DE | FR
Fabien Roussel en meeting à Marseille. 6 février 2022.
Fabien Roussel en meeting à Marseille. 6 février 2022.image: capture d'écran twitter @Nominoe14
Présidentielle 2022

Fabien Roussel, le candidat steak-frites qui redonne espoir en France

Incarnation d'une gauche sociale et laïque, Fabien Roussel, le candidat communiste à la présidentielle française, progresse dans les sondage et se sent pousser des ailes.
09.02.2022, 19:5910.02.2022, 09:56

En avant!

A soixante jours du premier tour la présidentielle, Fabien Roussel se sent pousser des ailes. La surprise de ce début d’année, c’est lui. Le candidat du Parti communiste français (PCF) gagne 1,5 point dans le dernier sondage de l’hebdomadaire L’Express, récoltant désormais 4% d’intentions de vote. Oui, c’est peu, mais à gauche, la famille pauvre de ce scrutin, un gain, si petit qu’il apparaisse, vaut une orange à Noël.

Salle comble

Là où tous les autres candidats de gauche, à l’exception de Jean-Luc Mélenchon (+0,5 point à 10%), stagnent, reculent ou s’effondrent, Fabien Roussel va de l’avant et attire du monde, comme en témoignent les 3000 personnes venues assister à son meeting dimanche à Marseille. En termes de progression, il est celui qui engrange le plus. Entre lui et Mélenchon, il ne se trouve plus que l’écologiste Yannick Jadot (4,5%), dont la campagne semble devoir pâtir de la présence encombrante de Sandrine Rousseau, pourtant battue dans la primaire interne du parti mais tapant l’incruste au-delà de l’imaginable.

Le déclic

C’est d’ailleurs un peu grâce à Rousseau que Roussel a enclenché sa dynamique. La verte tendance woke est tombée comme une bleue dans le piège tendu par le communiste. Alors qu’au matin du 9 janvier, celui-ci déclarait sa flamme pour «un bon vin, une bonne viande, un bon fromage», elle répliquait l’après-midi préférer le «couscous», comme si le camembert, la baguette et le pinard avaient un goût suspect, un goût facho. Ni une, ni deux, elle popularisait Roussel et passait pour l’identitaire de service, quand lui l’avait été de façon subliminale.

C'est un membre du Parti communiste qui le dit sous couvert d'anonymat:

«Ce jour-là, seuls tous les naïfs de la Terre ont pensé que les propos de Fabien Roussel étaient spontanés»

Le «professionnel»

Oui, c’est à peine croyable, un communiste fait à nouveau rêver en France. Depuis la chute de l’URSS en 1991, le communisme n’a cessé de reculer chez le voisin français. Le dernier candidat du PCF à avoir approché les 4% s’appelait Robert Hue. C’était à la présidentielle de 2002. Là, il y a moyen de faire mieux. Grâce à Roussel et à ce qu’il incarne.

Mais qui est-il et qu’incarne-t-il? Fabien Roussel est un apparatchik, un membre de l’appareil communiste. Un «professionnel de la politique», comme l’écrivait Libération dans un portrait paru en février 2019, trois mois après sa victoire au 38e congrès du PCF qui l’installait à la tête du parti avec titre de «secrétaire général». Il s’imposait de peu face à l’équipe sortante, emmenée par Pierre Laurent, une personnalité plutôt fade.

L'atout ch'ti

Fabien Roussel est né en 1969 à Béthune, dans le Pas-de-Calais, «d’une mère employée de banque et d’un père correspondant de L’Humanité à Hanoi (Vietnam) pendant dix ans», rapportait Libération dans le portrait en question. Bac en poche, il a fait ses classes aussi bien professionnelles que politiques dans le journal de son père, l’organe du PCF, non pas comme journaliste, «mais comme coursier, distributeur de dépêches, iconographe». Adolescent, il milite pour la libération de Nelson Mandela en Afrique du Sud, alors régime d’apartheid.

L’origine ch’ti de Roussel est pour lui un atout indéniable. Le Nord occupe une place à part dans le cœur des Français: c’est la terre des mines de charbon et des usines de textile, puis du chômage de masse quand tout a périclité; c’est la terre du travail et des sacrifices, de la solidarité face à l’adversité. Politiquement, c’est la terre en partie conquise par le Front national devenu Rassemblement national. Roussel, élu en 2017 député du département du Nord, fait figure de résistant.

«La France des jours heureux»

«L’engouement relatif pour sa personne n’est pas le fruit du hasard. Fabien Roussel incarne la nostalgie d’un certain communisme français qui dépasse la surface électorale du PCF. C'est le communisme du Front populaire en 1936, celui de la Libération, celui du congrès d’après Mai 68», estime notre interlocuteur membre du parti.

La France d'avant les attentats

Avec son côté steak-frites et rocker sous la chemise blanche de VRP de province, il ramène à une époque d’avant les grands traumatismes identitaires français, marqués par les attentats islamistes et la montée des populismes.

Son slogan, «la France des jours heureux», tombe à pic. Comme Marine Le Pen ou Eric Zemmour, il puise dans la mythologie des Trente Glorieuses pour envisager l’avenir, mais il n’exclut personne. Lui qui a commémoré le 7 janvier la tragédie de Charlie Hebdo, lui qui affirme à la moindre occasion son attachement à la laïcité et qui dénonce le «fascisme islamiste», ne trouvera pas ses voix, sinon marginalement, dans l’électorat de Jean-Luc Mélenchon, qui, lui, se pose en défenseur des «musulmans».

Piquer des voix à Marine Le Pen

«Fabien Roussel sait où sont ses voix, reprend notre source. Elles ne sont pas chez Macron ou Pécresse, en dépit de la sympathie qu’il inspire à certains électeurs de ces deux candidats. Elles se trouvent dans le vaste vivier des abstentionnistes et chez Marine Le Pen, où ont atterri en nombre d’anciens électeurs de gauche.»

Flics et immigration

Ses contempteurs, de gauche, justement, l’accusent de flirter avec l’extrême droite. Notamment lorsqu’il se joint à un rassemblement de policiers en colère, le 19 mai dernier, postés face à l’Assemblée nationale. Sur l’immigration, il est sur une ligne plutôt classique, voire protectionniste. On lui reproche à ce propos de reproduire la doctrine «Georges Marchais», du nom de cet ancien secrétaire général du PCF à la mauvaise foi légendaire, qui avait lors de la campagne présidentielle de 1981 tenu des propos contre l’immigration. Comme un clin d’œil à ce Marchais, le dernier communiste à avoir dépassé 15% à une élection présidentielle, c’est son fils, Olivier, qui, l’an dernier, animait la caravane des «jours heureux» du candidat communiste.

«Raciste», Roussel?

«Raciste», Roussel? Le 16 janvier, en plein «couscousgate» provoqué par Sandrine Rousseau, il entendait démontrer que non en publiant sur Twitter une photo de lui, à table et en famille, une famille très arc-en-ciel, aux couleurs de la France.

Ménager la frange PCF décoloniale

Voudrait-il donner d'autres gages sur la thématique antiraciste? Mardi sur l'antenne de Sud Radio, il a maintenu son soutien apporté en 2021 en tant que patron du PCF à la cause défendue par Assa Traoré, cette jeune femme qui demande «justice» pour son frère Adama, mort en 2016 lors de son interpellation par des gendarmes. Or cette cause rassemble nombre de militants proches de Jean-Luc Mélenchon, pour qui la promotion de la laïcité n'est pas la première priorité.

En entendant Fabien Roussel s'exprimer de la sorte sur Sud Radio, rapprochant l'affaire Adama d'un épisode sanglant de la guerre d'Algérie imputable à l'extrême droite OAS, des électeurs qui se disaient prêts à voter pour lui, ont affirmé qu'ils n'en feraient rien:

Comme le rapporte notre source, «Fabien Roussel n'a pas tout à fait les mains libres, il doit composer avec une forte minorité du PCF proche des thèses décoloniales».

Faire payer les riches

Le programme économique de Fabien Roussel est une complète hérésie aux yeux des libéraux. Il promet de s’en prendre à la finance, à la fraude fiscale, veut nationaliser deux grandes banques, la BNP et la Société générale, ainsi que l’assureur Axa, entend ramener l’âge de la retraite à 60 ans et créer un service public de l’énergie, grandement adossé au nucléaire. Le tout au profit du «peuple» et de l'investissement dans les PME.

Un pied dans le monde rural, un autre dans les métropoles (son directeur de campagne est Ian Brossat, élu communiste à la mairie de Paris, une figure du «boboland»), Fabien Roussel réveille moins les espoirs du communisme que ceux d’une gauche laïque, sociale et fraternelle.

En France, la vidéo qui ébranle la gauche autant qu'une sextape

Plus d'articles sur la présidentielle française

Tinder de la présidentielle, l'app «Elyze» sous le feu des critiques

Link zum Artikel

Macron contre Le Pen, place au duel télévisé

Link zum Artikel

Zemmour a sa version perso de la famille traditionnelle

Link zum Artikel

Sandrine Jadot, l'humanoïde écolo qui piétine le candidat Yannick

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Réouverture de l'ambassade suisse à Kiev ++ Bombardements en Russie
La Russie a attaqué, jeudi 24 février, l'Ukraine. Suivez les derniers développements de la crise ukrainienne.
L’article