Suisse se réinvitera-t-elle d'une façon ou d'une autre dans les relations entre la France et l’Algérie, particulièrement tendues ces jours-ci, suite à des propos très peu diplomatiques d’Emmanuel Macron? Genève et Lausanne pourraient accueillir des rencontres à l'occasion des 60 ans de la signature des Accords d'Evian, en mars de l'année prochaine. Un collectif d'Algériens, de Suisses et de Français, tous issus de la société civile, y travaille. Il y serait question du rôle qu'a joué la Suisse dans ces accords, ainsi que de mémoire et de construction identitaire.

«Une haine de la France»

C’est justement lors d’une rencontre à l’Elysée, jeudi 30 septembre, entre Emmanuel Macron et dix-huit «petits-enfants» liés à cette histoire traumatique, que le président français a émis de vives critiques à l’encontre du régime algérien, qualifié de «système politico-militaire». Une expression fréquente dans les rangs composites de l’opposition algérienne mais inédite dans la bouche d’un président français. Or, il sait que ses paroles seront retranscrites dans la presse – un journaliste du quotidien Le Monde assiste à la rencontre.

Emmanuel Macron, rapporte Le Monde, a dénoncé «une "histoire officielle" selon lui "totalement réécrit[e] qui ne s’appuie pas sur des vérités", mais sur "un discours qui, il faut bien le dire, repose sur une haine de la France". "La nation algérienne post-1962 s’est construite sur une rente mémorielle, assure-t-il, et qui dit: tout le problème, c’est la France."»

«Est-ce qu’il y avait une nation algérienne?»

Le passage peut-être le plus heurtant pour l'Algérie est celui où le président Macron semble douter de l'existence d'une nation algérienne enracinée: «La construction de l’Algérie comme nation est un phénomène à regarder. Est-ce qu’il y avait une nation algérienne avant la colonisation française? Ça, c’est la question. Il y avait de précédentes colonisations», considère-t-il, enchaînant sur la domination ottomane.

Alger punit Paris

Des propos sans filtre qui ont scandalisé la présidence algérienne. Laquelle a d’abord rappelé son ambassadeur en France (comme à la suite de la diffusion d'un documentaire sur le hirak par la chaîne France 5 en mai 2020). Puis interdit de survol de son territoire les avions militaires français engagés dans la lutte contre le terrorisme islamiste au Sahel. Alger pourrait prendre d’autres mesures de rétorsion, dit-on.

Mais pourquoi Emmanuel Macron a-t-il parlé du régime algérien en des termes aussi frontaux? Deux jours plus tôt, le gouvernement français avait tiré un premier «scud» contre son homologue algérien, en annonçant un durcissement de l’octroi de visas aux ressortissants du Maghreb désirant se rendre en France.

«La mesure vise principalement l’Algérie, qui ne reprend quasiment aucun de ses ressortissants en séjour irrégulier en France et faisant l’objet d’une obligation à quitter le territoire, 0,2% des 7700 individus concernés. L'impression prévaut à Paris qu'Alger exporte ses problèmes sociaux.»
Frédéric Bobin, spécialiste du Maghreb au Monde.

A cela s’ajoute le contentieux historique, au cœur des déclarations du président français.

«Par ses propos, Emmanuel Macron a voulu adresser un reproche aux dirigeants algériens: celui de ne pas avoir saisi les perches tendues par la France au cours des deux dernières années sur la question mémorielle.»
Frédéric Bobin, spécialiste du Maghreb au Monde.

«Alors que la commission Stora (Benjamin Stora, historien français né en Algérie) a rendu un rapport sur le sujet à Emmanuel Macron au début de l’année, Alger n’a toujours rien entrepris en la matière», poursuit le journaliste du Monde Frédéric Bobin. «Il faut dire que du côté algérien, on se refuse à tout examen des exactions commises par les indépendantistes durant la guerre d’Algérie. Alger estime que la responsabilité en incombe au colonisateur, non au colonisé

Le discours «identitaire» de Macron

Habituée à ces accès de tensions entre les deux pays, la presse francophone algérienne les commentent avec un certain recul. Le quotidien Liberté a interviewé Hasni Habidi, le directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Cermam) de Genève. Extrait:

«Le temps des déclarations conciliantes est révolu. C’est une nouvelle campagne et un autre ton qui domine la scène politique française. La prochaine élection présidentielle est marquée par un glissement vers un discours identitaire dangereux. Ce discours est, désormais, le fil conducteur de cette élection. Conscient du poids électoral de la droite et de la centralité des questions liées à l’histoire de l’Algérie et de l’émigration, le président Macron tente de rallier cette frange de la population.»
Hasni Habidi, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Cermam)

Quel regard porter depuis la Suisse?

En Suisse vivent des Algériens. Des binationaux, des enfants et petits-enfants porteurs de cette histoire franco-algérienne. Eux aussi ont peut-être leur mot à dire. C'est dans cette optique qu'un collectif est en train de se monter. Son but est d'organiser des rencontres à l'occasion du 60e anniversaire des Accords d'Evian. Elle se tiendraient à Lausanne et Genève, les 19 et 20 mars prochains. Des professeurs, des acteurs de la société civile, éventuellement des représentants de la France et de l'Algérie, y participeraient, explique à watson une source préférant rester anonyme tant que la chose n'est pas entièrement concrétisée.

Le 17 octobre 1961 à Paris

La crise entre l'Algérie et la France retombera-t-elle aussi vite qu'elle est apparue? Macron l'équilibriste, qui a dernièrement demandé «pardon» aux harkis (supplétifs de l'armée française en Algérie) et qui avait qualifié la colonisation de «crime contre l'humanité» lors d'une visite à Alger en février 2017, lorsqu'il était candidat à la présidence de la République, doit en effet commémorer les 60 ans du massacre du 17 octobre 1961 à Paris. Ce jour-là, dans le contexte du conflit franco-algérien, une centaine d’Algériens manifestant pacifiquement à l’appel du Front de libération national (FLN) avaient été tués par la police, beaucoup mourant noyés dans la Seine après y avoir été poussés.

Le 5 juillet 1962 à Oran

Si la France semble prête à reconnaître ses fautes et ses crimes, la pareille est attendue de l’Algérie côté français par des descendants de civils pieds-noirs tués par des combattants indépendantistes, notamment lors du massacre d'Oran, au premier jour de l'indépendance algérienne, le 5 juillet 1962. Tout en faisant de la colonisation l'acte fondateur du malheur algérien, la commission Stora, à des fins d'apaisement, appelle à la reconnaissance des souffrances civiles de part et d'autre.

Plus d'articles sur international

Zemmour peut commencer à rêver d'un deuxième tour face à Macron

Link zum Artikel

«Arabe de service», l’insulte qui ne passe plus en France

Link zum Artikel

Yannick Jadot remporte de justesse la primaire écologiste française

Link zum Artikel

«La gauche française ne pourra pas revenir au pouvoir»

Link zum Artikel

Macron et 5000 personnes iront à un concert-test

Après Barcelone, le premier concert-test de France aura lieu à Paris fin mai, avec 5000 personnes. C'est le groupe de rock Indochine qui sera sur scène. Le Président Macron, qui veut montrer son soutien à la culture, sera présent.

C'est une première en France: un concert «covid-friendly», du groupe de rock Indochine, aura lieu à l'AccorHotel Arena de Paris, le 29 mai. La salle accueille normalement jusqu'à 20 000 personnes. Pandémie-oblige, ils seront 5000 à assister à ce concert inédit, dont le président Macron.

Ce projet, piloté par le ministère de la Santé et le ministère de la Culture, le syndicat des producteurs de spectacles et les Hôpitaux de Paris, permettra de savoir si de grands concerts debout pourraient …

Lire l’article
Link zum Artikel