larges éclaircies
DE | FR
International
Santé

L'aspartame est «possiblement» cancérigène selon l'OMS

L'aspartame est «possiblement» cancérigène selon l'OMS

Des preuves limitées d'un effet cancérigène de l'aspartame, majoritairement présent dans les sodas, ont été identifiées, selon une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
14.07.2023, 17:2515.07.2023, 17:54
Plus de «International»

Selon trois études analysées par l'Agence internationale de la recherche sur le cancer (AIRC), qui fait partie de l'OMS, des effets «dommageables» comme des cancers du foie ont été identifiés chez l'être humain ou chez l'animal, a affirmé à la presse une responsable. L'AIRC évaluait pour la première fois l'aspartame et a décidé de considérer cet édulcorant, très présent dans les boissons gazeuses, comme «possiblement cancérigène».

Néanmoins, cette analyse ne «reflète pas la menace de cancer à un degré de l'exposition» à ce produit chimique, a ajouté la responsable. Si la consommation reste recommandée à 40 mg/kg par jour, selon une autre évaluation publiée à Genève, davantage de recherches devront être menées.

Pas de «raison suffisante»

Une autre étude conjointe menée par l'OMS et l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) affirme ne pas avoir identifié de «raison suffisante» de changer la recommandation de consommation. Pour un adulte de 70 kg, pas plus de neuf canettes de soda par exemple par jour et pas plus de trois pour un enfant de 30 kg.

«Nous ne recommandons pas aux entreprises de retirer des produits ni aux consommateurs d'arrêter l'aspartame. Mais seulement de manière modérée.»
Francesco Branca, directeur de la nutrition à l'OMS.

Le mieux est de recourir à des produits alternatifs, sans sucre ni édulcorant, a-t-il toutefois ajouté. L'OMS avait déjà affirmé que les édulcorants n'apportaient pas l'effet recherché face à l'obésité.

(ats/sia)

Dylan Thiry fait la promo de gélules contre les cellules «cancérigeuses»
Video: twitter
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine n'est pas la plus grande menace pour l'Ukraine
Samedi, l'agression de l'Ukraine fêtera un terrible anniversaire. Ironie du sort, l'annexion de la Crimée célèbre, elle, ses dix ans. Une double peine pour un pays et un président qui n'ont jamais été aussi loin de gagner la guerre et... l'adhésion d'un monde occidental qui fatigue. Il est temps d'offrir une définition plus pertinente à cette «victoire» qui peine à convaincre.

Le 24 février 2022, à l'aube, l'Europe se faisait tirer du lit par une «opération militaire spéciale» qui ébranlera toute la baraque. Vladimir Poutine, l'œil scotché sur l'objectif, annonçait sans trembler l'arrivée des blindés sur le sol ukrainien. Bordel, l'Ukraine, c'est quoi? C'est où? Zelens... qui? Très vite, l'Europe comprend que ce pays qu'on applaudissait à l'Eurovision n'est pas aussi loin que le Yémen. Que les premiers cadavres qui allaient tomber dans la journée conduisaient «les mêmes voitures que nous». Que les premiers réfugiés qui intégreraient nos familles jouent à la PlayStation et s'habillent chez H&M.

L’article