DE | FR
A gauche, Marc Raymond Wilkins, réalisateur et cinéaste suisse. A droite, Dirk Lustig , entrepreneur suisse basé à Kiev.
A gauche, Marc Raymond Wilkins, réalisateur et cinéaste suisse. A droite, Dirk Lustig , entrepreneur suisse basé à Kiev.Keystone | epa | Sergey Dolzhenko
Témoignage watson

«Kiev, c'est chez moi»: deux Suisses d'Ukraine au cœur des tensions

Actuellement, aucun rapatriement officiel n'a été organisé pour les Suisses vivant en Ukraine. Et ce n'est pas certain que tous accepteraient de quitter le pays. Pour watson, deux Suisses témoignent depuis Kiev.
15.02.2022, 11:4415.02.2022, 18:07
Suivez-moi

Les appels à quitter l’Ukraine se multiplient de la part des pays occidentaux. Parmi eux, les Etats-Unis, l'Allemagne, l'Italie, la Grande-Bretagne, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Canada, la Norvège, l'Estonie, la Lituanie, l'Australie, le Japon, Israël, l'Arabie Saoudite ou encore les Emirats arabes unis.

En Suisse, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) se contente pour l'heure de déconseiller les voyages non urgents vers l’Ukraine et «observe avec une grande inquiétude les tensions croissantes à la frontière» selon un communiqué:

«Il est déconseillé de se rendre en Ukraine pour des voyages touristiques ou autres qui ne présentent pas un caractère d'urgence. Les voyages dans certaines régions du pays sont généralement déconseillés. De même, il est désormais indiqué dans les conseils aux voyageurs qu'il ne peut être exclu que les compagnies aériennes réduisent ou suspendent leurs vols au vu de la situation tendue. L'ambassade de Suisse à Kiev reste ouverte et continue à remplir ses tâches diplomatiques et consulaires»
Extrait du communiqué de presse du DFAE à propos des voyages vers l'Ukraine

Environ 257 ressortissants suisses vivent actuellement en Ukraine et, selon le DFAE, quitter le pays reste pour l’instant une décision individuelle. Mais ces Suisses, établis au cœur des tensions, seraient-ils prêts à tout quitter du jour au lendemain? Pour watson, deux Suisses de Kiev témoignent.

D'abord, faisons connaissance👇

Marc Raymond Wilkins

Né à Berne, il a découvert Kiev pour la première fois il y a 17 ans pour un tournage. Réalisateur, il tourne d'abord des publicités pour des clients internationaux en Ukraine. Il s'est ensuite profondément attaché au pays au moment de la révolution ukrainienne on 2013.

Dirk Lustig

Un entrepreneur né à Genève et arrivé en Ukraine en 1993. Il a travaillé avec le Forum économique mondial (WEF) pour lequel il organise des conférences avant de monter sa propre entreprise de jouets. En 2014, au moment de la révolution ukrainienne, il abandonne sa carrière de businessman: «C'était impossible pour moi de continuer à vendre des jouets comme si de rien n'était».

Impossible de tout quitter

En 2016, Marc vend son appartement de Berlin et décide de s’installer à Kiev de manière définitive. Aujourd’hui, Marc est bien décidé à rester en Ukraine: «J’ai d’abord pensé à préparer la voiture, et ensuite, je me suis demandé: comment savoir à quel moment partir? Si la guerre éclate, on ne pourra plus quitter le pays, on ne pourra même plus prendre sa voiture».

«Kiev, c'est chez moi. C’est ici que je possède tout ce que j’ai créé. Je ne peux pas partir et tout laisser comme ça»
Marc Raymond Wilkins, réalisateur et cinéaste suisse

Trois planques de prévues

S'il ne quitte pas l'Ukraine, Marc se prépare. Il a déjà réfléchi à un plan stratégique et utilise même le vocabulaire militaire: «Le camp A, c'est notre appartement en ville, le camp B c’est une datcha dans un petit village en dehors de Kiev, et notre camp C, c'est l'appartement de ma sœur à Berlin».

Il avoue également avoir dû apprendre et anticiper des choses inédites: «Nous nous sommes préparés en cas d’absence de communication et d’invasion de la ville de Kiev. Nous avons acheté une radio à piles pour recevoir les nouvelles, de la nourriture pour dix jours, des réserves d'eau. Nous avons aussi acheté des bidons d'essence et nous en avons des litres supplémentaires dans la voiture».

«J'ai potassé des manuels pour savoir “comment sortir d’une ville en guerre?”. Déjà, il ne faut pas se déplacer de nuit. On peut être pris pour un soldat et se faire tirer dessus»
Marc Raymond Wilkins, réalisateur et cinéaste suisse

Pas de panique

Pour Dirk, c'est pareil: «Je n'ai pas prévu de rentrer, au contraire. On a participé à une marche de solidarité samedi dernier et je pense que c'est un message vraiment important de la part de la communauté étrangère. Montrer que nous sommes là et qu'on restera».

Dirk Lustig pendant la marche des solidarités le 7 février dernier à Kiev.
Dirk Lustig pendant la marche des solidarités le 7 février dernier à Kiev.

Dirk a lui aussi réfléchi à une stratégie en cas de guerre: «Mon plan, c'est d'emmener ma femme et les chiens dans l'ouest de l'Ukraine et de revenir à Kiev». Pourquoi? Une nécessité:

«Je veux revenir pour aider à éclaircir la situation et travailler avec la presse internationale. J’ai une très bonne connaissance du pays et il me semble important d’aider les journalistes sur place à calmer cette hystérie. Il y a des centaines de journalistes en ce moment à Kiev qui ne savent plus quoi faire»
Dirk Lustig, entrepreneur suisse basé à Kiev

Depuis huit ans, l'Ukraine est lacérée de tensions, mais sans phase active de combat. Il y a cependant des incidents tous les jours. «Tu entends des coups d'artillerie pratiquement toutes les nuits, il n'y a pratiquement pas une nuit de calme», explique Dirk. «La vie continue comme elle continue depuis huit ans dans le Donbas. Les gens sont prudents, mais il n'y a absolument aucun élan de panique et personne n'est véritablement en train de faire ses valises.»

Rester calme: une stratégie de défense

Se préparer oui, mais dans le calme. «La société ukrainienne est habituée à ce genre de pression», explique Marc.

«On est allés au supermarché il y a deux jours, on pensait que les gens allaient se précipiter sur tel ou tel article comme pendant le Covid, mais en fait non. Ils sont habitués aux crises»
Marc Raymond Wilkins, réalisateur et cinéaste suisse

«Comme pour dire à Poutine d'aller se faire voir»

Pour lui, se préparer dans le calme, c'est avant tout une stratégie de défense: «Comme pour dire à Poutine d’aller se faire voir. Il n’arrivera pas à nous faire paniquer». «Ce qu’il est en train de faire, c’est déjà une guerre: d’un point de vue économique et d’un point de vue psychologique.»

«Mon amie m'a dit l'autre jour que son fils de huit ans ne peut plus dormir. Notre défense est d'être calmes, d'être préparés»
Marc Raymond Wilkins, réalisateur et cinéaste suisse

Pour Dirk, il serait inconscient de ne pas se préparer vu la situation actuelle: «D'après mon expérience de la guerre en 2014, quand ça commence, on ne fonctionne plus trop rationnellement. Il vaut mieux avoir préparé une valise avec tout ce qui est important, notamment de l'argent et des documents d'identité. C'est ce que j'ai fait».

Son avis sur Poutine?

«Il est quand même un peu cinglé notre brave voisin, il a un grain, donc il peut faire la totale, ça c'est certain»
Dirk Lustig, entrepreneur suisse basé à Kiev

Fermer ou déplacer les ambassades? «C'est débile»

Pour Marc, demander aux expatriés de partir est un message dangereux: «C’est exactement ce que veut Poutine: il souhaite détruire la société civile ukrainienne et aujourd’hui, les gens qui aidaient à la développer sont les premiers à s'en aller, c’est une action dévastatrice pour les Ukrainiens».

Dirk constate avec consternation la fermeture complète de certaines ambassades: «Personnellement, je pense que c'est complètement débile. Réduire le personnel, c'est une chose, mais déménager les ambassades ailleurs... Je pense notamment aux Canadiens et aux Australiens qui ont entièrement fermé leurs ambassades et ont bougé à Lviv».

«Certains messages internationaux sont peut-être logiques, mais ça ne rassure pas la population»
Dirk Lustig, entrepreneur suisse, basé à Kiev

Un autre fait qui a très mal passé dans le pays: «Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont rapatrié leurs observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). En principe, ces gens devraient aussi être là quand il y a du grabuge».

Enfin, pour Marc, une chose est sûre: «Si l'Ukraine venait à être contrôlée par la Russie à long terme, nous partirions, mais seulement à ce moment-là».

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un zoo britannique a accueilli un nouveau pensionnaire

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Russie n'envoie plus de gaz en Finlande, quid de la Suisse?
Moscou met à mal la Finlande. La raison? Le pays nordique a refusé de payer le fournisseur russe Gazprom en roubles. Et pire encore, il a osé demander son adhésion à l'Otan. La Suisse risque-t-elle la même sentence?

Gazprom a «complètement arrêté ses livraisons de gaz» à la Finlande, dévoile le géant russe dans un communiqué. L'échéance du 20 mai est arrivée et le pays nordique n'avait toujours pas payé en roubles (monnaie russe), si bien que la sanction est tombée.

L’article