DE | FR

40 000 personnes à Zurich, 3500 à Genève manifestent pour la paix

Image: sda
Près de 40 000 personnes ont manifesté samedi matin à Zurich contre la guerre en Ukraine. A Genève, 3500 personnes ont manifesté samedi après-midi contre l'offensive russe. D'autres actions étaient prévues au cours de l'après-midi Berne et Saint-Gall.
05.03.2022, 16:1306.03.2022, 09:51

Les syndicats, le PS et les Verts à Zurich

Les manifestants à Zurich ont exigé un cessez-le-feu immédiat, des négociations diplomatiques et le retrait des troupes russes. Sous le slogan «La paix maintenant», les participants ont défilé, souvent en silence, au centre-ville. Beaucoup portaient des pancartes «Stop Poutine», des drapeaux ukrainiens ou encore des colombes de la paix.

Les syndicats, le PS et les Verts, notamment, avaient appelé à cette manifestation autorisée. Les organisateurs s'attendaient à ce qu'elle rassemble jusqu'à 20 000 personnes: ils estiment qu'elles étaient plus de 40 000 lors du rassemblement final, qui s'est déroulé sans incident.

Image: sda

«Couper les vivres à Poutine»

Les participants ont exigé des mesures de désarmement et de contrôle de l'armement. Ils ont réclamé des contrôles efficaces du commerce des matières premières, qui passe en grande partie par la Suisse.

«Une guerre d'agression criminelle que rien ne pouvait justifier»
Vania Alleva, présidente du syndicat Unia

Vania Alleva, présidente du syndicat Unia, a exigé que les réfugiés de guerre soient accueillis en Suisse sans réserve - même s'ils proviennent d'autres guerres.

Image: sda

Les Russes anti-poutine

«La Russie n'est pas Poutine»
Mikhaïl Chichkine, auteur russe

Installé à Zurich, Mikhaïl Chichkine, un auteur russe, a souligné que Poutine déteste les Ukrainiens parce qu'ils ont choisi la voie de la démocratie.

Mattea Meyer, coprésidente du PS Suisse, a exigé que l'on coupe maintenant le «robinet d'argent à Poutine».

Image: sda

Le conseiller national Balthasar Glättli (Verts/ZH) a souligné que «tant que nous continuerons à acheter des matières premières à la Russie, nous n'aurons pas tout fait pour arrêter cette guerre».

«Genève soutient l'Ukraine»

A Genève, près de 3500 personnes ont manifesté samedi après-midi contre l'offensive russe en Ukraine. Ce rassemblement était organisé par le Comité de solidarité avec le peuple ukrainien et les opposants russes à la guerre.

Image: sda

«Genève soutient l'Ukraine», pouvait-on lire sur une banderole déployée au pied du Grand-Théâtre, derrière laquelle les prises de parole en français, anglais et ukrainien se sont succédées pendant une heure, entrecoupées de «Slava Ukraini!» - «Gloire à l'Ukraine!». Dans la foule, des drapeaux ukrainiens, mais aussi des ballons jaune et bleu, des pancartes et des vêtements aux couleurs de l'Ukraine.

Risque d'expansion du conflit en Europe

Des membres de la diaspora ukrainienne ont rappelé l'horreur du conflit avec son flot de réfugiés intérieurs mais aussi dans d'autres pays. Selon les derniers chiffres, près de 1,37 million d'Ukrainiens ont quitté leur pays en dix jours, et quelque 2000 personnes ont été tuées. De l'aide humanitaire est rassemblée et envoyée, sans aucune garantie qu'elle arrive à destination, a souligné une femme.

«La nation meurt pour la démocratie depuis 30 ans», a déclaré une oratrice, soulignant le risque d'expansion du conflit en Europe. Et d'appeler la Suisse, l'Europe et les Nations unies à prendre leurs responsabilités et à intervenir pour la fermeture de l'espace aérien ukrainien, la mise en place de couloirs humanitaires, permettant à la population de fuir et l'envoi d'armes à la résistance ukrainienne.

Image: sda
«Depuis dix jours la situation est inconcevable et intolérable, au coeur de l'Europe et en 2022»
Frédérique Perler, la maire de la Ville de Genève

Frédérique Perler a notamment demandé le respect du droit international humanitaire et des Conventions de Genève.

Menace nucléaire

Après l'élue Verte, le député socialiste Sylvain Thévoz a appelé les autorités à accueillir les réfugiés, à interdire l'atterrissage des jets des oligarques russes et à geler leurs avoirs. Au nom du Groupement pour une Suisse sans armée, Tobias Schnebli a mis en garde contre le risque nucléaire tout en dénonçant le choix du réarmement global en Europe, notamment en Allemagne, et en Suisse.

Image: sda

Le cortège a quitté la place De Neuve peu après 15h30 pour défiler dans les Rues-Basses et rejoindre la rive droite par le pont du Mont-Blanc. Il a ensuite emprunté les quais pour se terminer vers dix huit heures à la place des Nations, en face du siège européen de l'Organisation des Nations unies. (ats/myrt)

Canon à eau contre une manifestation non autorisée à Zurich

Une manifestation annoncée mais non autorisée à l'approche de la Journée internationale des droits des femmes a provoqué des perturbations samedi au centre-ville de Zurich. La police a fait usage d'un canon à eau. Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées dans le secteur de la Bahnhofstrasse samedi après-midi. La grande artère commerciale a été fermée à toute circulation par des barrages de police. Selon la police municipale zurichoise, plusieurs personnes ont tenté de forcer les barrages. Dans le secteur de la Löwenplatz, la police a repoussé la foule avec un canon à eau. Une marche en direction du Kreis 4 via la Sihlporte a été tolérée. La grande majorité des manifestants se sont dirigés pacifiquement dans cette direction.

La guerre en Ukraine en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Si vous avez besoin d'échapper aux news sur l'Ukraine: des courts-circuits au ralenti, c'est très joli 👇

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Les sanctions de l'UE contre la Russie que la Suisse a adoptées

Link zum Artikel

A quoi ressemblerait une attaque nucléaire sur la Suisse?

Link zum Artikel

La Suisse reste neutre, mais sauve ses fesses in extremis

Link zum Artikel

Ces riches touristes russes qui vont devoir quitter les stations de ski suisses

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Pour Poutine, le temps presse»: la Russie a deux problèmes
L'offensive de Poutine dans le Donbass ne se déroule pas comme prévu. Moscou se bat sur trois fronts et a été surprise par une contre-attaque ukrainienne près de Kharkiv.

L'invasion russe de l'Ukraine, même dans sa deuxième phase, ne se déroule pas comme l'homme du Kremlin l'avait prévu: après l'échec de la prise de Kiev, en mars, les troupes russes se concentrent depuis avril sur la conquête du Donbass.

L’article