DE | FR
Image: Keystone
Pour comprendre

Au Yémen, la guerre s'éternise et la population en fait les frais

Lundi, les rebelles Houthis ont rejeté une proposition de cessez-le-feu de la part de l'Arabie saoudite. Six ans après son début, la fin du conflit n'est pas encore en vue. Retour sur la «plus grande crise humanitaire au monde».
23.03.2021, 19:0312.08.2021, 17:53
Suivez-moi

C'est l'une de ces guerres dont on entend parler de temps à autre, sans trop savoir de quoi il s'agit. Pourtant, le conflit au Yémen est loin d'être terminé. Les conséquences sur la population locale sont désastreuses et la pandémie n'a rien arrangé. On fait le point.

Les lieux

Le Yémen est situé à la pointe sud-ouest de la péninsule arabe. Il possède une frontière avec l’Arabie saoudite, l'Oman, le Djibouti, l'Érythrée et la Somalie. Le pays compte une importante minorité chiite (45% de la population).

Image: datawrapper

Les forces en présence

Les hostilités commencent officiellement en 2014, mais elles s'inscrivent dans un conflit beaucoup plus large, à la fois local et suprarégional. D'abord guerre civile, l'affrontement s'internationalise à partir de 2015 et oppose les forces suivantes:

  • D'un côté, les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran;
  • De l'autre, le gouvernement yéménite et une coalition internationale menée par l'Arabie saoudite et soutenue par les Etats-Unis.

Le déroulement des faits

La guerre au Yémen éclate dans le sillage des printemps arabes de 2011. Assoiffés de démocratie, les Yéménites descendent dans la rue pour exiger le départ du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 33 ans. Ce dernier finit par céder, et Abd Rabbo Mansour Hadi lui succède.

Les Yéménites dans la rue, en 2011.
Les Yéménites dans la rue, en 2011.Image: EPA

La révolte se mue en guerre civile en 2014, après l'intervention des rebelles Houthis. Ces combattants chiites, originaires de la région de Saada, dans le nord du pays, demandent plus d'autonomie depuis les années 90. Profitant de la situation chaotique, ils lancent une offensive militaire vers le sud, soutenus par une partie de l'armée yéménite.

L'avancée des rebelles est rapide. Ils s'emparent d'abord de la capitale Sanaa, puis ils marchent sur Aden, la deuxième ville du pays. En mars 2015, les Houthis prennent le pouvoir et contrôlent une large partie du territoire. Le président Hadi fuit en Arabie saoudite.

Image: datawrapper

Le lendemain, l'armée saoudienne déclenche l'opération «tempête décisive», à la tête d'une coalition de neuf pays arabes, soutenue par les Etats-Unis. Cela permet au gouvernement de reprendre le contrôle d'une partie du territoire yéménite, mais la coalition n'arrive pas à chasser complètement les rebelles. Le conflit s'internationalise et s'éternise.

L'aviation saoudienne frappe la capitale Sanaa, 2015.
L'aviation saoudienne frappe la capitale Sanaa, 2015.Image: AP

Avec l'intervention saoudienne, la guerre prend une dimension beaucoup plus large: Elle oppose désormais les deux plus grandes puissances régionales, l'Arabie saoudite et l'Iran, qui luttent pour l'hégémonie dans le Moyen Orient.

Les conséquences

Plus de 230 000 personnes, dont beaucoup de civils, ont perdu la vie depuis le début du conflit. Selon l'Organisation des nations unies (ONU), la guerre a provoqué la «plus grande crise humanitaire au monde». Si l'on observe les chiffres, on comprend vite pourquoi:

  • Plus de 13,5 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire aiguë, estime l'ONG Oxfam;
  • Plus de 24 millions de personnes, dont 12 millions d’enfants, ont besoin d’une aide humanitaire;
  • 350 000 enfants de moins de cinq ans sont en état de malnutrition sévère;
  • Selon le Comité international de la croix-rouge (CICR), environ 70% de la population n'a pas accès à l'eau potable;
  • Depuis 2017, le pays est aussi frappé par une épidémie de choléra. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recensé plus de 2,7 millions de cas suspects, c'est-à-dire 50 nouvelles infections par heure.
Sanaa au temps du coronavirus, en avril 2020.
Sanaa au temps du coronavirus, en avril 2020.

Cette situation désespérée a encore empiré à cause de la pandémie de Covid-19. Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) rappelle que le Yémen présente l’un des taux de mortalité les plus élevés au monde, cinq fois plus haut que la moyenne mondiale. L'accès limité à l'eau potable rend impossible le geste barrière le plus simple: se laver les mains.

Et maintenant?

Pour mettre fin au conflit, l'Arabie saoudite a proposé lundi un cessez-le-feu, proposition immédiatement rejetée par les rebelles Houthis, qui multiplient les attaques en territoire saoudien. Début février, ils ont lancé une offensive vers la ville de Marib, dernier bastion gouvernemental du nord du pays.

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cette Française est restée coincée dans un ascenseur et l'eau montait...
En région parisienne, Souhayla, 22 ans, s'est retrouvée bloquée dans l'ascenseur de son immeuble avant d'être sauvée in extremis par les pompiers.

C'est une scène tout droit sortie d'un film d'horreur. Imaginez rester coincé dans un ascenseur, seul et sans aucun moyen de contacter qui que ce soit. Imaginez ensuite que l'ascenseur en question soit en train de prendre l'eau et que la cabine se remplisse petit à petit.

L’article