International
LGBTIQ+

Espagne: le meurtre d'un gay de 24 ans continue d'émouvoir le pays

Le meurtre d'un gay de 24 ans continue d'émouvoir l'Espagne

drapeau LGBT manifestation homophobie homosexuel crime Espagne Madrid Barcelone
A Madrid, des manifestants dénoncent le meurtre d'un jeune homosexuel de 24 ans.Image: Keystone
Des manifestations ont eu lieu dimanche à Madrid, Barcelone et Séville pour dénoncer un crime présumé homophobe.
12.07.2021, 08:1512.07.2021, 09:39
Plus de «International»

Samuel Luiz, un aide-infirmier brésilien de 24 ans, a été battu à mort le 3 juillet, dans une attaque présumée homophobe. Des manifestants sont à nouveau descendus dans la rue dans plusieurs villes espagnoles dimanche pour réclamer justice.

La victime avait été retrouvée inconsciente aux premières heures du 3 juillet aux abords d'une boîte de nuit de la Corogne, après avoir été passé à tabac. Les secours n'avaient pu le ranimer et il est mort peu après des suites de ses blessures. L'annonce de son décès a déclenché une série de manifestations et de réactions politiques dans toute l'Espagne.

Des manifestations dans plusieurs villes espagnoles

Une foule s'est rassemblée sur une place centrale de Madrid, avec notamment des pancartes sur lesquelles on pouvait lire:

«Certaines personnes sont LGBTQ+. Il va falloir vous y faire!»

Des militants scandant des slogans et arborant des drapeaux arc-en-ciel ont défilé dans les rues d'Almeria (sud) et à La Corogne (nord-ouest), où le crime s'est produit. Des manifestations similaires ont eu lieu pendant le week-end dans d'autres villes, dont Barcelone (nord-est) et Séville (sud).

Frappé en se faisant traiter de «pédé»

Ses proches affirment que ses agresseurs ont agi par homophobie et l'ont frappé en le traitant de «pédé». La police a arrêté six personnes, dont deux mineurs, depuis le début de l'enquête. Pour le moment, les responsables de l'enquête ne privilégient pas la piste d'un crime homophobe et gardent «toutes les hypothèses» ouvertes.

«Je me suis joint à la manifestation à Madrid parce que ça aurait pu être moi à la place de Luiz. Il est évident qu'il s'agissait d'une attaque homophobe, à cause des insultes qui ont été proférées»
Miguel Serrano, un manifestant âgé de 22 ans

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a condamné le meurtre, le qualifiant d'«acte sauvage et sans pitié» dans un tweet. (ats/jch)

Copin comme cochon: le small talk
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Biden et Trump sont indignes
Et tout le monde semble paralysé. Dans cinq mois, la plus grande puissance mondiale devra choisir entre un républicain condamné et un démocrate affaibli. Si le premier se présente pour échapper à la justice, le deuxième ne s'accroche que pour lui barrer la route. Et rien n'est en mesure de bouleverser l'équation, sinon une catastrophe extérieure.

Avons-nous pris toute la mesure du désastre? A chacune des apparitions de Joe Biden, le monde guette ses sorties de route. Si les républicains se moquent goulûment, tous les autres se bouchent yeux et oreilles en priant pour ne pas le voir dégringoler d'un bête escalier ou confondre Macron et Mitterrand.

L’article