larges éclaircies
DE | FR
International
Musique

Bob Dylan vend tout son catalogue musical à Sony Music

Bob Dylan assure ses arrières en vendant tout son catalogue musical

FILE - In this Feb. 6, 2015, file photo, Bob Dylan accepts the 2015 MusiCares Person of the Year award at the 2015 MusiCares Person of the Year show in Los Angeles. Dylan, who has a reputation as a re ...
Le légendaire chanteur américain Bob Dylan a vendu les droits de tout son catalogue de musique enregistrée à Sony.Image: sda
Des sites spécialisés dans l'industrie musicale évoquent un montant supérieur à 200 millions de dollars (environ 200 millions de francs). Sympa.
25.01.2022, 05:2825.01.2022, 06:57
Plus de «International»

Le légendaire chanteur américain Bob Dylan a vendu les droits de tout son catalogue de musique enregistrée à Sony, a annoncé lundi le géant de l'industrie musicale, dernier épisode d'une série de rachats de répertoires, devenus des actifs précieux à l'heure du streaming.

L'accord, qui remonte à juillet 2021, mais n'ayant été annoncé que lundi, porte sur près de soixante ans de musique du chanteur folk et country, prix Nobel de littérature 2016, de son premier album éponyme en 1962, qui fut un fiasco, jusqu'à «Rough and Rowdy Ways» en 2020. Soit au total 39 albums.

Au-delà de tubes comme «Like a Rolling Stone», «Tangled Up in Blue» ou «Just Like a Woman», la transaction couvre aussi les «droits des futures nouvelles sorties» de chansons de l'artiste de 80 ans, selon Sony Music Entertainment (SME).

Auteur de textes engagés contre l'injustice sociale, la guerre, le racisme et l'esclavage, légende vivante de la musique américaine, Bob Dylan avait déjà marqué l'industrie musicale en cédant, fin 2020, l'ensemble de ses droits d'auteur – distincts des droits d'enregistrement vendus à Sony – à un autre géant, Universal, pour un montant évalué à l'époque à 300 millions de dollars.

Tandis que les droits d'auteur permettent de toucher des dividendes sur la diffusion d'un titre à la radio ou en streaming, sur des ventes d'album ou sur leur utilisation dans une publicité ou dans un film, les détenteurs de droits d'enregistrement peuvent décider de futures rééditions.

«Bob Dylan et SME continueront à collaborer sur toute une série de rééditions du catalogue de l'artiste», annonce Sony, citant la célèbre série des Bootleg. Ces albums de versions inédites de ses chefs-d'oeuvre ou de lives ont démarré en 1991 et en sont aujourd'hui à leur 16e volume.

L'accord renforce une relation de longue date entre Sony et Bob Dylan, qui avait signé en 1961 chez Columbia Records, devenu une filiale du géant de la musique.

«Columbia Records et Rob Stringer (le président de Sony Music Group) ont toujours été bons pour moi, pendant de très nombreuses années et un grand nombre de disques. Je suis heureux que tous mes enregistrements puissent rester là où ils doivent être.»
Bob Dylan, himself

Cette transaction est le dernier épisode d'une longue série de rachats des droits d'auteur ou d'édition de catalogues d'artistes morts ou vivants, mais jugés indémodables et devenus des actifs précieux notamment avec la révolution du streaming.

Depuis des mois, les noms d'artistes s'ajoutent à la liste, comme David Bowie, dont les droits d'auteur ont été acquis par Warner pour un montant estimé à 250 millions de dollars. Ou le «Boss» Bruce Springsteen, qui a vendu, à Sony en décembre, les droits d'auteur et d'enregistrement liés à tout son répertoire pour une somme estimée à plus de 550 millions de dollars. (ats/jch)

Les champions de Lego Masters en démonstration
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Sandoz règle un litige aux Etats-Unis et débourse 265 millions
L'émanation de Novartis versera aux plaignants un montant de 265 millions de dollars (233 millions de francs au cours du jour), un montant qui affectera les résultats 2023.

Le producteur de génériques Sandoz, via ses filiales, a conclu un accord aux Etats-Unis pour mettre un terme à un litige sur le droit de la concurrence.

L’article