DE | FR

La Russie va recevoir une nouvelle vague de sanctions cette semaine

Les Etats-Unis et leurs alliés veulent annoncer «cette semaine» de nouvelles sanctions économiques contre la Russie de Vladimir Poutine.
Les Etats-Unis et leurs alliés veulent annoncer «cette semaine» de nouvelles sanctions économiques contre la Russie de Vladimir Poutine.Image: EPA
Alors que le Pentagone affirme que la Russie a changé de stratégie militaire et va désormais concentrer son offensive sur l'est de l'Ukraine, les sanctions vont continuer à tomber pour le pays de Poutine.
05.04.2022, 04:2905.04.2022, 07:46

Les Etats-Unis et leurs alliés veulent annoncer «cette semaine» de nouvelles sanctions économiques contre la Russie, tandis que l'Ukraine recevra plus d'assistance militaire, a annoncé lundi le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan.

Le haut conseiller du président américain a indiqué que les discussions entre Occidentaux à l'heure actuelle portaient notamment sur de possibles mesures «en lien avec l'énergie», sujet très sensible pour les Européens, qui sont très dépendants du gaz russe.

Jake Sullivan a insisté sur la recherche de «consensus» avec l'Union européenne, qui de son côté discute en «urgence» de nouvelles sanctions contre Moscou.

Il a par ailleurs promis «d'autres annonces d'assistance militaire supplémentaire dans les prochains jours» pour l'Ukraine, sans plus de précisions, notant que les équipements destinés à l'armée ukrainienne pouvaient provenir des Etats-Unis eux-mêmes ou être acheminés depuis d'autres pays.

Repositionnement russe

Le conseiller à la Sécurité nationale de Joe Biden a par ailleurs assuré que la Russie «est en train de repositionner ses forces pour concentrer son offensive sur l'est et des parties du sud de l'Ukraine».

«La Russie a essayé de soumettre toute l'Ukraine et a échoué. Cette nouvelle phase de l'offensive militaire russe pourrait durer des mois ou plus. Moscou va continuer les frappes aériennes et les tirs de missiles sur le reste du pays pour causer des dégâts militaires et économiques et aussi, clairement, pour semer la terreur».

A propos de l'enquête pour crimes de guerre évoquée par le président Biden, son conseiller a précisé que la Cour pénale internationale - dont les Etats-Unis ne font pas partie - était «l'un des lieux» où des crimes de guerre avaient été jugés mais a estimé qu'il existait aussi «d'autres mécanismes.»

Le responsable du Pentagone a par ailleurs déclaré: «Nous avons vu des atrocités, nous avons vu des crimes de guerre, nous n'avons pas vu jusqu'ici un niveau d'attaque de la vie du peuple ukrainien qui atteigne le niveau du génocide. Mais c'est quelque chose que nous continuons à surveiller.» (ats/jch)

Ailleurs, sur la planète: Eric Zemmour est mis à la porte par Nourredine Zidane

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

«Les Russes veulent faire tomber l'Est pour mieux revenir sur Kiev ensuite»

Link zum Artikel

Le dégel dévoile les cadavres des soldats russes et c'est un problème

Link zum Artikel

Kiev séduit les déserteurs russes en masse, mais Moscou a une riposte

Link zum Artikel

Comment Poutine met en scène son «chien sanguinaire» en Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Va te faire foutre Hanouna»: Jawad dans TPMP, ça ne passe pas
C'est une histoire courte. «Touche pas à mon poste» annonce sur Twitter la venue de Jawad Bendaoud lundi soir en direct. Quelques minutes plus tard, sa présence est annulée. Entre les deux? L'émoi et le dégoût. Récit éclair.

C'est l'histoire d'un «logeur» délogé à la vitesse de la lumière. Jawad Bendaoud, autoproclamé «logeur de djihadistes» et célèbre (puis condamné) pour avoir loué un squat pour 150 euros la nuit à deux terroristes durant les attentats du 13 novembre 2015, aurait dû s'exprimer pour la première fois chez Cyril Hanouna. Lundi soir. En direct. Mais l'annonce publiée par Touche pas à mon poste (TPMP) sur Twitter a suscité un tel émoi que, quelques minutes plus tard, sa venue a été purement et simplement annulée.

L’article