DE | FR

Le virus Ebola refait surface et l'OMS alerte sur sa propagation

Des agents de santé préparent le corps d'une victime d'Ebola pour l'enterrer dans un centre de traitement à Beni, province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo.
Des agents de santé préparent le corps d'une victime d'Ebola pour l'enterrer dans un centre de traitement à Beni, province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo.Image: sda
Identifié pour la première fois en 1976 en RDC (ex-Zaïre), le virus Ebola se transmet à l'homme par des animaux infectés.
29.04.2022, 04:1529.04.2022, 09:01

L'OMS a indiqué jeudi ne pas exclure un risque de transmission régionale et internationale du virus Ebola, à la suite d'une nouvelle épidémie de cette fièvre hémorragique à Mbandaka, en République démocratique du Congo. La résurgence du virus dans cette ville du nord-ouest de la RDC a fait deux morts depuis le 21 avril.

A la date du 27 avril, 267 contacts ont été identifiés. «Le risque de propagation régionale et internationale de cette épidémie n'est pas exclu, car la ville de Mbandaka borde le fleuve Congo et dispose de connexions fluviales et terrestres avec la capitale Kinshasa, la République du Congo, la République centrafricaine et l'Angola»
Communiqué de l'Organisation mondiale de la santé (OMS)

Mais l'OMS qualifie pour l'instant de «modéré» le risque au niveau régional et de «faible» sur le plan international. L'agence onusienne ne recommande aucune restriction aux voyages et au commerce à destination de la RDC.

«Soutien logistique nécessaire»

Le risque de propagation en RDC est jugé «élevé» en raison de la présence de réservoirs animaux et d'hôtes intermédiaires, de la fréquence élevée des épidémies d'Ebola dans le pays, de facteurs environnementaux et d'un système de santé affaibli par des épidémies en cours de choléra, rougeole et Covid-19, entre autres. Il s'agit de la 14e épidémie d'Ebola en RDC depuis 1976.

Bien que Mbandaka ait connu deux épidémies d'EVD en 2020 et 2018, l'OMS souligne que certaines des améliorations apportées au système de santé lors des précédentes épidémies n'ont pas été maintenues.

Selon l'organisation, 200 doses de vaccin ont été expédiées à Mbandaka. La vaccination a commencé le 27 avril. D'autres doses seront expédiées en fonction des besoins:

«Il est nécessaire de soutenir les professionnels de santé de la province pour mener une réponse efficace. En outre, un soutien logistique est nécessaire pour réactiver l'infrastructure sanitaire mise en place lors des épidémies précédentes»
L'OMS

La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées. (ats/jch)

Un peu de légèreté: Roger Federer l'avoue, il «chante du Britney en voiture»

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Procès du 13-Novembre: «Les victimes ne voulaient du mal à personne»
Le procès des attentats du 13-Novembre 2015 s'est poursuivi ce lundi, avec la prise de parole des avocats des familles des victimes. Une plaidorie collective qui a pris une forme totalement inédite.

«Nous allons donc vous présenter autre chose, une autre forme de plaidoirie, inédite, à laquelle ont participé une centaine d'avocats»: les mots de maître Frédérique Giffard, avocat indépendant, face à la cour d'assises spéciale de Paris, ce lundi.

L’article