DE | FR

Salah Abdeslam testé positif, la reprise du procès en question

Salah Abdeslam est le seul membre encore en vie des commandos du 13 Novembre.
Salah Abdeslam est le seul membre encore en vie des commandos du 13 Novembre.Image: sda
Le détenu le plus surveillé de France a contracté le Covid-19. Ce qui pourrait bouleverser le déroulement de son procès.
28.12.2021, 22:0929.12.2021, 08:44

La nouvelle pourrait bouleverser le programme du procès des attentats du 13 Novembre, qui doit reprendre la semaine prochaine: Salah Abdeslam a été testé positif au Covid-19 lundi 27 décembre, révèle mardi Franceinfo. Le bâtiment de la prison où il se trouve à l'isolement a été touché par un cluster.

Si son état de santé n'inquiète pas, sa contamination peut poser problème: il ne pourra pas assister à la reprise de l’audience s'il sera encore positif la semaine prochaine. Dans ce cas, ses avocats pourront demander un report.

Pas une première

Ce n'est pas la première fois que le coronavirus perturbe le déroulement d'un procès de ce type. Le procès des attentats de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher et de Montrouge avait été suspendu pendant un mois, quand le principal accusé Ali Riza Polat avait contracté le Covid-19.

Abdeslam sera à nouveau testé lundi, la veille de la reprise de l'audience. (asi)

Le procès hors normes des attentats de Paris a débuté

1 / 18
Le procès hors normes des attentats de Paris a débuté
source: sda / ian langsdon
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur le procès des attentats du 13 novembre

Il a fallu bâtir un tribunal hors norme pour le procès du Bataclan

Link zum Artikel

«Vivre à Paris après les attentats? Impossible. On est rentré en Suisse»

Link zum Artikel

Salah Abdeslam est le détenu le plus surveillé de France

Link zum Artikel

Le procès des attentats du 13 novembre 2015: On en est où?

Link zum Artikel
Pérou: «Urgence environnementale» déclarée après la marée noire
Selon la raffinerie, l'accident serait consécutif à l'éruption volcanique qui a eu lieu aux îles Tonga. La faune et la flore sont en péril.

Le gouvernement péruvien a annoncé samedi une «urgence environnementale» de 90 jours pour la zone côtière endommagée par le déversement de 6000 barils de pétrole brut, il y a une semaine. La marée noire continue de s'étendre et désespère les habitants.

L’article