International
Sri Lanka

Sri Lanka: les manifestants font démissionner le gouvernement

Sri Lanka: les manifestants font démissionner en bloc le gouvernement

Sri Lankan undergraduates protest blocking a highway demanding the government step down during a curfew in Colombo, Sri Lanka, Sunday, April 3, 2022. Opposition lawmakers and people angered by the gov ...
Lors d'une réunion dans la soirée, les 26 ministres ont présenté leur démission au président.Image: sda
A la suite des manifestations de ce week-end, 26 ministres ont quitté le gouvernement sri-lankais. La colère ne s'est pas apaisée pour autant.
04.04.2022, 10:2404.04.2022, 12:01
Plus de «International»

Le gouvernement du Sri Lanka, à l'exception du président et du premier ministre, a démissionné dimanche soir. Le blocage des réseaux sociaux avait échoué à empêcher les rassemblements contre le pouvoir et la crise économique sans précédent qui frappe le pays.

Les manifestations dans ce pays d'Asie du Sud-Est de 22 millions d'habitants sont provoquées par de graves pénuries de biens essentiels, une forte inflation et de longues coupures de courant.

Lors d'une réunion dans la soirée, les 26 ministres ont présenté leur démission au président Gotabaya Rajapaksa et à son frère, le premier ministre Mahinda Rajapaksa, a indiqué à des journalistes le ministre de l'Education Dinesh Gunawardena. Ce dernier a ajouté que la décision avait été prise après des discussions sur la crise économique:

«Tous les ministres ont présenté leur lettre de démission afin que le président puisse constituer un nouveau gouvernement»

Trois autres membres de la puissante famille Rajapaksa figurent parmi les démissionnaires: le plus jeune frère Rajapaksa, Basil, ministre des Finances, l'aîné, Chamal, ministre de l'Agriculture, et l'héritier de la famille, Namal, ministre des Sports.

Manifestations et colère

Ce coup de théâtre intervient alors que des milliers de personnes ont défié dimanche le couvre-feu, décrété jusqu'à lundi matin par le gouvernement, afin de protester et demander le départ de la famille Rajapaksa, revenue au pouvoir en novembre 2019.

Le président Gotabaya Rajapaksa avait imposé l'état d'urgence vendredi, au lendemain de la tentative de la foule de prendre d'assaut sa résidence dans la capitale Colombo. Twitter, Facebook, Whatsapp, Youtube et Instagram avaient été rendus inaccessibles dans tout le pays, un blocage dénoncé par la principale alliance de l'opposition, le Samagi Jana Balawegaya (SJB).

Avant que ce blocage ne prenne effet, des militants anonymes avaient lancé sur internet des appels à de nouvelles manifestations massives dimanche. Malgré la censure, plusieurs centaines de personnes, avec à leur tête des députés d'opposition, se sont rassemblées dimanche devant la résidence du chef de l'opposition, Sajith Premadasa, et se sont dirigées vers la place de l'Indépendance à Colombo, défiant le couvre-feu.

Ils ont été rapidement empêchés d'avancer par des militaires et policiers armés de fusils d'assaut. Un face-à-face tendu les a opposés pendant environ deux heures, avant que la foule se disperse pacifiquement.

Le blocage de Twitter, Facebook, Whatsapp, YouTube et Instagram a été levé plus tard dans la journée, la Commission des droits de l'homme ayant jugé que le ministère de la Défense n'avait pas le pouvoir d'imposer la censure. Les manifestations de masse prévues dimanche ont été reportées à lundi, après la levée du couvre-feu. (jah/ats)

Les images glaçantes de Marioupol vue du ciel
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un homme retranché au consulat d'Iran à Paris s'est fait arrêter
Un témoin aurait aperçu un homme entrer dans le consulat d'Iran à Paris muni d'une grenade ou d'un gilet explosif pour s'y retrancher. Une intervention de police a permis de l'interpeller.

Quelques heures après l'attaque de l'armée israélienne contre l'Iran, un témoin aurait vu un homme «suspect» porteur d'une grenade ou d'un gilet explosif entrer dans le consulat d'Iran à Paris. Il menaçait de se faire exploser, selon les premières informations de la presse française. L'homme aurait été interpellé, selon Le Parisien.

L’article