DE | FR

Julian Assange se marie... en prison

Stella Moris s'est dite à la fois «heureuse» et «triste» en sortant de la prison seule, après s'être mariée avec son nouvel époux.
Stella Moris s'est dite à la fois «heureuse» et «triste» en sortant de la prison seule, après s'être mariée avec son nouvel époux.Image: sda
Avec confettis et pièce montée, mais derrière les barreaux: Julian Assange s'est marié mercredi avec son ancienne avocate, Stella Moris, dans une prison de haute sécurité britannique.
23.03.2022, 19:3624.03.2022, 06:07

L'union a eu lieu en début d'après-midi à la prison de Belmarsh, dans le sud-est de Londres, en petit comité avec seulement quatre invités et deux témoins, dont les deux frères et le père de Julian Assange.

Mais à l'extérieur, l'ambiance était festive. Les quelques dizaines de soutiens du fondateur de WikiLeaks buvaient du champagne, dansaient ou appelaient à sa libération au micro. Une pièce montée surmontée de figurines des mariés, dont le prisonnier australien aux cheveux blancs, avait été préparée, et des confettis lancés sur la mariée, sortie sans son nouvel époux.

A l'extérieur de la prison, l'ambiance était festive.
A l'extérieur de la prison, l'ambiance était festive.Image: sda

«Merci», a dit Stella Moris après la cérémonie, se disant à la fois «heureuse» et «triste»:

«Ce que nous vivons est cruel. C'est une personne des plus extraordinaires et il devrait être libre»
Stella Moris

Stella Moris a eu deux enfants avec Julian Assange, conçus lorsqu'il vivait à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il avait trouvé refuge durant sept ans jusqu'à son arrestation en avril 2019. Il craignait alors une extradition vers les États-Unis ou bien la Suède, où il faisait l'objet de poursuites pour viol depuis abandonnées.

Il risque 175 ans de prison

Pris dans une longue saga judiciaire, l'Australien de 50 ans est recherché par la justice américaine. Elle veut le juger pour la diffusion, à partir de 2010, de plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan.

Poursuivi notamment en vertu d'une législation contre l'espionnage, il risque 175 ans de prison, dans une affaire dénoncée par des organisations de défense des droits humains comme une grave attaque contre la liberté de la presse. (ats)

Aucun rapport, mais... Un pêcheur tombe sur poisson de la taille d'un dinosaure

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3 jours après la tuerie, le lobby des armes se réunit pour s'autocongratuler
Quelques jours seulement après le massacre de l'école d'Uvalde, les membres de la National Rifle Association (NRA) ont prévu de se réunir à Houston, au Texas. Une réunion «festive» qui ne manquera pas d'être perturbée par plusieurs contre-manifestations.

Mardi dernier, un jeune homme de 18 ans lançait l'assaut de dans une école primaire d'Uvalde, au Texas, faisant 21 victimes. Il était armé d'un «AR-15». Une arme à feu connue pour son extrême violence. Pour se faire une idée de la puissance de ces objets, il faut savoir que son usage dans l'école d'Uvalde a contraint les parents de donner leur ADN aux enquêteurs... car il n’était plus possible d'identifier autrement les corps des enfants, devenus méconnaissables.

L’article