DE | FR
En 2017, Sabrina* a vécu une des expériences les plus célèbres de la culture universitaire américaine: la sororité.
En 2017, Sabrina* a vécu une des expériences les plus célèbres de la culture universitaire américaine: la sororité.
Image: youtube
Interview

Est-ce que la vie en sororité ressemble vraiment à ça?

En 2017, Sabrina* débarque sur le sol américain, bien décidée à vivre l'expérience de la culture universitaire la plus célèbre du pays: la sororité. Elle revient, pour watson, sur ce mode de vie pour le moins spécial. Interview.
03.10.2021, 16:5104.10.2021, 14:14
Fanny Graf
Suivez-moi

C'est une des expériences les plus américaines qui existent: vivre en sororité ou en fraternité. Retranscrit mainte fois dans les livres et films, ce mode vie parait souvent venir d'un autre monde. Dans la culture populaire, la saga Americain Pie fait partie de ces films qui ont mis en scène (de manière parfois extrême) ces lieux👇

Cet extrait présente une compétition entre deux fraternités, par exemple👇

Il s'agit du troisième volet sortie en 2007, s'intitulant «American Pie Présente : Campus en folie»

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec cette drôle de tradition: les élèves de campus américains peuvent rentrer dans des confréries d’étudiants. Elles portent généralement un nom grec et accueillent les élèves pour quelques années, leur permettant de vivre la Greek Life. C'est-à-dire, organiser des événements caritatifs, participer à des activités collectives entre établissements, avoir un soutien académique entre membres, et faire la fête entre eux.

Si l’expérience parait alléchante, ce mode de vie n’est pas pour tout le monde. Sabrina* l'a vécu il y a quatre ans. Malgré son obligation contractuelle à rester sous anonymat, elle a, tout de même, accepté de nous raconter une partie de son quotidien en sororité. Le bon comme le mauvais. C'est parti, embarquez pour une université de l'Ouest des Etats-Unis.

Comment une Suissesse a-t-elle atterri dans une sororité d’une université américaine?
Sabrina*: Eh bien, je suis née de l’autre côté de l’Atlantique, mais, vers mes six mois, on est rentré en Suisse avec ma famille. Une partie de moi a voulu y retourner et l’idée de faire mes études universitaires aux Etats-Unis m'a bien plu. Quant aux sororités, à force de visionner des vidéos YouTube ou des films sur le sujet avant mon départ, ma curiosité a été titillée.

«Très vite, j'ai su que je voulais vivre cette expérience»

Je suis donc partie en 2017 pour entreprendre un Bachelor de quatre ans en psychologie.

Quelles ont été les démarches pour intégrer une sororité?
Dès mon arrivée mi-août, je me suis inscrite à la rush week qui se déroule la première semaine de cours et sur trois jours. Le premier jour, j’ai couru de maison en maison, enchainant des interviews de quelques minutes avec trois filles différentes de chaque sororité. Elles m'ont accueilli avec leurs chants et de grands sourires. J’ai été directement projetée dans leur univers. À la fin de cette étape, j'ai dû sélectionner trois sororités en espérant qu'elles me choisiraient aussi. J'ai matché avec deux maisons et j'ai donc pu passer au deuxième jour.

Que s'est-il passé lors des deux journées restantes?
J'ai recommencé des entretiens, cette fois plus longs, durant lesquels les sœurs t’expliquent leur organisation, les exigences en matière de notes scolaires et leur philanthropie - obligatoire pour chaque sororité. S'ensuit la dernière étape s’il y a de nouveau un match entre ton choix et celui d'une sororité, tu visites la maison avant de devoir faire un choix final.

«Si tu es acceptée, tu reçois alors un BID, une lettre formelle qui confirme ton intégration»

Sabrina* et ses camarades après le 2ᵉ jour👇

Les étudiantes doivent venir avec un style différent sur les trois jours dans un ordre précis en commençant par <em>casual</em>, ensuite <em>chic, </em>et pour finir, <em>fancy</em>.
Les étudiantes doivent venir avec un style différent sur les trois jours dans un ordre précis en commençant par casual, ensuite chic, et pour finir, fancy.
Image: watson

Un vrai parcours du combattant, ce processus! Comment l'avez-vous vécu?
Honnêtement, je n’ai vraiment pas aimé. Le chemin a été long et fastidieux.

«Cavaler entre chaque sororité m’a provoqué beaucoup de stress mental et physique»

Et, dans mon cas, je me suis arrêtée à la deuxième étape. Je n’ai pas accroché avec les sororités qui m’ont retenue. Mais, j’ai pu intégrer celle que je voulais au début de la rush week par des contacts à l’intérieur plus tard dans le semestre d'automne. Je n'ai pas lâché mon but de vivre cette expérience.

Donc par la force du destin, vous avez intégré une sororité. Avez-vous encore traversé certaines étapes?
Oui. Pendant un ou deux mois, j’ai été en période provisoire qu’on appelle le pledge. Durant ce laps de temps, j’ai dû apprendre les chants, les dictons, les règles de ma sororité. La cérémonie officielle d’intégration s'est déroulée un matin d'octobre et n'a fait l’objet d’aucun bizutage.

«Je me suis présentée vêtue de blanc, symbole de pureté. Après avoir réussi ce dernier test, je suis enfin devenue une sœur»

La robe en question 👇

Image: watson

Dès ce moment, en quoi consistait la vie d'une sœur fraichement «baptisée»?
Après mon intégration définitive, une Big, une sœur ayant au moins un et demi d’ancienneté, m’a prise sous son aile. Ce lien a aussi fait l’objet d’une cérémonie où l’on devient une mini famille. Ne vivant pas au sein de la maison, j'ai été en contact avec mes camarades seulement lors des événements philanthropiques et académiques ainsi que les réunions, consommant beaucoup de temps. Mais, je n’ai pas eu le choix d’y aller au risque de prendre une amende.

Sabrina* entourée de quelques-unes de ses sœurs👇

Image: watson

Cet environnement semblait vraiment strict. Avez-vous fait attention à ne pas faire de pas de travers?
Oui, j’ai essayé de toujours faire attention. Au début, les bénéfices de faire partie d'une sororité en ont valu la peine. J’ai découvert l’événementiel, la philanthropie, les connexions sociales et la popularité d’une certaine manière.

«En résumé, j’ai compris que faire partie d’une sororité, c'était cool»

Même si je me suis rendue compte de la toxicité de cette pratique après coup: ma sororité ne choisit que des belles filles pour entretenir leur statut de popularité et d'attractivité. Et, logiquement, après avoir été acceptée dans cette maison, ma confiance en moi a été boostée au maximum, un sentiment que je n'avais jamais expérimenté auparavant. Mais, au fil des mois, je ne me suis plus reconnue dans ce mode de vie.

Pourquoi?
Ce sentiment d’appartenance m’a dérangée de plus en plus. Je n’ai pas souhaité me définir exclusivement par ça.

«Contrairement à certaines qui se sont fait happer par le système en coupant tout lien avec des personnes en dehors de la sororité, moi, j’ai continué à voir d’autres amies en dehors.»

Et puis, le fait d’être constamment contrôlée a fini par me peser. Oui, avoir une bonne réputation est essentiel pour les sororités. Mais, j’ai trouvé hypocrite de la part de nos supérieures de contrôler nos tenues pour les événements, nos posts Instagram et de nous répéter à longueur de temps: «Stay classy lady» (Reste classe mademoiselle) alors qu’elles n'ont aucun mal à aller se bourrer la gueule en soirée.

Les scènes des films comme «American Pie» ou «Undercover» collent-elles avec la réalité de votre vécu?
Non, en tout cas pas dans les sororités de notre campus. J'ai vu des gros clichés qu'on peut voir dans ces films dans ma sororité comme la fille populaire et superficielle. Mais ce n'était pas autant exagéré que dans ces long-métrages. Comme il fallait un certain niveau académique pour rentrer et rester dans une sororité, toutes les filles ont travaillé énormément.

C'était la même chose pour les fraternités?
À vrai dire, c'est totalement l'inverse. Si les garçons ont également du récolter des fonds pour une cause, ils n'ont pas eu autant de règles que nous. Ils ont eu le droit d'organiser des week-ends entiers de beuverie dans des chalets, de boire autant qu'ils veulent dans leurs maisons sans être surveillés. Comme s’il fallait vérifier le comportement des filles et laisser les garçons vivre tranquillement.

«On était très loin d'un traitement égalitaire pour le coup et ça m’a grandement dérangé»

La sororité de Sabrina* et une fraternité organisant une soirée ensemble👇

Image: watson

Leur liberté paraît plus agréable à vivre. Pourtant, ceci n'a-t-il pas provoqué des dérapages?
Effectivement, cela a des conséquences. À l'inverse de nos cérémonies, les bizutages étaient plus fréquents. Quelques années avant mon arrivée, j'ai appris l'existence de scandales de filles droguées à leur insu et des histoires sordides d’agressions sexuelles. Ces groupes ont bien sûr été dissous depuis.

«J'ai souvent eu l'impression d'être un bout de viande aux yeux de ces garçons, lors de soirées organisées par certaines fraternités. Pour le coup, ces situations se rapprochaient des scènes de films.»

Ce quotidien n'avait pas l'air toujours facile à vivre. Avez-vous tenu quatre ans d’études en sororité ?
Non. Après sept mois, j’ai refermé la porte de cette expérience. À force de me demander ce que je faisais dans ce milieu, je suis simplement partie.

«Enfin, j'ai dû faire un ultime entretien lors duquel ma Big a essayé de me retenir, mais je n'ai pas cédé»

Malgré les points positifs, ce monde étroit, contrôlé et élitiste n'a pas correspondu à ma personnalité et m'a pris trop de temps.

En prenant en compte les points positifs et négatifs, le referiez-vous?
Je pense que ma curiosité concernant cet univers m’aurait de toute façon emmenée sur ce chemin. Peut-être que je ne la conseillerais pas à tout le monde. Il faut avoir la personnalité pour ce genre de mode de vie.

Cette prof de yoga a le plus beau bureau du monde. La preuve en images👇

1 / 7
La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Découvrez Mams, le meilleur street dancer de Suisse👇

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Julian Assange risque (à nouveau) l'extradition vers les Etats-Unis

Le lanceur d'alerte pourrait passer 175 ans en prison aux Etats-Unis, notamment pour avoir diffusé des documents révélant les pratiques brutales de l'armée américaine via Wikileaks.

Les Etats-Unis ont obtenu, mercredi, devant la justice britannique une extension de leur appel contre le refus d'extrader le fondateur de Wikileaks Julian Assange. Ils veulent le juger pour une fuite massive de documents.

Selon les soutiens de Julian Assange, l'appel accordé aux Etats-Unis n'était initialement limité qu'à des questions «techniques».

Mais à l'issue d'une audience de procédure devant la Haute Cour de Londres, les magistrats britanniques ont accordé à Washington une victoire …

Lire l’article
Link zum Artikel