DE | FR

Plus de 60% de la population en Afrique pourrait avoir eu le Covid-19

Image: sda
Depuis le début de la pandémie jusqu'au 6 avril, 11,5 millions de cas avaient été détectés et 252 000 décès liés au SARS-CoV-2 recensés sur le continent africain.
08.04.2022, 05:3208.04.2022, 06:33

Plus de deux-tiers des Africains pourraient avoir contracté le virus du Covid-19 au cours de deux dernières années, soit 97 fois plus que les infections signalées, selon l'OMS.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la région Afrique, dont l'étude publiée jeudi est encore en cours d'examen par des pairs, estime que les chiffres officiels n'étaient qu'une partie infime de «l'étendue réelle des infections au coronavirus en Afrique». Son enquête synthétise plus de 150 études sur la prévalence en Afrique entre janvier 2020 et décembre 2021.

Elle conclut que l'exposition au virus a connu une forte hausse, passant de 3% en juin 2020 à 65% en septembre 2021, soit 800 millions d'infections. Or, 8,2 millions de cas seulement ont été signalés au cours de cette période.

Sous-estimation mondiale

Le nombre d'infections dans le monde serait «en moyenne seize fois plus élevé que celui des cas confirmés», selon l'OMS, qui précise toutefois que «la séroprévalence a fortement varié à l'intérieur des pays et d'un pays à l'autre en Afrique». La plupart des populations africaines ayant un accès limité aux tests, beaucoup d'infections n'ont pas été notifiées:

«Cette analyse montre que les cas confirmés de Covid-19 actuellement notifiés ne représentent qu'une fraction du nombre réel d'infections sur le continent. Cette sous-estimation se produit dans le monde entier, et il n'est pas surprenant que les chiffres soient particulièrement élevés en Afrique où il y a tant de cas asymptomatiques»
La directrice générale de l'OMS pour l'Afrique, Matshidiso Moeti

Si le Covid-19 a semblé ébranler nombre de régions du monde, l'Afrique est apparue relativement épargnée contrairement aux craintes initiales. Selon l'OMS, le continent s'est distingué des autres régions «par son nombre élevé de cas asymptomatiques, 67% des cas ne présentant aucun symptôme de la maladie».

Il a également connu des cas moins graves en raison de la proportion moindre de «personnes présentant des facteurs de risque tels que le diabète, l'hypertension et d'autres maladies chroniques susceptibles d'entraîner une forme grave de la maladie». En outre, la jeunesse de la population africaine «a été un autre facteur de protection» pour le continent. (ats/jch)

Ailleurs, sur la planète: Jean Lassalle pète un plomb et insulte un journaliste

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Eurovision: Pourquoi l'Ukraine a gagné une grande bataille contre Poutine
La large victoire des candidats ukrainiens de Kalush Orchestra à l'Eurovision 2022 marque une étape importante dans l'affrontement que se livrent les deux pays en matière d'influence depuis 2004.

Le 66e concours Eurovision de la chanson, qui s'est tenu samedi 14 mai à Turin, ne déroge pas à la règle invariable des grands événements culturels ou sportifs fortement médiatisés: présenté comme un divertissement apolitique depuis sa création en 1956, l'Eurovision sert, cette année encore, de plateau pour une confrontation entre puissances et une compétition entre soft powers nationaux.

L’article