DE | FR

La situation en Ukraine fait craindre le pire à Ignazio Cassis

Ignazio Cassis à l'issue de la discussion entre Antony Blinken et Sergueï Lavrov, le 21 janvier 2021.
Ignazio Cassis à l'issue de la discussion entre Antony Blinken et Sergueï Lavrov, le 21 janvier 2021.Image: sda
Le président de la Confédération, Ignazio Cassis, est inquiet de la menace d'une détérioration de la situation en Ukraine. Il l'a fait savoir ce vendredi, au terme d'une rencontre capitale entre Etats-Unis et Russie à Genève.
21.01.2022, 17:3621.01.2022, 17:57

Ignazio Cassis est inquiet concernant la situation en Ukraine. En pleine pandémie, «il serait désastreux pour l'Europe et pour le monde qu'une nouvelle crise prenne le dessus», s'est-il exprimé vendredi.

Au terme de ses rencontres avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le président de la Confédération a affirmé que «les discussions d'aujourd'hui ont eu lieu dans une période extrêmement difficile».

Si vous voulez tout savoir rapidement de cette discussion, voici un résumé👇

«On sent la gravité de la situation»
Ignazio Cassis

Toutefois, la réunion de vendredi laisse selon lui un «sentiment positif», ne serait-ce que parce que Washington et Moscou ont accepté de se donner un délai supplémentaire pour faire avancer le dialogue. Ses discussions avec les deux ministres ont été «amicales» mais «concentrées».

Et sinon?

Le président relève également que l'Organisation pour la sécurité et a coopération en Europe (OSCE) va continuer à avoir un rôle important dans la situation ukrainienne.

En revanche, il n'attend aucune répercussion des tensions actuelles sur la conférence internationale pour les réformes en Ukraine. La Suisse accueillera cet évènement l'été prochain. Enfin... pour autant qu'aucune dégradation vers un conflit ne soit observée, nuance-t-il toutefois.

Parmi les sujets abordés avec les deux ministres russe et américain, il a discuté de l'Iran et de la Libye avec Antony Blinken. Avec Sergueï Lavrov, il a abordé le Bélarus et la situation des droits humains en Russie, notamment la fermeture de l'ONG Memorial.

Bientôt une nouvelle rencontre à Genève?

Outre la sécurité en Europe, le président a relevé que la Suisse est prête à œuvrer avec ses bons offices face à l'augmentation des difficultés internationales. Il a ajouté qu'elle était d'ores et déjà prête à accueillir une nouvelle réunion entre les deux interlocuteurs. Mais il est encore trop tôt pour savoir si celle-ci serait requise ou non. (ats/mbr)

Un policier hors de lui s'en prend à sa collègue et l'attrape par le cou

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Washington lance un plan à 3,5 milliards pour le captage de CO₂
La technique utilisée est considérée comme une solution de lutte contre le changement climatique.

Le gouvernement américain a lancé, jeudi, un plan prévoyant 3,5 milliards de dollars pour des projets de captage de dioxyde de carbone (CO2) directement dans l'air. Cette technique est considérée comme une solution possible dans la lutte contre le changement climatique.

L’article