DE | FR

Pedro Castillo remporte une présidentielle très serrée au Pérou

epa09353990 The leftist Pedro Castillo speaks to his supporters from a balcony after being proclaimed president-elect of the country, in Lima, Peru 19 July 2021. The official proclamation came this Monday, a month and a half after the elections in which he defeated the right-wing Keiko Fujimori, who delayed his appointment with more than a thousand challenges in which she denounced alleged 'fraud' without reliable evidence. After declaring the latest legal appeals presented by Fujimori unfounded, the National Elections Jury (JNE) endorsed the results of the 06 June vote, where Castillo obtained 50.12% of the valid votes, a narrow victory by just 44,263 votes over Fujimori.  EPA/Paolo Aguilar

Pedro Castillo. Image: sda

Plus d'un mois après le scrutin, le Pérou connaît enfin son nouveau président: il s'agit du candidat de la gauche radicale et novice en politique Pedro Castillo.



«Je proclame président de la République José Pedro Castillo Terrones», a déclaré le président du Jury national des élections (JNE), Jorge Luis Salas, lors d'une brève cérémonie virtuelle qui clôt des semaines de suspense après un scrutin particulièrement serré.

«Chers compatriotes, mon cœur est ouvert à chacun d'entre vous !», a lancé Castillo, peu après la proclamation, depuis le balcon du siège du parti, arborant son traditionnel chapeau blanc, typique de sa province natale de Cajamarca (nord).

50,12% des voix

L'autorité électorale chargée d'examiner les recours a confirmé lundi les résultats délivrés il y a plusieurs semaines par l'Organe national du processus électoral (ONPE) en charge de l'organisation du scrutin.

A l'issue du dépouillement de 100% des bulletins de vote, l'ONPE avait donné Pedro Castillo, 51 ans, vainqueur avec 50,12% des voix, contre 49,87% des suffrages à sa rivale, Keiko Fujimori, 46 ans. Selon les résultats actualisés par le JNE, Castillo l'emporte avec 44 263 voix d'avance sur la fille de l'ex-président Alberto Fujimori (1990-2000).

Fujimori reconnaît les résultats

Peu avant l'annonce du résultat définitif, sa rivale Keiko Fujimori, qui avait insinué début juillet qu'elle ne reconnaîtrait pas la victoire de son concurrent, a fait volte-face.

epa09304699 Peruvian presidential candidate Keiko Fujimori attends a demonstration in Lima, Peru, 26 June 2021. For the second consecutive week, two parallel marches show the deep division of Peru between Fujimori supporters claiming there was 'fraud' in the elections and Castillo's supporters who see a 'coup' in Fujimori's attempt to reverse the results.  EPA/Gian Masko

La candidate de la droite populiste Keiko Fujimori. Image: sda

«Aujourd'hui, j'annonce qu'en remplissant mes engagements, mon engagement envers tous les Péruviens (...) envers la communauté internationale, je vais reconnaître les résultats, car c'est ce qu'exigent la loi et la Constitution que j'ai juré de défendre», a-t-elle déclaré en conférence de presse. «J'appelle les Péruviens à ne pas baisser les bras et à mettre en œuvre une défense démocratique», a-t-elle ajouté.

La fille d'Alberto Fujimori, 82 ans, qui purge une peine de 25 ans de prison pour corruption et crime contre l'humanité, avait jusque-là multiplié les accusations de «fraudes» contre son adversaire. Elle avait demandé l'invalidation de plusieurs dizaines de milliers de suffrages. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Mahmoud Abbas annonce le report des législatives palestiniennes

Les élections parlementaires palestiniennes sont sur la sellette du fait des tensions avec Israël. Alors que l’Etat hébreu interdit le scrutin dans des bureaux de vote à Jérusalem-Est. Côté Palestinien, la polémique enfle.

Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, a annoncé, dans la nuit de jeudi à vendredi, un report des premières élections en 15 ans dans les Territoires palestiniens.

Le président de l’Autorité palestinienne persiste et signe: la tenue du scrutin doit être «garantie» à Jérusalem-Est, annexée par Israël. Et dans la foulée de cette décision, la Commission électorale palestinienne a annoncé l'arrêt de ses activités visant à préparer ces élections.

A Ramallah, où l'Autorité …

Lire l’article
Link zum Artikel