International
Grèce

Catastrophe ferroviaire: la colère dégénère à Athènes

Catastrophe ferroviaire: la colère dégénère à Athènes

Image
Image: sda
De violents heurts ont opposé dimanche des policiers et des manifestants en face du Parlement à Athènes lors d'un rassemblement de protestation après la catastrophe ferroviaire en Grèce qui a fait 57 morts mardi soir.
05.03.2023, 17:1205.03.2023, 18:38
Plus de «International»

Des manifestants ont mis en fin de matinée le feu à des poubelles et lancé des cocktails Molotov et la police a répliqué avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes en plein centre de la capitale grecque, ont constaté des journalistes de l'AFP.

En quelques minutes, la place Syntagma, la grande esplanade face au Parlement, s'est alors vidée des 12 000 manifestants, selon un nouveau décompte de la police, qui s'étaient réunis un peu plus tôt pour demander des comptes aux autorités grecques après cette collision frontale entre deux trains circulant sur la même voie.

Dimanche en début d'après-midi, le calme était revenu dans la capitale.

Image
Image: sda

Contre les forces de l'ordre

Selon la police grecque, «sept policiers ont été blessés et transportés dans un hôpital militaire» de la capitale. «Cinq personnes ont été interpellées» après avoir jeté des marbres, des pierres et des cocktails Molotov contre les forces de l'ordre, précise également le communiqué.

Ce drame qui bouleverse tout le pays a également suscité une immense colère face aux négligences et lacunes dans les chemins de fer révélées avec cet accident.

La vétusté du réseau ferré, divers problèmes dans le système de signalisation et de sécurité sur les chemins de fer ont été pointés du doigt alors que le chef de la gare de Larissa, la ville la plus proche de l'accident, a reconnu sa responsabilité.

epaselect epa10504485 Protesters try to protect themselves from tear gas thrown by riot policemen during clashes after the end of a rally in honor of the 57 victims of Greece's deadliest train cr ...
Image: sda

«Nous ressentons une rage immense», a expliqué à l'AFP Michalis Hasiotis, président du syndicat des experts-comptables qui se sont joints au cortège. «L'appât du gain, le manque de mesures prises pour la protection des passagers a conduit à la pire tragédie ferroviaire dans notre pays.»

Demande de pardon

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis de son côté a demandé pardon aux familles des victimes dans une adresse solennelle dimanche.

«En tant que Premier ministre, je dois à tous, mais surtout aux proches des victimes, (de demander) pardon», a-t-il écrit dans un message adressé aux Grecs et publié notamment sur son compte Facebook. «Dans la Grèce de 2023, il n'est pas possible que deux trains circulent en sens inverse sur une même ligne et que personne ne le remarque.»

«Nous ne pouvons pas, ne voulons pas et ne devons pas nous cacher derrière l'erreur humaine» imputée au chef de gare, a insisté le dirigeant conservateur.

Image
Image: sda

Cette adresse au pays intervient alors que dimanche matin, d'autres manifestations que celles d'Athènes ont agité la Grèce. A Thessalonique, la deuxième ville du pays, des cocktails Molotov ont de nouveau été lancés contre un peloton de la police anti-émeutes.

Le chef de la gare de Larissa, la ville la plus proche des lieux de l'accident entre un train reliant Athènes à Thessalonique, dans le nord, et un convoi de marchandises, a reconnu sa responsabilité dans cette catastrophe.

Présenté par les médias comme inexpérimenté et en poste depuis peu de temps, cet homme de 59 ans doit être auditionné par la justice dimanche en vue d'une éventuelle inculpation pour «homicide involontaire par négligence». (chl/ats)

Les images du ballon espion chinois
1 / 12
Les images du ballon espion chinois
Un jet américain vole à côté du ballon espion.
partager sur Facebookpartager sur X
Jeunes Iraniennes intoxiquées au gaz: que se passe-t-il vraiment?
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«L'armée israélienne a provoqué un vrai bain de sang»
Deux événements ont secoué la guerre au Proche-Orient ce week-end: la libération d'otages par Israël et la démission du ministre Benny Gantz. Erich Gysling, expert du domaine, revient sur ces évènements et les plans prévus par Gantz et Netanyahou.

Israël a pu libérer quatre otages dans la bande de Gaza. D'autres opérations de ce type vont-elles bientôt suivre?
Erich Gysling:
C'est difficile à dire, car d'une part, Israël n'a réussi cette opération que grâce à l'aide des services secrets étrangers et à une planification de plusieurs mois. D'autre part, l'armée israélienne a provoqué un vrai bain de sang.

L’article