DE | FR
Pour l'avocate de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, son client se trouvait «menacé de manière permanente» depuis dix ans.
Pour l'avocate de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, son client se trouvait «menacé de manière permanente» depuis dix ans.Image: EPA

Julian Assange pourra être extradé, tout comprendre en 7 dates majeures

Le fondateur de WikiLeaks doit répondre à 18 chefs d'accusation d'espionnage aux Etats-Unis. Il risque désormais d'être emprisonné durant 175 ans. Retour sur cette affaire.
10.12.2021, 11:3410.12.2021, 17:59
Suivez-moi

10 décembre 2021
175 ans d'emprisonnement

Ce 10 décembre, le jugement est tombé. La justice britannique a annulé, en appel, ce vendredi, le refus d'extrader Julian Assange vers les Etats-Unis. Le fondateur de Wikileaks pourrait donc y être jugé.

L'organisation sans but lucratif avait révélé au grand public des milliers de documents américains secrets, il y a onze ans. Aujourd'hui, son fondateur, accusé d'espionnage par les autorités américaines, risque gros: 175 ans de prison. Mais comment en est-il arrivé là?

Juillet 2010
La vidéo qui fait trembler les Etats-Unis

WikiLeaks - fondée quatre ans plus tôt par le journaliste australien Julian Assange - publie plus de 700 000 documents américains secrets sur la guerre en Irak et en Afghanistan.

Parmi ceux-ci, une vidéo intitulée Meurtre collatéral (2010) filmant le raid aérien du 12 juillet 2007 à Bagdad et un autre sur la guerre d'Afghanistan durant la même période, expose au grand public les crimes de guerre des Etats-Unis et de leurs alliés impliquant notamment le Royaume-Uni.

Un extrait de Meurtre collatéral (2010) 👇

Le 12 juillet 2007, deux journalistes reporters de Reuters, ainsi que plusieurs civils sont tués dans un quartier de Bagdad par des tirs américainsVidéo: YouTube/Al Jazeera English

Ces révélations déclenchent la colère des autorités américaines. Lesquelles lancent une enquête pour «espionnage» contre WikiLeaks.

«Ces informations divulguées illégalement ont été utilisées au préjudice des Etats-Unis ou, du moins, à l'avantage d'une nation étrangère»
Département de justice des Etats-Uniscommuniqué

Août 2010
Des accusations de viol

L'Australien d'origine, Julian Assange, arrive en Suède pour assister à un séminaire dont le sujet est «La guerre et le rôle des médias». Il y rencontre deux sources ; des femmes avec qui il aurait eu, les soirs suivants, des relations sexuelles.

Julian Assange, 50 ans, est un journaliste, informaticien, cybermilitant et lanceur d'alerte australien.
Julian Assange, 50 ans, est un journaliste, informaticien, cybermilitant et lanceur d'alerte australien.Image: keystone

Quelques semaines plus tard, le parquet suédois émet un mandat d'arrêt contre Julian Assange. Ce dernier est accusé de viol et d'agression sexuelle. Le fondateur de Wikileaks clame son innocence et dénonce un prétexte judiciaire pour l'extrader de Suède vers les Etats-Unis qui le recherchent.

Août 2012
Le soutien de l'Equateur et de l'ONU

Entre 2010 et 2012, Assange est en liberté surveillée au Royaume-Uni en raison du mandat d'arrêt de la justice suédoise. Le lanceur d'alerte demande l'asile à l'ambassade d'Equateur à Londres pour éviter son extradition vers la Suède. Lequel pays cherche, selon lui, à le rendre aux autorités américaines.

En août 2012, l'Equateur accorde l'asile au journaliste australien, confirmant que «ses droits humains» peuvent être «violés» s'il est extradé. Il faudra attendre trois ans, notamment après des alertes faites par un panel de l'Organisation des Nations Unies (ONU), pour qu'entre 2015 et 2016, les procureurs suédois abandonnent leur enquête.

Mars 2018
L'Equateur retourne sa veste

Rien ne va plus du côté de l'Equateur qui dispose d'un nouveau président, Lenin Moreno. Son gouvernement, en place depuis un an, indique n'avoir «jamais été favorable» aux activités de WikiLeaks. Dès lors:

  • En mars, l'Equateur coupe la connexion internet du fondateur de WikiLeaks et donc toute communication avec l'extérieur.
  • En mai, l'Equateur supprime certaines des mesures de sécurité entourant son ambassade de Londres .
  • En juillet, L'Equateur confirme entretenir des discussions avec le Royaume-Uni pour se positionner sur le sort de Julian Assange.
  • En avril 2019, l'Equateur retire l'asile accordé au journaliste recherché par la Justice britannique. Laquelle profite alors de l'occasion pour arrêter Julian Assange.
Selon plusieurs sources, Moreno aurait mis fin à l'asile d'Assange par «vengeance personnelle». Les documents de WikiLeaks révèleraient l'existence d'«un compte secret au Panama» à son nom.
Selon plusieurs sources, Moreno aurait mis fin à l'asile d'Assange par «vengeance personnelle». Les documents de WikiLeaks révèleraient l'existence d'«un compte secret au Panama» à son nom. keystone

Avril 2019
Première charge d'accusation grave

La police britannique arrête Julian Assange. Il est reproché à ce dernier de ne pas s'être rendu au tribunal sept ans plus tôt. Le lanceur d'alerte est condamné à 50 semaines de prison après avoir été reconnu coupable d'avoir enfreint la loi sur la libération sous caution.

Le 24 juillet 2021, des manifestants se rassemblent à Piccadilly Circus (Royaume-Uni). Ils réclamaient la libération du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.
Le 24 juillet 2021, des manifestants se rassemblent à Piccadilly Circus (Royaume-Uni). Ils réclamaient la libération du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.Image: sda

Un mois plus tard, la Suède rouvre son enquête de 2010 concernant l'allégation de viol faite sur l'une des deux femmes qu'Assange a rencontrées en 2010. Julian Assange risque cinq ans d'emprisonnement.

Mai 2019
17 nouvelles charges d'accusation

Le ministère américain de la justice dépose 17 nouvelles charges contre l'Australien. Il l'accuse d'avoir violé la loi sur l'espionnage en publiant des documents militaires et diplomatiques classifiés. Julian Assange risque jusqu'à 175 ans d'emprisonnement.

«Que ce cauchemar se termine une bonne fois pour toutes»
Stella Moris, avocate de Julian Assange

Pour l'organisation WikiLeaks, cette annonce est une «folie» et la «fin du journalisme de sécurité nationale ainsi qu'un non-respect du premier amendement», déclare-t-elle dans un communiqué. Plusieurs manifestations sont organisées dans le monde en soutien à Julian Assange, en vertu de la liberté d'expression et du droit à l'information journalistique.

A Genève aussi, des manifestations ont eu lieu pour soutenir Assange

(bbc)

A New York, Le sapin de Fox News a pris feu

Le Covid, les vaccins, tout ça

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel

Si vous avez des enfants, vous avez plus de risques d'attraper le Covid

Link zum Artikel

«On devrait vacciner les enfants de manière ciblée et individualisée»

Link zum Artikel

Envie de vacances? Voici les mesures et restrictions de vos destinations préférées

Link zum Artikel
Journées mondiales: Quand câlins, femmes et zones humides sont mis à égalité
Ce 21 janvier, c'est la Journée internationale des câlins. Dans trois jours, ce sera celle du sport féminin. Et le 2 février, celle des zones humides. Etc. etc. Et si un jour, justement, on en finissait avec ces ridiculeries?

«Y a pas de quoi en faire un foin», m'a dit un collègue ce lundi 17 janvier quand j'ai relevé, taquin, que cette journée qui s'ouvrait était le «Blue Monday», soit le jour le plus déprimant de l'année, et que les médias, heureusement, nous en avaient informés. Comme ils n'ont pas manqué ensuite de nous indiquer que le 21 janvier, aujourd'hui, est la Journée mondiale des câlins. Et ainsi de suite. Toute l'année. Les gens de bonne volonté qui n'arrivent jamais à obtenir ne serait-ce qu'un accusé de réception quand ils envoient leur actualité originale à la presse en sont sans doute ravis.

L’article