International
Présidentielle 2022

Présidentielle: le débat Macron-Le Pen de 2017 en punchlines

Image
Présidentielle 2022

Macron-Le Pen: les punchlines les plus gênantes du débat de 2017

Mercredi 3 mai 2017, la France a les yeux rivés sur le binôme victorieux du premier tour de la présidentielle: Macron (le jeune premier) face à Le Pen (la grande surprise). Résultat? Deux heures et trente-cinq minutes de postillons vindicatifs, de fake news, de coups de semelle sous la ceinture, sans oublier un quintal de moments gênants. Voici le naufrage de la Marine du Front national en quelques punchlines.
11.04.2022, 12:3611.04.2022, 12:53
Suivez-moi
Plus de «International»

Soyons francs: rien que d'y penser, les poils de tous les braves téléspectateurs ayant osé zapper sur le pire débat de toute l'histoire de la Ve République s'hérissent.

Comment ça? Vous avez oublié?

Nous sommes le mercredi 3 mai 2017. Il est vingt heures frappantes quand Emmanuel Macron et Marine Le Pen décapsulent le traditionnel, et très attendu, duel de l'entre-deux-tours de la présidentielle française. Aux yeux de beaucoup, Macron est alors un (presque) inconnu. Le Pen, une (presque) surprise.

Une débâcle et un pugilat

Entre ces boxeurs d'un soir, deux journalistes chargés de mener ou, du moins, de cadrer le débat. Nathalie Saint-Cricq et Christophe Jakubyszyn, pourtant chefs des services politiques de TF1 et France 2 à l'époque, vont sans doute regretter toute leur vie d'avoir été mêlés à cette débâcle politico-médiatique. Pendant deux heures et trente-cinq minutes, ils assisteront, impuissants (comme tout le monde), à un pugilat présidentiel sans gants, sans hauteur d'esprit et sans équivalent dans l'histoire récente.

Dès la fin du débat, la réaction de Nathalie Saint-Cricq était devenue un mème... plutôt explicite👇

Image

Ce soir-là, le monde a surtout assisté au naufrage politique de Marine Le Pen, et à la fin (tragique) d'un blase qui tirera sa révérence en 2018: le Front national. Personne ne sait vraiment ce qui s'était passé dans la tête de la patronne de l'opposition une fois sous les projecteurs télévisuels. En janvier 2021, la candidate avait levé un peu le voile sur sa catastrophe personnelle, admettant un plantage sur la forme, mais une réussite sur le fond.

«J'ai été trop offensive. J'assume. Je ne me cherche aucune excuse. J'ai choisi de montrer qui était Macron. C'était une erreur stratégique»
Marine Le Pen, le 5 janvier 2021.

Reste qu'Emmanuel Macron, lui, n'a eu finalement qu'à esquiver les frêles et maladroites attaques et à garder l'échine droite pour envisager l'Elysée avec assurance.

Dix jours avant le débat de 2022, qui devrait voir apparaître une Marine Le Pen assagie et rassurée par le plébiscite du premier tour, on vous replonge dans l'arène d'il y a cinq ans.

Les meilleures punchlines

L'attaque personnelle sur Brigitte:

«Je vois que vous essayez de jouer au professeur et à l'élève, ce n'est pas vraiment mon truc à moi»
Marine Le Pen.

La réplique de Macron:

«Vous n’êtes pas la candidate de l’esprit de finesse»

Marine, féministe taquine:

«La France sera dirigée par une femme. Madame Merkel ou moi»
(Merkel, si c'est Macron qui devenait président, évidemment)

La France redécouvre un mot:

«Ce que vous proposez, comme d'habitude, c'est de la poudre de perlimpin»
Emmanuel Macron sur le thème de l'immigration. Le candidat d'En Marche deviendra célèbre sur les réseaux grâce à sa réplique.

Le Pen (en lisant ses fiches):

«Je suis la candidate du pouvoir d'achat, vous êtes le candidat du pouvoir d'acheter la France, du pouvoir de dépecer la France»
Elle utilisera dix fois le verbe «dépecer» durant le débat

Le Pen, un animal politique?

«J'ai un projet sérieux, qui n'est pas du saut de cabri»
Macron, sur la question du terrorisme en France

La punchline la plus (tristement) célèbre de Le Pen:

«Regardez, ils sont là, ils sont dans les campagnes, dans les villes, sur les réseaux sociaux, les envahisseurs»
Marine Le Pen

Au-delà de sa phrase désormais célèbre, c'est sa gestuelle qui marquera le monde entier. Probablement le moment le plus gênant du débat. Marine Le Pen, submergée par une paranoïa étonnante, mime l'arrivée des «envahisseurs» et ponctue sa prestation d'un rire effrayant.

Voici la séquence:

Marine Le Pen réagissait à une phrase de Macron à l'occasion du 1er-Mai, mais personne n'a compris sur le moment:

"Vous les croisez dans les rues, dans les campagnes, sur la toile, bien souvent masqués, aussi haineux que lâches. Vous les connaissez. Le parti des agents du désastre, les instruments du pire. L’extrême droite française, elle est là."
Emmanuel Macron
Vladimir Soloviev traite Zelensky de "nazi satanique"
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Chine met sa «punition» à exécution contre Taïwan
La Chine a entamé jeudi de vastes manœuvres militaires autour de Taïwan, qu’elle décrit comme une «sévère punition» à l’encontre du nouveau président taïwanais, Lai Ching-te. Taipei a immédiatement qualifié ces actions de «provocations et d’actes irrationnels».

Pékin avait promis des «représailles», la promesse a été tenue. Après le discours d'investiture du nouveau président taïwanais Lai Ching-te cette semaine, un «aveu de l'indépendance de Taïwan» selon la Chine, des exercices militaires ont débuté autour de l'île à 07h45 (01h45 GMT Heure suisse). Ils doivent durer jusqu'à vendredi inclus.

L’article