pluie et neige
DE | FR
International
Législatives 2022

France. Burkini, Mélenchon: l'alliance à gauche va-t-elle exploser?

Jean-Luc Mélenchon, le pilote de l'alliance à gauche.
Jean-Luc Mélenchon, le pilote de l'alliance à gauche.image: shutterstock, montage: sainath bovay
Législatives 2022

Bouhafs, burkini, Mélenchon: l'alliance à gauche va-t-elle se crasher?

Si, à un mois des législatives françaises, les sondages donnent l'avantage en voix à la NUPES, l'alliance à gauche emmenée par Jean-Luc Mélenchon, de gros nuages apparaissent, qui menacent cette coalition fragile.
16.05.2022, 18:5717.05.2022, 08:50
Plus de «International»

Il reste un petit mois jusqu’au premier tour des législatives françaises et l’on se demande si l’alliance à gauche ne va pas exploser d’ici là. La NUPES, pour Nouvelle union populaire écologique et sociale, un jeu de dupes! C’est le jeu de mots du moment. Distillé par des dissidents, qui prient chaque jour que Twitter fait pour que l’accord conclu la lame sous la gorge par les socialistes et les écologistes avec «Don» Mélenchon, le nouveau parrain de la gauche tricolore, finisse dans la sciure tel le sang du poulet.

Le leader de la France insoumise, troisième au premier tour de la présidentielle le 10 avril, qui aimerait tant prendre sa revanche au parlement en juin prochain, ne se laisse pas impressionner par ces mauvais coucheurs soi-disant de gauche. Il en rajoute dans les postures de grand mamamouchi. Que twitte-t-il, ce lundi, à quelques minutes de la nomination par Emmanuel Macron de son nouveau premier ministre (Elisabeth Borne)? «Grande tension avant la nomination de mon prédécesseur.»

Ah, l'animal! Il parle du nouveau chef du gouvernement comme de son «prédécesseur»: c’est qu’il se voit vainqueur aux législatives des 12 et 19 juin, «ce démagogue qui veut être le premier ministre de la France», tacle le magazine allemand Der Spiegel dans son dernier numéro:

La semaine dernière, c’est l’hebdomadaire français libéral Le Point qui décochait un demi-point Godwin contre Mélenchon en le présentant comme «L’autre Le Pen». Lequel répliquait du demi-point Godwin restant: «Mais Le Point est un tract d'extrême droite. Pas un journal». Il reste qu’il y a, comme le fait Le Point, de quoi s’interroger sur cette figure de la gauche radicale, qui nourrit des sympathies pour des régimes autocratiques, que ce soit la Chine, la Russie ou le Venezuela, et qui promet une pluie de bienfaits pour le peuple sans qu’on sache trop comment il les financera.

On me craint? Tant mieux, se rengorge-t-il. Il a pour l’heure les sondages avec lui, qui placent les candidats NUPES en tête avec 29,8% des intentions de vote, devant Ensemble (la majorité présidentielle qui regroupe trois partis), 25,4%, et le Rassemblement national de Marine Le Pen, 23% – en sièges, Ensemble raflerait la mise, scrutin majoritaire oblige.

Problème: l’«envie de gauche», celle qui se manifeste dans l'immédiat en voix et qui rapportera quoi qu’il en soit des sièges à la NUPES à l’Assemblée nationale, gardera-t-elle sa dynamique? Ou se dispersera-t-elle en plein vol, après bagarre entre membres de l'équipage?

Violences sexuelles vs antiracisme?

Si les aspects sociaux (hausse des salaires les plus bas, retraite à 60 ans, blocage des prix, etc.) semblent emporter l’adhésion de toutes les composantes de la Nupes, des questions sociétales pourraient l’envoyer au sol. A commencer par les suites de l’affaire Taha Bouhafs, du nom de ce journaliste et militant de 25 ans, soutenu par la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, contraint de retirer sa candidature aux législatives après avoir été accusé de violences sexuelles dont il se défend.

Une affaire où il apparaît que la France insoumise, qui se veut le fer de lance de la lutte contre les violences faites aux femmes, aurait cherché dans un premier temps à étouffer les accusations visant Taha Bouhafs, pour ne pas porter préjudice à ce jeune homme «racisé», transformé en symbole du combat antiraciste.

Jean-Luc Mélenchon s’en est pris à Fabien Roussel, le dirigeant communiste membre de la NUPES, son adversaire à la présidentiel, lui reprochant sans le nommer de s’être joint à une «campagne raciste» visant son protégé Taha Bouhafs:

Et voilà le burkini!

Une autre aiguille dans le pied de la NUPES est celle qui y a été mise lundi par la Ville de Grenoble. Le burkini, ce vêtement de bain «intégral» que souhaitent pouvoir porter des musulmanes à la piscine, jusque-là interdit dans les bassins municipaux grenoblois, y sera désormais autorisé.

Le maire, l’écologiste Eric Piolle, invoquant l'«égalité» et le «féminisme», était favorable à la levée de l’interdiction, validée par le conseil municipal par 29 voix contre 27. Une partie de la majorité – de gauche – reste opposée au burkini, voyant dans cet habit un objet «sexiste», vecteur de l’«islamisme». Son autorisation pourrait mettre à mal, et pas qu’à Grenoble, l’entente électorale entre insoumis et une partie de leurs associés dans la NUPES, notamment socialistes. La préfecture de l'Isère, agissant sur instructions du ministre de l'Intérieur qui estime que cette autorisation bafoue la laïcité, va recourir contre la décision du conseil municipal devant le tribunal administratif.

Est-ce un signe? A l'inverse, un exemple dénué de toute pertinence? Dimanche, lors d'une élection municipale partielle à Mantes-La-Jolie, une ville du département des Yvelines qui avait voté Mélenchon à 54,3% au premier tour de la présidentielle, mais rongée par le clientélisme local, le candidat de la NUPES a fait un piètre score, 10,7%. La victoire est revenue dès le premier tour à un candidat de droite.

Eric Zemmour révèle pourquoi il a échappé au service militaire
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les talibans exécutent deux hommes dans un stade rempli de monde
Présentes dans le stade, les familles des victimes ont refusé de gracier les deux meurtriers comme elles en avaient le droit dans le cadre de la charia, la loi islamique. Cette pratique était déjà courante sous le premier régime des talibans.

Les autorités talibanes ont procédé jeudi dans un stade de football dans l'est de l'Afghanistan, à l'exécution en public de deux hommes condamnés pour meurtre.

L’article