DE | FR

La loi chinoise frappe à Hong Kong: 9 ans de prison pour un activiste

Un jeune de 23 ans a été condamné à l'issue du premier jugement rendu pour un crime relevant de la loi sur la sécurité nationale, imposée par la Chine dans l'ex-colonie britannique.



File- In this Monday, July 6, 2020, file photo, Tong Ying-kit, 23 years old, arrives at a court in a police van for the violation of the new security law after carrying a flag reading

Tong Ying-kit, 23 ans, arrive à son procès. Image: sda

Tong Ying-kit, un serveur hongkongais de 23 ans, a été condamné ce vendredi à neuf ans de prison à l'issue du premier jugement rendu pour un crime relevant de la drastique loi sur la sécurité nationale, imposée par Pékin dans l'ex-colonie britannique.

Tong Ying-kit avait été reconnu coupable mardi:

Les faits avaient eu lieu le 1er juillet 2020, le jour de l'entrée en vigueur de la loi sur la sécurité nationale, le résumé ici 👇.

Un procès sans jury et d'autres à venir

Le procès de deux semaines s'est déroulé sans jury, ce qui constitue une vraie rupture avec la tradition juridique hongkongaise. Et les trois magistrats avaient été choisis par l'exécutif hongkongais pour juger les affaires ayant trait à la sécurité nationale.

Ce type de procès pourrait se multiplier:

(ats)

Plus d'articles «International»:

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

La Chine est-elle à l'aube d'une dictature digitale?

Link zum Artikel

Tschüss, Mutti!

Link zum Artikel

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

Link zum Artikel

Pourquoi Al-Qaïda pourrait menacer l'Afghanistan d’ici à 2 ans?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le président Saied s'octroie le pouvoir, 4 points sur la crise tunisienne

Il a gelé les travaux du Parlement 30 jours et s'est octroyé le pouvoir exécutif. Le principal parti au pouvoir, Ennahdha, a qualifié cette décision de «coup d'Etat» dans un contexte de manifestations.

Le président tunisien Kais Saied a décidé de geler les travaux du Parlement pour 30 jours et s'octroyer le pouvoir exécutif:

Saied, qui prônait pendant sa campagne électorale une révolution par le droit et un changement radical de régime, a donc annoncé qu'il gelait les activités du Parlement, et démettait de ses fonctions le chef du gouvernement Hichem Mechichi.

«La Constitution ne permet pas la dissolution du Parlement mais elle permet le gel de ses activités», a déclaré Saied, s'appuyant …

Lire l’article
Link zum Artikel