DE | FR
Présidentielle 2022

Macron, Le Pen, Mélenchon: voici les coins de France où ils ont cartonné

Où Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont-ils fait leurs meilleurs scores? La réponse, cartes à l'appui.
12.04.2022, 10:3912.04.2022, 14:39

Macron: les vieilles terres de la droite et du centre

Image: Carte watson

Emmanuel Macron s’impose dans deux grandes villes réputées bourgeoises, gagnées par les écologistes aux élections municipales de 2020: Bordeaux et Lyon. Il devance Jean-Luc Mélenchon à Paris. Il gagne là où la droite républicaine et le centre-droit s'imposaient auparavant aux présidentielles.

Les régions catholiques tempérées

Il l'emporte dans les régions catholiques tempérées de la façade atlantique, la Bretagne et les Pays de la Loire, les plus favorables à la construction européenne, chère à la démocratie-chrétienne européenne et française. Il est en tête dans le Pays basque, avec Biarritz la chic.

Normandie

Il récupère une partie de l’électorat de centre-droit, entre autres en Normandie, longtemps le partenaire incontournable des gaullistes, dont Les Républicains d'aujourd'hui s'affirment les descendants.

Bastion chiraquien

Il gagne aussi dans ce Massif central d’extraction radical-socialiste, une sorte de centre-gauche. Il décroche la Corrèze et la Haute-Vienne, fief de deux anciens présidents de la République, Jacques Chirac (gaulliste, décédé) et François Hollande (parti socialiste).

L’Alsace et les deux Savoie, la basse et la haute, bastions de la droite républicaine, viticole, industrieuse (petites et moyennes entreprises exportatrices) et touristique, généralement tournées vers l’Europe, lui sont aussi acquises.

Tranquille et verdoyant

Emmanuel Macron est clairement le candidat de la bourgeoisie, de la modérée à la progressiste, celle qui regroupe des seniors. Il est premier à Nice, Cannes et Antibes, sur la Côte d’Azur, des villes de droite où la candidate des Républicains (LR), Valérie Pécresse, s'est effondrée. Il est premier également dans le grand Ouest parisien, notamment dans le département tranquille et verdoyant des Yvelines.

Le Pen: la France des hauts fourneaux, du charbon et des «gilets jaunes»

Image: Carte watson

La carte électorale de Marine Le Pen à cette élection présidentielle ressemble assez à celle de Donald Trump lors de la sa victoire en 2016. Elle est en tête dans la France de l’intérieur, dans les anciens bassins de la mine et de la métallurgie, fleurons industriels durement touchés par des crises économiques successives à partir des années 80, confrontés au chômage long, abonnés aux plans de reconversion, situés dans le Nord-Pas-de-Calais et la région Grand-Est.

A découvert à partir du 10 du mois

Elle est la candidate de cette France qui est à découvert sur son compte en banque à partir du 10 du mois. Elle est, si l’on veut bien, la «candidate du peuple», des actifs et des chômeurs allant de la trentaine à la cinquantaine, quand Jean-Luc Mélenchon recrute beaucoup dans la France étudiante guettée par la précarité, qui a pâti de la pandémie de Covid et du confinement, qui se demande de quoi l'avenir écologique et social sera fait.

C'est le Nord...

Marine Le Pen, elle, s’impose donc à la fois dans les anciens fiefs socialistes du Nord et de l’Est de l’industrie industrialisante et dans cette France rurale, qui autrefois votait à droite et dont Valérie Pécresse, la candidate malheureuse LR, est l’héritière aujourd'hui dépouillée. A Hénin-Beaumont, ville du Pas-de-Calais dont elle est la députée, elle arrive largement en tête avec 51,32% des voix.

Les ronds-points de la colère

Marine Le Pen est la candidate qui correspond le plus à la sociologie des «gilets jaunes», ce mouvement social, en partie insurrectionnel, qui, voyant son avenir social complètement bouché, a semé la panique et l’incompréhension dans la France institutionnelle, de la fin 2018 à la fin 2019. Les ronds-points, ces intersections circulaires, typiques des périphéries françaises, disposés autour des localités telles d'anciennes barrières d'octroi, servaient de points de ralliement aux gilets jaunes, qui en avaient fait leurs check-points.

C’est pourquoi, face au marasme social, Marine Le Pen insiste tant sur le pouvoir d’achat, son grand thème de campagne avec la sécurité et l'immigration. Elle se veut la représentante de la France «invisible», celle qui occupe pourtant la majeure partie du territoire français.

Le Sud au goût d'Algérie

Dans le Sud de la France, la candidate du Rassemblement national (RN) pointe en tête dans plusieurs villes, comme à Béziers, localité paupérisée où elle empoche 31% des voix, devant Jean-Luc Mélenchon (22,74%) et Emmanuel Macron (19,87%). Le succès du RN dans cette France méridionale, tient beaucoup à la présence d’une importante communauté de rapatriés français d’Algérie, vivant aux côtés, ou plutôt à côté d'une non moins importante descendance originaire du Maghreb.

Mélenchon: les grandes villes, les banlieues, les bastions de gauche

Image: Carte watson

Il y a eu un vote utile à gauche et il a profité à Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise, troisième du premier tour de l’élection présidentielle avec 22,2%. Dans la plupart des grandes villes gagnées ou conservées par le Parti socialiste ou les écologistes aux élections municipales de 2020, il passe devant Emmanuel Macron et Marine Le Pen: Lille, Strasbourg, Nantes, Rennes, Grenoble, Montpellier, Marseille. A Strasbourg, il arrive en tête avec 35,5% des voix, cinq points de plus qu'Emmanuel Macron. Le candidat écologiste Yannick Jadot (EELV) n’obtient là que 6,4% des suffrages...

Le «défenseur des musulmans»

Jean-Luc Mélenchon gagne ensuite largement dans les banlieues populaires, où réside un nombre important de Français d’origine immigrée et pour beaucoup d'entre eux, de confession musulmane. Le candidat de la France insoumise s’est construit durant la campagne une image de défenseur des musulmans, face à l’extrême-droite incarnée par Marine Le Pen et Eric Zemmour, mais aussi face à Emmanuel Macron. Il a ainsi reçu le soutien du Collectif contre l’islamophobie en Europe (ex-Collectif contre l’islamophobie en France, dissous par décret gouvernemental en 2020, peu après l’assassinat du professeur Samuel Paty, dans le cadre de la loi contre le séparatisme «islamiste»). Jean-Luc Mélenchon dépasse ainsi les 50% de voix dans d’anciens bastions communistes de la ceinture parisienne: en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne, par exemple.

Fiefs anticléricaux et terres protestantes

Enfin, Jean-Luc Mélenchon arrive en tête dans de vieux bastions de la gauche socialiste et communiste situés dans le Sud-Ouest de la France, historiquement anticléricaux. Il fait par ailleurs de bons scores dans des fiefs du protestantisme, comme les Cévennes, aux abords de Nîmes et Montpellier.
(Avec Petar Marjanović)

Game of Thrones House of the Dragons

1 / 14
Game of Thrones House of the Dragon
source: hbo
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les Rolling Stones sont de retour en Suisse pour leur 60 ans

Plus d'articles sur le premier tour de la présidentielle française 2022

Voici (enfin) les résultats officiels de la présidentielle

Link zum Artikel

Qui l'emportera: le «tout sauf Macron» ou le «tout sauf le Pen»?

Link zum Artikel

Le récap' du premier tour en mèmes

Link zum Artikel

Pécresse, ruinée, fait l'aumône et menace les «traîtres»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Condamnation confirmée pour l'opposant russe Navalny en appel
L'opposant russe Alexeï Navalny avait fait appel de sa condamnation à neuf ans d'emprisonnement supplémentaires édictée en mars dernier. Mardi, la justice moscovite à réaffirmé sa position.

La justice russe a confirmé mardi en appel la condamnation à neuf ans de prison en «régime sévère» du principal opposant Alexeï Navalny. Celui-ci est jugé pour «escroquerie» et «outrage à magistrat».

L’article