DE | FR

En pleine crise post-Brexit, l'Irlande du Nord fête son centenaire

Bild

L'Irlande du Nord fête lundi le centenaire de sa création, dans une relative discrétion. Cette célébration illustre le fossé, ravivé par le Brexit, qui sépare encore les deux factions constituant la population de la province britannique.



Depuis que la République d'Irlande s'est affranchie de la domination britannique le 3 mai 1921, l'Irlande du Nord a été source de tensions. L'existence de ce pays, créé au même moment et rattaché à la Grande-Bretagne, s'est retrouvé au centre d'un bras de fer parfois sanglant.

Les unionistes défenseurs de l'appartenance au Royaume-Uni, surtout protestants, et les républicains favorables à une réunification avec l'Irlande, catholiques, se disputent depuis des décennies sur le statut de leur patrie.

Des émeutes et une démission

Ces tensions ont été exacerbées récemment par les changements liés au séisme du Brexit. Celles-ci ont abouti ces dernières semaines à des émeutes et à la démission de la cheffe du gouvernement local, Arlene Foster, du parti unioniste ultra-conservateur DUP.

Aujourd'hui encore, les républicains désignent souvent leur province comme «le nord de l'Irlande» et qualifient sa création de «partition». Selon la croyance profondément ancrée que la frontière a été imposée de manière illégitime.

Un conflit de trente ans et quelque 3500 morts, avant la conclusion d'un accord de paix en 1998

Dans ce contexte, chaque victoire pour un camp signifie une perte de terrain pour l'autre, tant leurs points de vue sont irrémédiablement opposés. C'est pourquoi les célébrations du centenaire proposées par le gouvernement posent problème. Elles sont fondées sur l'idée que l'Irlande du Nord appartient au Royaume-Uni et possède comme cheffe d'État la reine Elizabeth II.

Un service religieux interconfessionnel

Le programme du gouvernement local prévoit pourtant des événements censés réconcilier les deux parties, comme la tenue d'un service religieux interconfessionnel et la création d'un fond d'histoire partagée.

Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, fait un discours à l'occasion du centenaire. nancy pelosi

Mais si le gouvernement désire souligner la force et la beauté des diverses identités de la province, certains gestes symboliques risquent de fâcher les républicains. Par exemple, le fait qu'une «rose du centenaire» sera présentée à la reine «pour son propre jardin».

Secouée par le Brexit

Ce centenaire intervient à un moment où les tensions sous-jacentes ont été fortement ravivées par le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Afin d'éviter un retour à une frontière physique avec la République d'Irlande, l'Irlande du Nord continue d'appliquer les régulations de l'UE. Des contrôles sur les marchandises provenant de Grande-Bretagne ont été mis en place dans les ports de la province.

Une «trahison»

Se sentant trahie par Londres qu'elle accuse d'avoir instauré une frontière douanière en mer d'Irlande, la communauté unioniste a déclenché début avril de violentes émeutes dans plusieurs villes.

Boycott des célébrations

Dans ce contexte tendu, deux des principaux partis républicains (Sinn Fein et SDLP) ont d'ores et déjà boycotté la planification des commémorations. «On ne célèbrera pas cette partition qui représente un échec pour les gens de cette île», a affirmé Michelle O'Neil, dirigeante du Sinn Fein au sein de la province. (ats/ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Nouvelle poussée de violences en Irlande du Nord

De nouvelles émeutes ont éclaté, mercredi soir, à Belfast, dans la capitale d'Irlande du Nord, où un bus a été incendié.

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a déclaré être «profondément inquiet» face à des scènes de violences en Irlande du Nord. La police, à Belfast, a été attaquée et des bombes artisanales ont été lancées de part et d'autre des camps de militants qui s'affrontent. Les incidents ont eu lieu entre un quartier catholique et un autre protestant.

Les forces de l'ordre ont demandé à la population d'éviter plusieurs quartiers de la ville où des rassemblements avaient lieu. Elle confirme …

Lire l’article
Link zum Artikel