DE | FR

Au Pérou il n'y a pas encore de vainqueur officiel, mais pas d'irrégularités non plus

Supporter of presidential candidate Pedro Castillo march in Lima, Peru, Wednesday, June 9, 2021. Peruvians are still waiting to learn who will become their president next month as votes from Sunday's runoff election continued to be counted and the tiny difference between the two polarizing populist candidates narrowed. (AP Photo/Martin Mejia)

Des supporters du candidat Pedro Castillo. Image: sda

Le second tour de la présidentielle au Pérou entre Keiko Fujimori et Pedro Castillo a été un «processus électoral positif», estiment les autorités de surveillance. Le résultat officiel ne sera pas connu avant plusieurs jours.



La candidate de droite Keiko Fujimori, donnée perdante de quelque 60 000 voix par le dernier décompte de vendredi, avait dénoncé mercredi des «indices de fraude» et réclamé l'invalidation d'environ 200 000 bulletins, issus de 802 bureaux de vote.

Selon la mission d'observation électorale de l'Organisation des Etats américains (OEA), tout s'est en revanche plutôt bien passé. «La mission n'a pas détecté d'irrégularités graves», indique son rapport préliminaire.

La mission «a déclaré avoir observé un processus électoral positif, dans lequel des améliorations substantielles ont été enregistrées entre le premier et le deuxième tour», ajoute ce rapport diffusé par M. Ramirez à la télévision péruvienne et publié simultanément sur le site internet de l'organisation continentale siégeant à Washington. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

14 activistes d'Extinction Rebellion font recours contre leur condamnation

En juin 2021, la justice avait condamné des activistes du climat à 200 francs d'amende pour avoir bloqué une des artères de la ville de Neuchâtel. Ils ont fait recours.

En mars 2020, 14 activistes d'Extinction Rebellion avaient occupé pendant 75 minutes une des artères de la ville de Neuchâtel. Condamnés en juin dernier, ils vont faire recours à l'instance supérieure. Et pour cause. Ils estiment que leur droit de manifester n'a pas été pris en considération.

Même si le juge a reconnu l'urgence climatique, «il a refusé d’admettre l’état de nécessité. Il n’avait en outre pas estimé utile de faire témoigner une scientifique de renom qui pouvait …

Lire l’article
Link zum Artikel