DE | FR
Valérie Pécresse. Paris, 11 novembre 2021.
Valérie Pécresse. Paris, 11 novembre 2021.image: keystone
Présidentielle 2022

La chance historique de Valérie Pécresse, favorite de la primaire à droite

Deuxième, ce jeudi, de la primaire Les Républicains derrière Eric Ciotti, Valérie Pécresse part favorite pour le second tour, dont le vainqueur sera connu ce samedi déjà. Pour la première fois peut-être, une femme représentera la droite à l'élection présidentielle.
02.12.2021, 17:4803.12.2021, 07:58

Ciotti-Pécresse. Ces deux noms sont sortis en tête ce jeudi après-midi du premier tour de la primaire devant désigner le ou la candidate qui représentera le parti Les Républicains (LR) à l’élection présidentielle française. Michel Barnier, Xavier Bertrand et Philippe Juvin sont éliminés.

Le grand vainqueur sera connu ce samedi déjà, à 14h30, au terme du second tour. Et ce sera soit Eric Ciotti, soit Valérie Pécresse, premier et deuxième aujourd’hui avec respectivement 25,59% et 25% des voix. Barnier, Bertrand et Juvin suivant dans l’ordre avec 23,93%, 22,36% et 3,13% des suffrages exprimés. La primaire LR est «fermée». Seuls les 140 000 adhérents au parti à jour de cotisation peuvent y participer.

Le fantôme de 2016

Le scénario de la précédente primaire présidentielle LR, alors ouverte à tout Français qui souhaitait y prendre part et qui incluait le centre, en quelque sorte, se répète. Comme en 2016, c’est la droite dure qui l’emporte, à l’époque François Fillon face à Alain Juppé, qui passait pour modéré. Et comme en 2016, celui qui pointait en tête pour la droite dans les sondages de la présidentielle proprement dite (exercice difficile pour une primaire dont il est ardu de dégager un panel), Xavier Bertrand – Alain Juppé il y a cinq ans – reste sur le carreau.

A droite toute!

Sachant la base votante LR très peu centriste, et même tentée par Eric Zemmour chez les partisans de François Fillon, c’est à droite toute que les cinq candidats à la candidature se sont affrontés au cours des quatre débats mis sur pied pour les départager. A ce jeu-là, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, connu pour ses positions «droitardes», et Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, qui avait pris ses distances avec LR avant de réintégrer le parti pour pouvoir concourir à la primaire, ont été les plus en pointe, faisant assaut de propositions «chocs» sur les thématiques de l’immigration, de l’islam et de la sécurité.

Il est temps maintenant de rassembler. Ou plutôt de faire les comptes. Et là, Valérie Pécresse part avec un triple avantage, soit les soutiens des trois perdants, qui appellent à voter pour elle face à Ciotti.

Un profil «républicain»

Les Républicains ont l’occasion historique de présenter une femme au suffrage des Français lors de l’élection suprême. A partir de là, tous les rêves sont permis pour Valérie Pécresse. Juriste de formation, cette ancienne ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche de 2007 à 2011, réputée pour sa maîtrise des dossiers, engagée contre l’islamisme, l’indigénisme et pour la laïcité, peut incarner ce virage à droite auquel semble aspirer une majorité de Français, tout en présentant un profil «républicain», en d’autres termes, acceptable.

Un atout face à Eric Zemmour, mais peut-être pas suffisant face à Marine Le Pen au premier tour. Dans l’immédiat, la logique comptable voudrait qu’elle soit victorieuse samedi.

Aucun rapport, mais ça ne fait pas de mal de se cultiver...

Plus d'articles sur la présidentielle française 2022

Il y a comme un hic dans la vidéo de Zemmour...

Link zum Artikel

Selon Marine, Zemmour ne serait pas fait pour le job

Link zum Artikel

La légion d'honneur de Nicolas Hulot remise en question

Link zum Artikel

Eric Zemmour versus Joséphine Baker, drôle de jour pour annoncer sa candidature

Link zum Artikel
En France, la vidéo qui ébranle la gauche autant qu'une sextape
Dans une vidéo qui aurait dû rester confidentielle, l'un des organisateurs de la Primaire populaire, censée désigner un unique candidat de gauche à la présidentielle, dévoile une stratégie très peu fraternelle.

Ce n’est pas une sextape, mais l’effet produit est un peu le même: la mise à nu de ce qui aurait dû rester caché. Mercredi, l'hebdomadaire Le Canard enchaîné a rendu publique une vidéo qui daterait du mois d’octobre et dans laquelle un jeune homme dévoile la stratégie poursuivie par la Primaire populaire.

L’article