en partie ensoleillé
DE | FR
International
Racisme

La maire de Chicago privilégie les journalistes issus de minorités

La maire de Chicago privilégie les journalistes issus de minorités

FILE - In this Friday, March 20, 2020, file photo, Chicago Mayor Lori Lightfoot listens to a question after Illinois Gov. J.B. Pritzker announced a shelter-in-place order to combat the spread of the C ...
Lori Lightfoot est maire de Chicago depuis deux ans.Image: sda
Lori Lightfoot, édile noire et homosexuelle, veut alerter sur la représentation «ultra-dominante d'hommes blancs parmi les journalistes accrédités à la mairie».
21.05.2021, 03:1021.05.2021, 06:11
Plus de «International»

Un geste politique qui fait jazzer. La maire démocrate de Chicago a volontairement sélectionné uniquement des journalistes issus de minorité ethniques. Elle voulait marquer le coup lors de ses interviews en tête-à-tête à l’occasion du deuxième anniversaire de son élection.

«Rompre avec le statu quo»

Une décision qui fait polémique et qu’elle justifie par le manque de diversité parmi les reporters qui couvrent la mairie. Dans une lettre envoyée aux journalistes de la presse locale et relayée par plusieurs médias américains, l’ancienne avocate de 58 ans a expliqué vouloir ainsi «rompre avec le statu quo».

«C’est une honte qu’en 2021, les journalistes accrédités à la mairie soient très majoritairement blancs dans une ville où plus de la moitié des habitants sont noirs, hispaniques, d’origine asiatique ou amérindienne.»
Lori Lightfoot

L’association nationale des journalistes noirs a salué «la sensibilité» de Lori Lightfoot «au manque de diversité parmi celles et ceux qui couvrent les collectivités locales». Cependant, elle indique qu’elle ne pouvait «pas soutenir cette tactique», au nom de «la diversité en général, de l’égalité et de l’inclusion reprend Fox News.

«Les politiciens ne choisissent pas qui les couvre»

Indigne d’une démocratie

De nombreux opposants politiques à Lori Lightfoot et des observateurs conservateurs ont également dénoncé la décision de la maire de Chicago. Certains n’hésitant pas à l’accuser de racisme et à fustiger un «choix des journalistes» indigne d’une démocratie. (ga)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine n'est pas la plus grande menace pour l'Ukraine
Samedi, l'agression de l'Ukraine fêtera un terrible anniversaire. Ironie du sort, l'annexion de la Crimée célèbre, elle, ses dix ans. Une double peine pour un pays et un président qui n'ont jamais été aussi loin de gagner la guerre et... l'adhésion d'un monde occidental qui fatigue. Il est temps d'offrir une définition plus pertinente à cette «victoire» qui peine à convaincre.

Le 24 février 2022, à l'aube, l'Europe se faisait tirer du lit par une «opération militaire spéciale» qui ébranlera toute la baraque. Vladimir Poutine, l'œil scotché sur l'objectif, annonçait sans trembler l'arrivée des blindés sur le sol ukrainien. Bordel, l'Ukraine, c'est quoi? C'est où? Zelens... qui? Très vite, l'Europe comprend que ce pays qu'on applaudissait à l'Eurovision n'est pas aussi loin que le Yémen. Que les premiers cadavres qui allaient tomber dans la journée conduisaient «les mêmes voitures que nous». Que les premiers réfugiés qui intégreraient nos familles jouent à la PlayStation et s'habillent chez H&M.

L’article