International
Présidentielle 2022

Zemmour condamné pour provocation a la haine raciale

epa09672593 French far-right polemicist and Reconquete Party candidate to the 2022 French presidential elections Eric Zemmour addresses his supporters during a rally as part of his presidential campai ...
Eric Zemmour est en campagne en vue de devenir président de la France.Image: sda
Présidentielle 2022

Zemmour condamné pour provocation à la haine raciale

Le polémiste et candidat à la présidentielle française a été jugé pour ses propos sur des mineurs qu'il avait qualifiés de «voleurs, assassins et violeurs».
17.01.2022, 14:0017.01.2022, 17:26
Plus de «International»

Eric Zemmour a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris. Il a rendu, ce lundi, sa décision concernant le polémiste et candidat à la présidentielle. Il a été jugé, en novembre dernier, pour ses propos sur les mineurs isolés.

De quoi parle-t-on? Le 29 septembre 2020, Eric Zemmour participait à un débat sur CNews sur les mineurs isolés après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo. Il avait déclaré, selon BFMTV:

«Ils n'ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c'est tout ce qu'ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu'ils viennent»

La justice a décidé de le condamner l'homme politique à une amende de 10 000 euros, conformément aux réquisitions. Le candidat à la présidentielle n'a pas daigné se présenter pour entendre le verdict. (jah)

Quelle est l'origine du doigt d'honneur? On vous raconte!
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La chasse aux «collabos» est ouverte
Le Rassemblement national est en marche vers le pouvoir. La faute à qui? Les «médias collabos», pas toujours ceux auxquels on croit, sont au banc des accusés. Une accusation trop facile.

On y est presque. L’extrême droite, alias le Rassemblement national, est sur le point d’accéder au pouvoir. Non pas, pas encore, à la présidence de la République, mais à l’Hôtel de Matignon, la résidence des premiers ministres. Et la chasse aux «collabos» est ouverte. Il faut l’avouer, c’est tentant. Après tout, chacun, sauf ceux qui font profession de se planquer, est, comme le beauf, le collabo de l’autre.

L’article