International
Nucléaire

L'Iran promet une «vengeance» à Israël après l'attaque d'une centrale

L'Iran promet une «vengeance» à Israël après l'attaque d'une centrale nucléaire

This satellite photo from Planet Labs Inc. shows Iran's Natanz nuclear facility on Wednesday, April 7, 2021. Iran's Natanz nuclear site suffered a problem Sunday, April 11, involving its ele ...
Image: AP Planet Labs Inc.
Téhéran est convaincue que l'attaque à l'encontre de sa centrale nucléaire survenue dimanche est un acte terroriste perpétré par Israël.
12.04.2021, 09:5412.04.2021, 10:07
Plus de «International»

«Avec cette action, le régime sioniste a bien sûr essayé de se venger du peuple iranien pour la patience et la sagesse dont il a fait preuve (en attendant) la levée des sanctions» américaines, a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Saïd Khatibzadeh, lors d'une conférence de presse à Téhéran.

Il a ainsi accusé indirectement Israël de saborder les discussions en cours à Vienne pour tenter de faire revenir les Etats-Unis dans l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et de lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis que les Etats-Unis sont sortis de ce pacte en 2018.

Selon l'agence de presse officielle IRNA, des députés ont indiqué que le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, avait «insisté (...) sur la nécessité de ne pas tomber dans le piège tendu par les sionistes».

«Mais nous ne permettrons pas (qu'Israël fasse dérailler les discussions de Vienne) et nous nous vengerons des sionistes pour ces actions», aurait-il déclaré de même source lors d'une réunion à huis clos au Parlement consacrée à l'attaque contre Natanz. (ats/afp)

Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Afrique: Les scientifiques traquent le responsable des pluies dévastatrices
Selon une étude, il n'y a «aucune preuve» que le phénomène El Niño ait eu une influence dans les pluies diluviennes qu'a connues cette année l'Afrique de l'Est. Laquelle pointe, en revanche, le rôle du réchauffement climatique, «l'un des facteurs» de ces pluies extrêmes.

La grande saison des pluies, entre mars et mai, a été plus intense que la normale dans cette partie du continent, tuant plus de 500 personnes, notamment au Kenya et en Tanzanie, et déplaçant des centaines de milliers d'autres.

L’article