International
Société

Chez Lufthansa, «Mesdames et messieurs»: c'est fini

Image

Chez Lufthansa, «Mesdames et messieurs»: c'est fini

Après Swiss, c'est au tour de la compagnie aérienne Lufthansa d'adopter le langage non genré.
13.07.2021, 19:0314.07.2021, 10:00
Plus de «International»

Le premier groupe aérien d’Europe a décidé mardi d'abandonner la formule classique «Mesdames et messieurs» pour privilégier les formules comme: «Chers passagers» ou «Bonjour».

A lire aussi: Swiss adopte le langage non genré

Cette formulation, plus inclusive, est justifiée par le fait que «les équipages sont tenus de choisir un discours qui s'adresse à tous les passagers», a expliqué un porte-parole, confirmant une information du quotidien Bild. «C'est un processus qui prendra un certain temps», a ajouté ce même porte-parole.

Une décision généralisée

La décision de la compagnie aérienne privée allemande vaut pour toutes les compagnies du groupe. A savoir:

  • Austrian Airlines
  • Swiss
  • Eurowings
  • Brussels Airlines

Cette pratique ne vaudra pas que vis-à-vis des passagers mais pour l'ensemble des métiers du groupe, indique par ailleurs Le Figaro.

(hkr)

Dubaï la magnifique

1 / 19
Dubaï la magnifique
Hummer rose barbie Dubaï
partager sur Facebookpartager sur X
World of Watson: L'avion en version honnête
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ces Romandes ne portent pas de soutien-gorge: «C'est juste des seins»
A l’occasion de la grève féministe de ce vendredi 14 juin, nous nous sommes interrogés sur le phénomène «no bra». Un choix que Raissa, Margaux et Constance ont fait depuis longtemps et qui soulève de nombreuses questions. Témoignages.

«C'est plus pratique, ça tient moins chaud. En vrai, c'est la simplicité et la flemme qui dictent mes pas.» Pour Margaux, 32 ans, le fait de ne de plus porter de soutien-gorge n'est pas une «rébellion contre la société», mais un choix qui a été fait le jour où elle s'est rendu compte qu'elle se sentait simplement plus à l'aise sans.

L’article