DE | FR

Londres débloque une aide pour l'éducation des filles

epa05666543 A handout picture provided by the United Nations Children's Fund (UNICEF) on 08 December 2016 shows a girl looking out of the window of her classroom at Dikwa Central Primary School, Borno State, northeast Nigeria, 14 November 2016. Boko Haram captured Dikwa in 2014 and the Nigerian army liberated it in February 2016. UNICEF, in partnership with the Nigerian government, was one of the first humanitarian organisations to access the town and continues to run health programmes throughout the community. There are approximately 3.8 million children in need of humanitarian support in north-east Nigeria. EPA/UNICEF / MARK NAFTALIN / HANDOUT HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

1,6 milliard d'enfants étaient non scolarisés à travers le monde au plus fort de la fermeture des écoles. Image: EPA UNICEF

La pandémie de coronavirus a aggravé les obstacles déjà existants à la scolarisation des petites filles, comme la pauvreté, les violences sexistes et les mariages d'enfants.



Le Royaume-Uni a accordé mercredi 12 mai un financement de 55 millions de livres (64 millions d'euros) à un programme soutenant la scolarisation des petites filles dans les pays en développement. Il s'agit d'un plan pour scolariser 40 millions d'écolières supplémentaires d'ici 2026.

Cette somme sera octroyée à What Works Hub for Global Education. Un nouveau programme» de recherche qui conseillera les gouvernements d'Afrique et d'Asie sur les moyens les plus efficaces et rentables de réformer leurs systèmes scolaires et favoriser la scolarisation des filles, explique The Guardian.

1,6 milliard d'enfants non scolarisés à travers le monde

Le Premier ministre Boris Johnson, craint que la pandémie ne crée «une génération perdue» de «petites filles dont l'éducation a été écourtée». Le coronavirus a provoqué une crise sans précédent de l'éducation, avec 1,6 milliard d'enfants non scolarisés à travers le monde au plus fort de la fermeture des écoles.

Il a également aggravé les obstacles déjà existants à la scolarisation des petites filles, comme la pauvreté, les violences sexistes et les mariages d'enfants.

«Aider les filles à bénéficier de douze années d'éducation de qualité est l'un des investissements les plus judicieux que nous puissions faire alors que le monde se remet du Covid-19»

Boris Johnson

Cette contribution financière britannique s'inscrit dans un plus vaste plan d'action:

Scolariser 40 millions de jeunes filles supplémentaires d'ici 2026

Apprendre à lire à 20 millions d'autres avant l'âge de 10 ans

Cette annonce intervient alors que Londres se trouve sous le feu des critiques pour la coupe drastique de son aide au développement. Celle-ci est passée de 0,7% à 0,5% de la richesse nationale soit d'environ 15 à 10 milliards de livres (19 à 15 milliards CHF).

Londres accueillera en juillet un sommet sur l'éducation organisé conjointement avec le Kenya et destiné à récolter auprès des pays riches 5 milliards de dollars (6,5 milliards CGF). (ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Face à la pire contraction économique «en 300 ans», Londres ferme le robinet d'aide

Au vu de l'impact de la crise économique en raison du Covid, le Royaume-Uni a décidé de baisser son aide internationale de 15 à 10 milliards de livres.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a justifié, dimanche, la réduction de l'aide internationale du Royaume-Uni par l'impact économique de la crise du coronavirus, dont certaines critiques n'ont pas à ses yeux pris la mesure.

«Ca a été une décision très difficile de réduire et trouver des sources d'économie dans le budget de l'aide», a déclaré sur Sky News le chef de la diplomatie britannique, invoquant la plus importante contraction de l'économie «en 300 ans».

Certaines …

Lire l’article
Link zum Artikel